Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Human Rights Watch dénonce de possibles «crimes de guerre» envers des prisonniers russes en Ukraine

L'ONG de défense des droits de l'Homme a appelé les autorités ukrainiennes à enquêter sur de potentielles exactions commises à l'encontre de soldats russes capturés, après la diffusion de vidéos montrant des passages à tabac et des tirs aux jambes.

Dans un communiqué publié le 31 mars, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités ukrainiennes à enquêter sur de potentiels «crimes de guerre» envers les prisonniers russes, après la diffusion d'images semblant montrer des soldats ukrainiens leur tirant dans les jambes. Sur l'une des vidéos diffusées le 27 mars, on peut notamment voir trois hommes en treillis, les mains attachées dans le dos, jetés à terre depuis un fourgon par d'autres hommes armés, qui leur tirent dans les jambes.

Si l'authenticité des images n'a pas pu être établie de manière indépendante, l'AFP a géolocalisé la vidéo comme étant tournée dans le village de Mala Rogan, dans la région de Kharkiv (nord-est), repris en début de semaine par les forces ukrainiennes après une offensive. Les journalistes de l'AFP qui ont pu se rendre à Mala Rogan le 28 mars ont vu les corps de deux soldats russes gisant dans l'une des allées du village, en grande partie détruit par les combats, tandis qu'au moins deux autres corps ont été jetés dans un puits.

«Si confirmé, passer à tabac et tirer dans les jambes des combattants capturés constituerait un crime de guerre», a réagi HRW dans son communiqué, ajoutant que «l'Ukraine doit démontrer qu'elle est capable et désireuse de prévenir et de punir les violations graves du droit humanitaire international». L'organisation appelle les deux camps à respecter la Convention de Genève, qui encadre le traitement des prisonniers de guerre.


Moscou enquête sur ces potentiels crimes de guerre

Le conseiller de la présidence ukrainienne Oleksi Arestovitch, sans se prononcer sur les images citées précédemment, avait reconnu que les abus sur les prisonniers constituaient un « crime de guerre » et que de tels faits devaient être « punis ». « Nous traiterons les prisonniers conformément à la Convention de Genève, quelles que soient vos motivations émotionnelles personnelles », a-t-il indiqué en s'adressant aux militaires lors d'un briefing le 27 mars. Alexandre Bastrykine, le directeur du Comité d'enquête russe, l'organe chargé des principales investigations criminelles dans le pays, a pour sa part ordonné le lancement d’une enquête sur les abus présumés.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait déclaré le 28 mars que la Russie enquêtait sur de potentiels crimes de guerre commis contre des prisonniers russes après la diffusion de ces vidéos. « Ces images sont assez monstrueuses. Il est certain qu'elles doivent faire l’objet d’une évaluation juridique et que ceux qui ont pris part à ces tortures doivent être poursuivis. Et ils devraient être tenus responsables de leurs actions », avait-il expliqué.

Le 17 mars, les ministres des Affaires étrangères du G7 avaient estimé que les auteurs de crimes de guerre en Ukraine devraient « rendre des comptes ». L'Ukraine et les Occidentaux accusent eux aussi la Russie d'être coupable d'exactions voire de crimes de guerre depuis le début de l'intervention militaire en Ukraine le 24 février. Ils avaient notamment accusé Moscou d'être responsable du bombardement d'une maternité de Marioupol, la Russie affirmant pour sa part que celle-ci n'était plus en activité et avait été transformée en poste de tirs par le bataillon Azov. La Russie souligne par ailleurs qu'elle concentre son opération militaire sur la destruction des infrastructures militaires de l'Ukraine.

[Vu sur l’application RT News]
 

Commenter cet article