Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

«Devenez prof en 30 minutes» : le «job dating» de l'Éducation nationale suscite un tollé

Un reportage de France 2 consacré au recrutement express de contractuels par l'académie de Versailles a créé la polémique, certains y voyant un signe supplémentaire de la crise de l'Education nationale qui peine à embaucher des personnels qualifiés.

L'un des sujets du journal de 13h de France 2 diffusé le 30 mai a créé un tollé : intitulé «Job dating - 30 minutes pour devenir professeur», il a décrit les journées de recrutement organisées par l'académie de Versailles dans divers départements d'Ile-de-France du 30 mai au 3 juin, en partenariat avec Pôle Emploi et l'association pour l'emploi des cadres (Apec).  

On y voit plusieurs postulants, dont certains en quête de reconversion professionnelle, participer à cette première journée de l'opération «job dating» dans le département des Yvelines, pour laquelle un diplôme de niveau Bac+3 est demandé. Un entretien avec l'un des jurys désignés pour chaque niveau permet d'effectuer une sélection, selon l'académie de Versailles, dont une représentante justifie la rapidité du processus par les nombreuses offres d'emploi disponibles : 2 000 postes sont ouverts pour la prochaine rentrée, dont 700 professeurs des écoles, 600 enseignants du second degré, 600 accompagnants d’élève en situation de handicap (AESH) et une plus faible proportion d'infirmières, médecins et psychologues scolaires.

Selon l'académie, «des centaines de personnes ont participé», la rectrice Charline Avenel saluant sur Twitter un «succès» qui traduit selon elle «l’intérêt et l’engouement pour les métiers de l’éducation», n'oubliant pas de mettre en avant «un recrutement qualitatif, humain, accueillant», censé être complété par un «accompagnement» des nouveaux embauchés.

Une insulte pour tous les enseignants

L'opération a suscité un vif émoi, à commencer par les professeurs ou aspirants professeurs qui suivent le cursus classique en vue d'accéder à un poste de titulaire, pour lequel un Bac+5 est exigé. Les syndicats de l'Education nationale sont rapidement montés au créneau pour dénoncer une précarisation du métier d'enseignant et le risque d'une baisse du niveau.

Pour le Snes-FSU, l'académie de Versailles «contribue à précariser toujours plus nos métiers et à brader le service public», alors qu'il faudrait, selon le syndicat, de véritables revalorisations salariales en lieu et place de «ce pitoyable écran de fumée».

Le co-secrétaire fédéral de Sud-Education, Jules Siran, a lui dénoncé «une situation inacceptable, une insulte pour tous les enseignants», résultant d'après lui de la destruction du service public d’éducation par les gouvernements successifs». L'organisation réclame «un plan d’urgence» pour l’éducation, afin de redonner de l'attractivité au métier d'enseignant.

Porte-parole du principal syndicat du primaire, le Snuipp-FSU, Guislaine David a ironisé sur ces recrutements express : «Moi ça me dirait bien de devenir pédiatre en 30 minutes, quand mes enfants avaient de la fièvre je leur donnais un doliprane et ils guérissaient !», a-t-elle moqué, soulignant qu'il fallait acquérir des compétences spécifiques pour exercer le métier de professeur.

Un argumentaire assez proche de celui du député Insoumis François Ruffin :«Vous feriez confiance, vous, à un type recruté en "job dating" pour remplacer un chirurgien et vous faire une opération du rein ? Non ? Eh bien, pourtant, on va le faire pour nos enfants, avec des "fast profs" recrutés en 30 minutes», a-t-il dénoncé, affirmant que « [Emmanuel] Macron casse l'école».

Cette polémique survient sur fond d'une tendance à la désaffection pour les métiers de l'Education nationale : mi-mai, la baisse du nombre d’admissibles aux différents concours avait conduit les syndicats à alerter quant à une possible pénurie de professeurs à la rentrée de septembre, particulièrement en mathématiques, matière appelée à être réintégrée dans le tronc commun de l'enseignement.

Comme le précisait alors Le Monde, «le nombre d’inscrits aux concours de l’enseignement du second degré a fondu de plus de 30 % en quinze ans». Parallèlement, entre 2015 et 2021, «la proportion de contractuels au sein de l’Education nationale est passée en France de 14,5 % à 22 %», a souligné Libération, pour qui «ces entretiens d’embauche express révèlent surtout la pénurie massive de profs à laquelle l’éducation nationale fait face et l’urgence de trouver d’autres profils». L'académie de Versailles n'a pour l'instant pas réagi à la polémique, annonçant simplement la prochaine journée de recrutement, prévue le 2 juin dans l'Essonne.

[Vu sur l’application RT News]

Commenter cet article