Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

image d'illustration

La Pologne envisagerait une entrée de ses troupes en Ukraine, selon le renseignement russe

D'après le service des renseignements extérieurs russe, Varsovie préparerait, aidée par Washington, une opération qui lui permettrait d'imposer son contrôle militaire sur «ses possessions historiques» en Ukraine, au prétexte de protéger son voisin.

Selon le directeur du service russe des renseignements extérieurs, Sergueï Narychkine, qui s'est exprimé dans un communiqué le 28 avril sur le sujet, la Pologne élaborerait, avec les Etats-Unis, un plan visant à rétablir le contrôle de Varsovie sur les territoires qu'elle a possédés par le passé en Ukraine.

La première étape d'une telle opération consisterait en l’entrée de troupes polonaises présentés comme des «gardiens de la paix» dans l'ouest du pays, en invoquant une «protection contre l’agression russe» – en référence à l'opération militaire menée par la Russie en Ukraine depuis fin février. Et, si les modalités seraient selon Sergueï Narychkine en cours de discussion avec l’administration Biden, l'opération devrait s'effectuer sans mandat de l’OTAN, mais avec la participation des « Etats qui le souhaitent ».

Toujours selon le directeur du service russe des renseignements extérieurs, le contingent polonais devrait être déployé dans les régions où la menace d’une confrontation directe avec les forces armées russes est minimale. Les autorités polonaises parieraient sur le fait qu'une installation de troupes en Ukraine occidentale amènerait très probablement une division du pays à leur bénéfice, puisque Varsovie prendrait de fait le contrôle des territoires où entreraient les «soldats polonais de la paix».

Il s’agirait d’une tentative de rééditer l'accord conclu après la Première Guerre mondiale, lorsque les pays victorieux de la Triple Entente avaient reconnu à Varsovie le droit d'occuper une partie de l’Ukraine pour protéger sa population de la «menace bolchevique» venant de Russie.

Les autorités polonaises et américaines n'ont pas, pour le moment, commenté les allégations du renseignement russe.

Des territoires frontaliers de l'Ukraine feraient par ailleurs déjà l'objet d'une déstabilisation accrue, comme le redoute l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) : en Transnistrie, région séparatiste de Moldavie dont de nombreux habitants disposent d'un passeport russe, une série d'attaques a conduit les autorités locales à déclarer un niveau d'alerte «rouge» le 26 avril. Moscou considère ces attaques comme « des actes de terrorisme visant à déstabiliser la situation dans la région », et a demandé « une enquête approfondie et objective » pour déterminer les circonstances exactes des incidents. De son côté, Kiev accuse Moscou de velléité déstabilisatrice dans la région : le conseiller de la présidence ukrainienne Mikhaïlo Podoliak a ainsi affirmé que «la Russie veut déstabiliser la région de Transdniestrie » (soit la Transnistrie).

 

[Vu sur l’application RT News]

 

Commenter cet article