Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

RT France et Sputnik, victimes ou coupables ?

Par Franck Pallet

Franck Pallet a été collaborateur dans plusieurs cabinets d'avocats français et monégasques. Actuellement il est doctorant en sciences de gestion à l'Institut d'Administration des Entreprises.

Pour le consultant Franck Pallet, l'interdiction d'émettre imposée unilatéralement par Bruxelles aux chaînes RT France et Sputnik constitue une atteinte à la liberté de la presse qui ne repose sur aucune base juridique.

« Le droit de dire et d’imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse », écrivait ainsi Voltaire.

Depuis le 2 mars 2022, les chaînes RT France et Sputnik ont cessé d’émettre à la suite d'une décision prise unilatéralement par la Présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen,  au motif qu’elles seraient un instrument de propagande au service du Kremlin. Cette sanction sans précédent dans sa brutalité a été connu une application immédiate dans tous les Etats membres de l’Union Européenne.

Or, par-delà les opinions que l’on peut avoir à l’égard de ces deux médias, sans cautionner la violation de la souveraineté de l’Ukraine par la Russie, on ne saurait confondre le travail d’une rédaction et la politique d’un pays.

Le fait que ces deux chaînes soient financées par le pouvoir russe, et, partant placées sous l’influence de leurs « bailleurs de fonds », ne saurait à lui seul justifier une telle censure, d’autant que du point de vue du droit international, ni l’OTAN, ni l’Union Européenne ne sont en guerre directe contre la Russie, dès lors que l’Ukraine n’est pas membre de ces deux organisations internationales. La clause de solidarité prévue à l’article 5 de la Charte de l’OTAN n’a donc pas vocation à s’appliquer.

Certes, certains pourront rétorquer qu’en fournissant des armes à l’Ukraine nous sommes indirectement en guerre et que tout média diffusant une information mensongère portant atteinte à l’intégrité nationale doit être sanctionné. Cependant, une telle mesure n’est pas sans soulever des difficultés juridiques.

Pour justifier cette interdiction d’émettre dans tous les pays de l’Union Européenne, la Commission s’appuie sur le Règlement n°269/2014 en date du 17 mars 2014 concernant des mesures restrictives eu égard aux actions compromettant ou menaçant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine, à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie en février et mars 2014 ainsi que les articles 215 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et 29 du Traité de l’Union européenne.

Or, en dépit du principe de primauté du droit européen sur le droit national, ces textes se heurtent à la hiérarchie des normes dont la Constitution de chacun des Etats membres de l’Union Européenne qui est placée au sommet de la pyramide juridique, dès lors qu’ils prévoient des sanctions portant atteinte à la liberté de la presse, partant à la liberté d’expression qui fait partie des principes à valeur constitutionnelle.

Un pays membre peut, sur cette base, se réserver le droit de ne pas appliquer une norme européenne lorsque celle-ci porte atteinte à son identité constitutionnelle c’est-à-dire un ensemble de valeurs dont le respect s’impose à toutes les normes, y compris constitutionnelles ou européennes. C’est précisément ce qu’avait fait la Cour constitutionnelle de Karlsruhe dans sa décision Solange I du 29 mai 1974 en jugeant qu’aussi longtemps que l’ordre juridique communautaire ne garantissait pas une protection des droits fondamentaux équivalente à celle qui est assurée par la Constitution allemande, des recours contre une disposition du droit communautaire contraire à un droit ou une liberté fondamentale garantie par cette même Constitution resteraient recevables, ce qui aboutissait de facto à une remise en cause de l’Arrêt Costa contre Enel du 15 juillet 1964 n°6/64 qui consacrait le principe de primauté du droit communautaire sur le droit national.

Dans cette célèbre décision, la Cour Constitutionnelle fédérale a estimé que la protection des droits fondamentaux dans l’ordre juridique communautaire était lacunaire, ce qui justifiait, selon elle, que les actes juridiques communautaires fussent contrôlés à l’aune des droits fondamentaux consacrés dans la Constitution allemande.

