Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

source: twitter

Poursuivis pour «violences en réunion», les entarteurs de Jean-Michel Blanquer expliquent leur geste

Les deux professeurs qui ont aspergé de crème chantilly Jean-Michel Blanquer dénoncent la disproportion des poursuites à leur encontre. Ils voulaient alerter par leur geste sur la «chute libre» de l'Education nationale.

Sur leur compte Twitter «ProfsChantillyonneurs» qu'ils ont créé le 5 juin, Christophe et Olivier, deux enseignants de technologie et d'arts plastiques en collège REP (réseau d'éducation prioritaire), expliquent longuement dans une vidéo intitulée «Blanquer mousse-Montargis-Chantilly gate» pourquoi ils ont aspergé l'ancien ministre de l'Education de crème chantilly.

Jean-Michel Blanquer faisait campagne sur un marché le 4 juin lorsqu'il a reçu de la crème chantilly au visage. L'ancien ministre a dans la foulée déposé plainte. 

«Ça nous est venu comme une envie d’acheter des fraises», expliquent les deux enseignants, en référence à une formule maladroite prononcée par Sibeth Ndiaye le 25 mars 2020. Interrogée sur l'appel du ministre de l'Agriculture d'alors Didier Guillaume aux Français au chômage technique à venir «rejoindre la grande armée de l'agriculture française», Sibeth Ndiaye avait déclaré : «Il va sans dire que nous n'entendons pas demander à un enseignant, qui aujourd'hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes.» Les enseignants étaient alors pleinement occupés à assurer le suivi pédagogique à distance en cette période de confinement.

«Comme c’est la période des fraises et qu’il y avait le marché de Montargis, on s’est dit que ce serait sympa d’y ajouter de la chantilly», explique alors Christophe. Mais au-delà de la blague potache, les deux hommes souhaitaient surtout faire passer un message. Les deux enseignants mettent ainsi en perspective la violence du geste qui leur est reproché avec la violence subie au quotidien au sein de l'institution scolaire.
 

«L'Education nationale est en chute libre mais M. Blanquer a, lui, son parachute pour les législatives à Montargis»

«La violence, c'est 12% d'élèves qui arrivent en 6e et qui ne sont pas capables de lire ou de comprendre un texte. Combien sortent du système scolaire humiliés, méprisés, et sans solution d'avenir?», interrogent-ils.

«La violence ce sont les agressions physiques et les insultes au quotidien [...] le manque d'adultes pour protéger nos enfants, les éduquer, les aider : pas d'infirmières, pas de psychologues, pas de surveillants en nombre suffisant. La violence c'est de mépriser les enfants et les parents en embauchant des gens non formés en 30 minutes», poursuivent-ils.

Point d'indice «gelé depuis des années» pourvoir d'achat «en berne», «l'Education nationale est en chute libre mais M. Blanquer a, lui, son parachute pour les législatives à Montargis», critiquent encore les enseignants, qui dénoncent tout autant la candidature de l'ancien ministre dans leur circonscription que son bilan au ministère.

Les deux enseignants précisent n'avoir proféré aucune insulte, scandant «La députation est une chose sérieuse !» et «Education en déroute, Jean-Michel Blanqueroute !» au moment d'asperger l'ancien ministre. «On est resté très éloigné et quelques flocons de chantilly sont arrivés sur sa casquette», racontent-ils.

Ils ajoutent vouloir détailler dans une prochaine vidéo «leurs conditions d'arrestation et leurs 8h de garde à vue».

Les deux quinquagénaires comparaîtront le 4 juillet au tribunal judiciaire de Montargis pour une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, ou plaider-coupable. Ils devront répondre de «violences en réunion n’ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail», délit pour lequel la peine encourue est de trois ans d’emprisonnement.

[Vu sur  l’application RT News]

Commenter cet article