Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

La crise politique est là. Sur ce point tout le monde est d'accord, notamment au regard du taux d'abstention toujours plus élevé que celui qui a marqué les précédentes élections. Ce sont les réponses et les explications apportées qui posent tout de même quelques questions.

1- A gauche Jean-Luc Mélenchon qualifie ces résultats de déroute présidentielle. Avec plus de 100 sièges perdus par LREM, il a raison. Mais lui emboitant le pas, certains de ses proches se laissent aller. Clémentine Autain interroge Aurore Bergé pour savoir si « Macron gouvernera en s'appuyant sur la droite ou bien sur nous » ? Elle trouve donc envisageable, face à la crise de régime qui s'annonce, de jouer les forces d'appoint pour la macronie, selon les textes et lois en discussion? Jean-Luc Mélenchon qui se targue de « ne pas faire partie du même monde que la macronie » a décidément enfanté de drôles d'adeptes... Il est vrai qu'un mouvement gazeux n'est pas un parti doté d'un programme et d'une cohérence partagée...

2- Sandrine Rousseau promet une bronca lors de l'entrée du député Damien Abad dans l'hémicycle « car il y a la parole des femmes ». Et nul dans son camp pour lui rappeler (même si cela semble cause perdue) que la justice se passe dans les prétoires et qu'avant d'être reconnu coupable par les juges dans un vrai tribunal, on est présumé innocent. A moins de remplacer la présomption d'innocence par la présomption de culpabilité.

3- Le RN fait une percée et obtient le plus haut score en nombre de sièges depuis son existence, de plus au suffrage majoritaire, contrairement à 1986 où la proportionnelle avait joué. Quelles réactions?

- A gauche certains continuent de crier au danger fasciste, histoire de ne surtout pas s'interroger sur les raisons de ces résultats, produits des politiques communes menées par la droite et la gauche depuis plus de 40 ans.

- Certains déplorent « le front républicain dans un sens et pas dans l'autre ». La bêtise jusqu'au bout...

- Refus de discuter. Ainsi Corbière face à Mariani refuse d'aborder la question des retraites, embarrassé par la question: "vous avez des positions très proches sur cette question"?

- Et l'argument qui fait mal: « vous avez élu Macron et maintenant vous jouez à l'opposition »....

De tout cela, de cette pièce tantôt comique, souvent tragique, une première conclusion ne s'impose t-elle pas? Sans retour à un programme républicain, social, qui mette la souveraineté de la France au centre des préoccupations, son indépendance à l'extérieur vis à vis de l'OTAN et des USA notamment comme à l'intérieur vis à vis des puissances d'argent, la décomposition en cours ne pourra que s'approfondir. Les petites boutiques ont toutes été préservées, parfois de façon inespérée. Mais les petites boutiques n'intéressent au fond que les petits boutiquiers, pas la majorité des français, plus préoccupés par ce qu'il est possible ou pas d'y trouver.

Jacques COTTA

Sur Facebook :

Commenter cet article

G
On a connu Jacques Cotta en meilleur forme ; l’utilisation de petits bouts de phrases complètement sortis de leur contexte ne sont pas dignes d’un vrai journaliste.<br /> 1- Clémentine Autain interroge Aurore Bergé pour savoir si « Macron gouvernera en s'appuyant sur la droite ou bien sur nous » ? Je ne sais pas d’où il sort cela, mais j’ai entendu toute la soirée les séides de Macron répéter qu’ils étaient prêts à s’allier pour faire des Lois pour la défense du pouvoir d’achat et la transition écologique (en oubliant de dire que c’st le Gouvernement et non le parlement qui fixe le montant du SMIC par Décrets et Arrêtés, et qu’ils n’y a pas besoin de majorité pour cela. Quand on fait un peu de politique, on sait très bien que le bout de phrase de Clémentine Autain peut très bien servir à coincer un adversaire politique effronté menteur, puisque vous prétendez faire la politique inverse que vous avez fait pendant 5 ans chiche !<br /> 2- Sandrine Rousseau… la justice se passe dans les prétoires et… les juges dans un vrai tribunal. Visiblement Jacques Cotta ignore dans quel pays il vit ! Il n’y a pas de Pouvoir Judiciaire en France, juste une autorité judiciaires selon la Constitution [Titre VIII : De l'autorité judiciaire (Articles 64 à 66-1)], avec un Président qui « « garantit » » l’In-Dépendance (du Pouvoir !) avec des « Procureurs » sous les ordres des fonctionnaires du ministère de la Justice (affaire Houlette – Fillon), en droit international, les Proc français sont des fonctionnaires, pas des Magistrats or ils jouent aux chaises musicales avec les Juges pour les nominations ; la Justice (l’In-Justice) est donc totalement gangrenée par le pouvoir, et tout spécialement dans les affaires qui concernent les politiques, comme le ministre Damien Abad ! ! ! !.
Répondre
G
- « À gauche certains continuent de crier au danger fasciste… depuis plus de 40 ans ». Petits oublis de Jacques Cotta :<br /> 40 ans aujourd’hui. Mitterrand aide le «duce» du FN à affermir son pied à l'étrier médiatique. Répondant à une lettre de Jean-Marie Le Pen qui, le 26 mai, s'était adressé à lui pour se plaindre de ce que la télévision ait ignoré le 6e Congrès du Front national, le président écrit : «L'incident que vous signalez ne devrait plus se reproduire. Mais, d'ores et déjà, je demande à M. le Ministre de la Communication d'appeler l'attention des sociétés de radiotélévision sur le manquement dont vous m'avez saisi»... Huit jours plus tard, Le Pen s'épanouit devant les caméras de TF1.<br /> Épilogue : Mitterrand en a redemandé encore plus pour Le Pen en 1984. Voir aussi l’article de l’Huma … 13 février 1984, nouvelle missive élyséenne, pour rassurer encore le chef du FN: «... parce que c'est mon devoir, je rappellerai à tous et en toute circonstance, comme je l'ai déjà fait, la nécessité de reconnaître les droits de chaque formation politique, notamment son droit d'expression et sa représentation.»... Cette lettre arrive à son destinataire le jour même où, pour la première fois, il est invité d'A2, pour «L'heure de vérité». Une émission dont il est devenu, depuis, le chouchou.<br /> Jean Chatain.<br /> L’article, il y a 10 ans, était ici : Source et suite : http://www.humanite.fr/node/277780<br /> Il a été effacé ou déplacé volontairement pour que l’on ne le retrouve pas.<br /> Depuis 40 ans, les journalistes de tout bord n’ont cessé de faire une extraordinaire publicité mensongère au FN-RN et aux Le Pen, sauf en campagne électorale.<br /> - Refus de discuter. Ainsi Corbière face à Mariani… ainsi Jacques Cotta intime l’ordre à la NUPES de discuter avec un parti fasciste et menteur sur ses fausses promesses électorales pour tromper le peuple… Et il proteste contre Autain qui se moque de EM.<br /> - Et l'argument qui fait mal : « vous avez élu Macron et maintenant vous jouez à l'opposition »... Jacques Cotta était sans doute absent et ignore la Constitution et qu’au 2ème tour, c’était la peste ou le choléra ; et que quoi qu’on fasse, c’est l’un des 2 qui aurait été élu.
Répondre