Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Ce sera donc, à nouveau, un second tour Macron – Le Pen. Le scénario rêvé par Macron, et préparé par lui depuis 5 ans. Le scénario qu’il fallait absolument éviter car entre la droite réactionnaire macronienne et la fasciste modernisée Le Pen, le peuple est pris en tenaille.

C’est pour éviter le remake d’une telle situation qu’il était important de tout faire pour faire accéder Jean-Luc Mélenchon au second tour, afin d’offrir aux électeurs la possibilité d’avoir un vrai choix de 2ème tour, et potentiellement la victoire pour une gauche de rupture : antilibérale, antifasciste, eurocritique, écologiste et antiguerre.

La belle réussite du candidat de l’Union populaire

Jean-Luc Mélenchon termine 3ème avec 22% des voix. Il ne lui aura manqué que 1,2 points pour passer devant Le Pen (23,2%) et se qualifier pour ce second tour.

Il a pourtant rassemblé 7,7 millions d’électeurs, avec des scores importants dans la France populaire des villes et des champs et des scores significatifs dans les grandes villes, notamment grâce au vote des quartiers populaires avec une forte présence de populations d’origine immigrée : la France de la diversité multiculturelle s’est clairement opposée à une France repliée sur elle-même et sa pureté imaginaire vantée par Zemmour et Le Pen.

L’aspiration au changement, à construire une alternative populaire antilibérale, antifasciste et démocratique s’est exprimée de façon magistrale et devra continuer à s’exprimer. Nous, comme communistes, y avons pris notre part et continuerons à la prendre.

On peut comprendre la déception profonde de millions de gens, mais il faut retenir ce formidable élan et ce score jamais atteint lors des deux précédentes campagnes (11,1% en 2012; 19,6% en 2017) à partir duquel il faudra construire une résistance politique à l’ultra-libéralisme macronien.

Certes le MEDEF/CAC40 avec l’aide de ses médias et de ses sondages a gagné dans l’immédiat une bataille en imposant le piège Macron contre Le Pen, libéralisme fascisant contre fascisme au second tour de la présidentielle.

La division de notre camp antilibéral, antifasciste, antiguerre, écologiste et eurocritique a été le principal obstacle qui a empêché de déjouer ce piège Macron-Le Pen, alors évitons de rejouer le même match perdant-perdant aux législatives !

Le PS et l’EELV sont des libéraux va-t-en-guerre qui ont encore une fois démontré dans la présidentielle qu’ils sont au service du MEDEF/CAC40 et de l’UE du capital financier et de l’OTAN. Tout comme la bipolarisation « droite - gauche », le peuple les a rejetés comme partis du grand patronat dont les profits explosent pendant que la pauvreté interne explose et que les aventures guerrières à l’extérieur se multiplient.

Au second tour : ne pas sous-estimer le fascisme lepéniste

La classe ouvrière et le peuple ont subi Macron et sa politique de la broyeuse sociale, liberticide, guerrière et du racisme diviseur. Nous ne sommes pas près d’oublier ses lois antisociales, la répression des Gilets Jaunes, sa privatisation de l’hôpital, sa gestion calamiteuse de la pandémie, son mépris du peuple. Mais nous le disons franchement : la colère est compréhensible, mais il faut garder la tête froide et nous pensons que le remède serait pire que le mal.

L’accélération de la fascisation symbolisée par l’occupation de la scène politique par le discours de haine de Zemmour et la « modération » tactique qui banalise Le Pen ne doit pas nous faire oublier que ce sont là deux faces de la même médaille fasciste, qui partagent par ailleurs avec Macron le libéralisme en matière économique et sociale.

Si tous sont pour la guerre de classe de la bourgeoisie contre les travailleurs, les précaires et les pauvres, Le Pen y ajoute la guerre d’une partie des travailleurs contre une autre partie des travailleurs, divisant profondément le peuple avec des concepts racistes comme la « préférence nationale ».

Il y a des expériences qu’il vaut mieux faire éviter au peuple. Le Pen, avec ses nouveaux airs de respectabilité, n’en reste pas moins l’incarnation d’un courant politique fasciste, et il ne faut pas prendre cela à la légère, au risque de n’avoir que ses yeux pour pleurer ensuite.

Entre fascisme lepéniste et macronisme qui, par sa politique réactionnaire, pave la voie au fascisme, il reste une différence. Les travailleurs et populations d’origine immigrée, en particulier du Maghreb ou d’Afrique noire, les communautés musulmanes aussi, sentent cette différence. Le Pen au pouvoir signifierait pour elles un gouvernement de guerre civile ouverte.

Plus largement, l’extrême-droite au pouvoir serait encore un accélérateur considérable de la fascisation de la société, en laissant libre cours à la haine des troupes de choc des nervis fascistes contre les travailleurs (attaques des piquets de grève…) et leurs organisations syndicales (risquant d’être ouvertement réprimées sous prétexte de « trouble à l’ordre public » ou d’atteinte à la « liberté du travail »), contre les femmes aussi et contre les minorités de toutes sortes.

Pour toutes ces raisons, nous appelons à voter contre Le Pen en utilisant, à contre-cœur, le seul bulletin restant à notre disposition: le bulletin Macron

Législatives : unité de notre camp antilibéral, antifasciste, antiguerre, écologiste, eurocritique !

Au-delà des erreurs et même des fautes sectaires dont tout le monde connaît les responsables qui ont divisé à la Présidentielle notre camp antilibéral, antifasciste, antiguerre, écologiste et eurocritique, nous devons absolument rassembler à nouveau pour les législatives les forces politiques de la FI, du PCF et de la reconstruction communiste. Celles qui avaient su mener la campagne victorieuse du NON au TCE. Celles qui avaient porté en 2012, puis 2017 la candidature de Mélenchon. Celles qui ont soutenu la rébellion sociale légitime des Gilets Jaunes, la contestation de la gestion pro-patronale de la pandémie du covid, les mobilisations ouvrières, antiracistes, antifascistes, anti-violences policières, climatiques, pour la régularisation des sans-papiers. Celles qui appellent à sortir de l’OTAN, à la Paix, notamment en Ukraine, à la solidarité avec le peuple palestinien martyr et à une relation décolonisée avec l’Afrique.

Comme l’a indiqué Mélenchon lui-même dans son discours au soir du 1er tour, une nouvelle force politique (le « pôle populaire ») a émergé à gauche avec la fin du piège bourgeois de la bipolarisation « droite-gauche » ; nous demandons à la France Insoumise / Union populaire de prendre toutes les initiatives pour rassembler notre camp social et politique pour les législatives.

Ce n’est qu’un début, continuons le combat ! Dès juin dans les législatives et dès demain dans les luttes sociales !

SOURCE :

Commenter cet article