En France, la liberté de la presse repose à la fois sur la liberté d’opinion et la liberté d’expression. C’est un droit fondamental édicté à l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 qui dispose, en effet, que «la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».

De même, il est utile de rappeler que la liberté de la presse est considérée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme comme une composante de la liberté d’expression (article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme).

Enfin, la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse définit les libertés et responsabilités de la presse française. Elle impose un cadre légal à toute publication, ainsi qu’à l’affichage public, au colportage et à la vente sur la voie publique. Son article 1 dispose que « l’imprimerie et la librairie sont libres. »

S’il existe une Charte de déontologie qui s’impose à tout journaliste, pour autant la règle du pluralisme des opinions doit s’appliquer dans toute société démocratique sous la condition toutefois de ne pas diffuser de propos haineux, racistes, antisémites, homophobes et contraires aux intérêts de la Nation.

Par-delà ces principes brièvement rappelés, que dit notre droit en matière de sanction applicable à l’encontre d’un média qui n’aurait pas respecté la convention signée avec l’instance de régulation lui ayant octroyé l’autorisation d’émettre ?

Aux termes de l’article 42-1 de la Loi du 30 septembre 1986 sur la liberté de communication, seule l’Arcom (anciennement CSA) a le pouvoir d’interdire ou de mettre un terme à la diffusion d’un média. Le sixième alinéa l’article 42 de la même loi évoque plus spécifiquement le cas des médias contrôlés « par un Etat étranger ou placés sous l’influence de cet Etat » et la possibilité de résilier la convention «si le service ayant fait l’objet de ladite convention porte atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation, dont le fonctionnement régulier de ses institutions, notamment par la diffusion de fausses informations. »

En tout état de cause, avant de prendre une sanction à l’encontre du média contrevenant, une mise en demeure d’avoir à cesser tout manquement à la convention doit lui être préalablement adressée. Si des mesures de restriction étaient envisagées, notamment dans l’hypothèse où les infractions se poursuivraient en dépit des injonctions faites par l’instance de régulation, ce serait au Conseil d’Etat, en cas de contestation de la sanction, d’arbitrer et de rendre sa décision, ce qui suppose qu’ait lieu un débat contradictoire préalable, conformément au droit au procès équitable prévu à l’article 6 § 1 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

En effet, toute personne physique ou morale a droit à ce que sa cause soit entendue devant un tribunal indépendant et impartial dans un délai raisonnable.

Indépendamment des règles de droit interne, on ne peut qu’être frappés par la contradiction entre les valeurs démocratiques contenues dans le préambule du Traité de l’Union Européenne, qui rappelle «l’attachement des pays signataires aux principes de liberté, de la démocratie et du respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et de l’Etat de droit», et la sanction unilatéralement prononcée par la Commission Européenne à l’encontre de RT France et de Sputnik dont les 27 membres, faut-il le rappeler, sont des hauts fonctionnaires désignés par chacun des Etats membres de l’Union Européenne, partant non élus démocratiquement.

La Commission Européenne est à la fois l’exécutif et l’instance qui dispose d’un quasi-monopole du droit d’initiative législatif. Tout en étant gardienne des Traités, elle ne saurait cependant se substituer à la Cour de Justice de l’Union Européenne.

Par-delà les débats juridiques engendrés par ces mesures, c’est une fois encore la démocratie qui est malmenée, quoi que l’on pense de la ligne éditoriale de ces deux médias, qui, s’ils avaient enfreint véritablement les obligations prévues dans la Convention conclue avec l’instance de régulation, auraient été sanctionnés bien plus avant. Il est vrai que RT France était depuis plusieurs années dans le collimateur du gouvernement français mais ce dernier s’était toutefois jusqu’alors montré incapable de prendre en défaut le média, faute d’avoir pu relever le moindre manquement à ses obligations d’information. Et cela en dépit d’un arsenal législatif renforcé par la loi dite « contre la manipulation de l’information » du 22 décembre 2018, dénoncée à l’assemblée notamment par Jean-Luc Mélenchon comme étant destinée, sous couvert de lutte contre les fakes news, à permettre la censure de RT France. À ce titre, on peut raisonnablement penser que cette ingérence européenne dans le paysage audiovisuel français a eu un authentique effet d’aubaine pour le président désormais fraîchement réélu.

