Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Lavrov : tournée vers l'Asie, la Russie réfléchira « sérieusement » avant de coopérer avec l'Occident

« Un défi », mais « une opportunité » : le chef de la diplomatie russe a expliqué que la Russie voyait désormais son avenir s'inscrire vers l'Asie, où elle est en train de créer des partenariats durables pour sortir de sa dépendance de l'Occident.

La tectonique des plaques géopolitiques est-elle irrémédiablement en marche ? C'est fort possible, à en croire le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, selon qui même si les pays occidentaux envisageaient de relancer leurs relations avec la Russie, Moscou y réfléchirait « sérieusement » et se poserait la question suivante : « En avons-nous besoin ou non ?»

Interrogé à Moscou le 23 mai dans le cadre du projet «100 questions au leader », le ministre russe des Affaires étrangères a ainsi expliqué que la Russie était « actuellement en train de créer quelque chose qui est bien plus qu’une substitution des importations », soulignant que le virage économique de Moscou vers l'Asie s'inscrivait dans la durée. « Nous devons cesser de dépendre de l'approvisionnement de quoi que ce soit en provenance de l'Occident pour assurer le développement des industries critiques pour la sécurité, l'économie et le secteur social de notre Patrie. Nous ne compterons que sur nous-mêmes et sur les pays qui ont prouvé leur fiabilité et qui ne "dansent pas sur l'air de quelqu'un d’autre » », a-t-il déclaré.

« Il se trouve que l'Eurasie est en train de devenir la région la plus prometteuse du monde. Il nous faut nous occuper de son développement, non pas en utilisant les instruments d'autres comme le dollar, le système de messagerie financière SWIFT, mais en créant nos propres instruments. Ce n'est pas si difficile à faire », a poursuivi le haut diplomate, précisant que la Russie augmentait déjà de manière significative la part d'échanges commerciaux réalisés dans les monnaies nationales de ses partenaires, que ce soit la Chine, l'Inde, l'Iran ou encore dans le cadre de l'Union économique eurasiatique.

« Oui, c'est un défi. Il faut s'impliquer beaucoup plus activement dans le développement de notre pays. Mais c'est à la fois un énorme avantage et une opportunité », a insisté Sergueï Lavrov. Le diplomate n'a toutefois pas définitivement fermé la porte aux occidentaux, bien que l'interstice d'un partenariat semble de plus en plus étroit : « Si les pays occidentaux reviennent à la raison et nous offrent quelques formes de coopération, nous prendrons une décision. »

Du point de vue de Moscou, l'évidence à l'heure actuelle est de tisser des liens forts avec Pékin : « Maintenant que l'Occident prend la position du dictateur, nos liens économiques avec la Chine se développeront encore plus rapidement. En plus des revenus directs dans le budget de l'Etat, cela nous donne la possibilité de mettre en œuvre les projets du développement de l'Extrême-Orient et de la Sibérie orientale. » Pour le ministre russe des Affaires étrangères, il s'agit d'une opportunité pour la Russie de réaliser son potentiel « dans le domaine des hautes technologies, y compris dans l'énergie nucléaire, mais aussi dans un certain nombre d'autres domaines ».

[Vu sur l’application RT News]

Commenter cet article