Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

image d'illustration

Soupçons d'optimisation fiscale : perquisition au siège français du cabinet américain McKinsey

Le parquet national financier a perquisitionné les locaux du cabinet de conseil, dans le cadre de l'enquête ouverte pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. McKinsey est accusé d'avoir mis en place un montage fiscal pour échapper à l'impôt.

Une perquisition était en cours ce 24 mai au siège français du cabinet de conseil McKinsey, avenue des Champs-Elysées à Paris, dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 31 mars pour blanchiment aggravé de fraude fiscale, a confirmé le parquet national financier (PNF) à l'AFP. 

Cette enquête fait suite au rapport de la commission d'enquête du Sénat sur l'influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques lors du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, évoquant un « phénomène tentaculaire » et une explosion des dépenses liées au recours à des consultants extérieurs. Selon le rapport, les contrats passés entre l'Etat et plusieurs cabinets de conseil ont « plus que doublé » entre 2018 et 2021, atteignant un montant record de plus d'un milliard d'euros en 2021.

McKinsey affirme respecter les règles fiscales françaises

Les entités françaises du cabinet McKinsey y étaient accusées d'avoir mis en place un montage fiscal leur permettant de ne verser aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. McKinsey s'était défendu en affirmant respecter les règles fiscales françaises, précisant qu'une de ses filiales avait payé l'impôt sur les sociétés pendant six ans sur la période évoquée par le Sénat.

Le rapport parlementaire avait déclenché une vive polémique pendant la campagne présidentielle, les oppositions politiques au chef de l'Etat ayant demandé de manière répétée l'ouverture d'une enquête sur ce qu'elles considéraient être du favoritisme, dont la majorité macroniste aurait fait preuve au profit de ce cabinet de conseil, dont certains membres ont pu œuvrer pour la Macronie, notamment lors de la présidentielle 2017. « S’il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal », avait rétorqué fin mars Emmanuel Macron à ceux qui lui reprochaient ces nombreux contrats. Le président de la République avait estimé notamment que le non-paiement de l'impôt sur les sociétés par McKinsey s'expliquait par les règles fiscales en vigueur.

Lors d'une conférence de presse destinée à déminer l'affaire McKinsey le 30 mars, Olivier Dussopt, alors ministre des Comptes publics, avait assuré qu'il n'y avait « rien à cacher » dans ce dossier, tout en contestant les chiffres avancés par la presse quant au coût du recours à des cabinets extérieurs.

Après « des vérifications » effectuées après la publication du rapport sénatorial, le PNF a ouvert le 31 mars une enquête sur le volet fiscal, confiée au service d'enquêtes judiciaires des finances (SEJF), créé en 2019 et placé sous la tutelle de Bercy. C'est le procureur financier Jean-François Bohnert qui l'avait annoncé le 6 avril, quatre jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, dans un communiqué qui ne mentionnait pas le nom de McKinsey. 

[Vu sur l’application RT news]

Commenter cet article