Il est particulièrement déplorable de constater que dès lors que l’on s’écarte de la pensée dominante, certains diront de la bienpensance, ceux qui s’y hasarderaient sont systématiquement considérés comme des complotistes et déclarés persona non grata médiatiques. On a pu notamment l’observer lors de la crise sanitaire avec les professeurs de médecine Didier Raoult et Christian Perronne qui ont été traités sans aucune nuance comme des charlatans ou encore avec la reportrice Anne-Laure Bonnel que l’on accuse d’être pro-Poutine, dès lors qu’elle réalise des documentaires dans le Donbass tendant à révéler certaines vérités qui dérangent et qui contredisent les informations partielles véhiculées quotidiennement par les chaines d’information en continue. Du reste, ceux qui ont pu continuer à suivre la couverture du conflit par RT France sur le Web, que ce soit parce qu’ils vivent hors de l’UE ou parce qu'ils disposent d’un VPN, ont pu mesurer combien cette dernière différait de celle des médias dominants. Voire en quoi elle pouvait contrarier le discours officiel universellement repris ailleurs, notamment dans la fameuse affaire d’intox médiatique de « l’Ile des serpents ».

La pensée dominante s’est également infiltrée dans d’autres domaines de la connaissance humaine, notamment en économie. La pensée néolibérale a supplanté les autres théories économiques, dont l’analyse keynésienne. Cette doxa qui règne sans partage et de laquelle il est vivement conseillé de ne pas s’écarter sous peine de voir sa carrière universitaire fortement ralentie. Cette novlangue pour reprendre l’expression du regretté Jean-Paul Fitoussi qui structure désormais le raisonnement de nos dirigeants dans la conduite des politiques publiques.

Enfin, il est permis de s’interroger sur le maintien de l’autorisation d’émettre pour certains médias comme al-Jazira, canal de propagande principal des Frères musulmans à travers le monde. Sur ce point, personne ne s’en est indigné et aucune sanction n’a été pour autant prise au moment des attentats qui ont frappé notre pays et l’Europe en 2015 et 2016. Pas plus que n’ont été sanctionnés, jadis, des médias mainstream comme CNN, qui avait pourtant abondamment relayé en 2003 les mensonges d’État sur la présence d’armes de destruction massive en Irak. Ou i24 News, qui revendiquait sans ciller en 2014 lors des frappes israéliennes à Gaza constituer un « dôme de fer contre la presse internationale ».

Loin de prendre parti pour ou contre RT France et Sputnik, tant le propos contenu dans la présente chronique se veut neutre, force est de constater qu’il y a deux poids et deux mesures.

En interdisant à ces médias d’émettre dans l’ensemble de l’Union européenne, la Commission européenne a indéniablement porté atteinte à la liberté de la presse figurant parmi les libertés et droits fondamentaux visés dans le préambule du Traité de l’Union européenne dont elle est censée être la gardienne.

Il n’est pas admissible qu’une organisation politique supranationale comme l’Union européenne puisse ainsi imposer, fût-ce par un règlement, des sanctions qui relèvent d’instances administratives des Etats membres. Chaque Etat doit avoir la possibilité d’apprécier l’échelle des sanctions à prendre sous le contrôle du juge.

La dictature de la pensée est un mal plus insidieux que la dictature politique. Comme l’écrivait le Cardinal Joseph Ratzinger, qui deviendra ensuite le pape Benoît XVI, dans L’esprit de la liturgie, « une justice sans morale devient injustice de même qu’une morale et une justice qui ne font pas référence à Dieu dégradent l’homme, parce qu’elles le privent de sa mesure la plus exigeante, de ses possibilités les plus hautes en lui barrant le regard sur l’infini et l’éternel. Cette apparente libération soumet l’homme à la dictature des majorités régnantes à des mesures humaines arbitraires qui finalement ne peuvent que lui faire violence. »

[Vu sur l’application RT News]

 

Commenter cet article