Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le printemps a eu beau montrer le bout de son nez il y a quelques jours, c’est tout de même un plaisir de rédiger ces quelques lignes depuis les jardins de l’hôtel à La Havane. D’autant que j’avais prévu de vous livrer quelques souvenirs ou quelques impressions plus récentes du coopérant envoyé pour la première fois à Cuba.

En fait, en dehors de quelques vacanciers, rares sont ceux qui ont une connaissance de la grande île des Caraïbes. Les Antilles, c’est un peu comme nos départements d’outre-mer, les vacances, le soleil, les plages, le rhum. Pour Cuba, bien sûr, les cigares et, d’après nos médias les plus modérés, un régime autoritaire.

C’est donc avec une petite appréhension que nous débarquons les uns et les autres à l’aéroport José Marti. Il faut dire que les formalités d’entrée suivies d’un nouveau contrôle et pour finir par une récupération des bagages, où la patience et le calme sont de rigueur, ne sont pas faites pour rassurer. Cette mauvaise impression va vite disparaître avec l’accueil chaleureux en maison particulière ou à l’hôtel où l’on devine déjà la place privilégiée que la France occupe à Cuba.

Le formateur-touriste va découvrir, en principe le lendemain de son arrivée, les charmes de la vieille Havane et sera frappé par le travail colossal réalisé par l’Historien de la Ville, Eusebio Leal, dans le domaine de la rénovation des hôtels particuliers. Chacun d’eux est un petit musée où l’architecture abrite l’histoire, comme en témoigne la Maison Victor Hugo, rénovée avec l’aide de l’Association, qui vient de fêter ses dix-sept ans de rayonnement comme vous le lirez plus loin. Certes, si notre touriste s’écarte des rues traditionnelles il verra qu’il existe encore des quartiers défavorisés, proches de l’insalubrité où les Cubains gardent tout de même le sourire et leur musique.

S’il est un peu curieux, notre formateur va comprendre pourquoi la France joue encore un rôle particulier à Cuba. Il constatera que les couleurs de nos drapeaux sont les mêmes, que nos hymnes nationaux sont tous les deux des marches militaires. Si on évoque la Guerre d’Indépendance menée par José Marti , on ne manquera pas de souligner l’influence de la Révolution française et le soutien de Victor Hugo aux insurgés et aux femmes cubaines. Il apprendra également que l’adjoint direct de Gustave Eiffel était un ingénieur cubain ou que le troisième half-track de la colonne du capitaine Dronne à la tête de la « Nueve » espagnole lors de la libération de Paris était composé de Cubains, venus à l’origine donner un coup de main aux Républicains espagnols. De multiples autres exemples plus récents apparaissent tous les jours.

Enfin notre formateur professionnel, cette fois, va rencontrer ses collègues. Il sera surpris par le respect qu’il inspire et par le niveau de connaissances de ses interlocuteurs à qui il ne manque que l’expérience et la connaissance des technologies nouvelles qui vont être assimilées et diffusées très vite.

Au retour, nos formateurs reviendront avec une idée plus exacte de la réalité cubaine et bon nombre d’entre eux ont souhaité continuer leur engagement à nos côtés. Ce sont déjà des abonnés à cette lettre et je les en remercie encore. Comme pour eux je vous laisse prendre connaissance des articles écrits ou rassemblés à votre intention.

Christian Huart

Premier vice-président de l’Association Cuba Coopération France

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article