Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

«Moi je ne me salis pas les mains» : en Normandie, Borne critiquée sur la réforme des retraites

En campagne pour les législatives, Elisabeth Borne a fait face aux inquiétudes sur les retraites. Un passant a refusé un tract tendu par le Premier ministre et critiqué son positionnement à droite. «Le président m'a traité de fainéant», a-t-il pesté.

Le Premier ministre Elisabeth Borne, en campagne pour les législatives en Normandie le 22 mai, candidate dans la sixième circonscription du Calvados, a échangé avec des habitants de Verson, près de Caen, lors d'une fête de village.

Un des vendeurs du vide-grenier de la commune, Didier Payen, 66 ans, opposé au projet de report de l'âge légal du départ à la retraite pour le porter à 65 ans en 2031, a refusé un tract que le Premier ministre tentait de lui donner.

«Je vais vous décevoir mais, moi je ne me salis pas les mains», a-t-il répliqué. «C'est vrai ? A ce point ?», a questionné la candidate.

Didier Payen lui répond alors : «Oui car moi j'aime bien les gens qui me respectent. Me faire traiter de fainéant quand j'ai commencé à travailler à 14 ans. Le président m'a traité de fainéant [...] d'incapable de Gaulois», a noté ce militant CGT.

«Je pense qu'il y a un malentendu», lui alors répondu Elisabeth Borne.

En septembre 2017, Emmanuel Macron, avant une journée d'action contre la réforme du code du travail, avait déclaré qu'il «serait d'une détermination absolue et ne cèderait en rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques». Le 29 août 2018, Emmanuel Macron avait aussi critiqué l'attitude des Français lors d'une visite au Danemark, les qualifiant de «Gaulois réfractaires au changement».

Didier Payen a complété qu'Elisabeth Borne et son gouvernement représentaient la «droite», ce que celle-ci a contesté.

Le sujet des retraites au cœur des échanges

Durant sa visite, Elisabeth Borne s'est également retrouvée face à l'inquiétude de Français au sujet des retraites.

«Maintenir la retraite à 60 ans, ce serait fantastique», a expliqué Christine Herriaut, une infirmière de 60 ans, à la candidate macroniste (LREM) qui lui demandait si elle avait des «sujets de préoccupations particulières».

«Dans tous les milieux, on voit des gens qui sont de plus en plus en burn out. Ces gens là, quand ils voient qu'on leur rallonge la carrière, alors que le travail a perdu tout son sens», a renchéri, à ses côtés, Dominique Thiebot, psychologue, 62 ans.

«Quand vous voyez des gens qui sont obligés d’aller voir une psychologue [...] parce qu'on leur demande de travailler moins bien», a-t-il ajouté, «on leur demande de faire du chiffre et quand on demande de faire du chiffre, on fait le travail moins bien».

«C'est un constat [que l'on] fait au quotidien», a appuyé Christiane Herriault. 

Elisabeth Borne leur a répondu qu'il fallait «redonner du sens au travail. Y a pas de doute». «Il faut aussi travailler sur la façon dont on peut éviter qu'on ait des gens cassés à 45/50 ans [...] C'est indissociable», a-t-elle poursuivi.

«Vous ferez quoi pour les retraites ?», lui avait un peu plus tôt demandé une agricultrice à la retraite abordant la candidate LREM lors d'un vide-grenier à Thury-Harcourt, à 30 kilomètres de Verson. 

«J'étais agricultrice, j'ai travaillé toute ma vie [...] dès l'âge de 15 ans [pour] 1 100 euros seulement [de retraite]. C'est pas normal», a argumenté cette retraitée. Elisabeth Borne lui a répondu que les retraites seraient revalorisées au 1er juillet.

[Vu sur l’application RT News]

Commenter cet article