Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Pour débuter cet été, je vous propose un billet sur l’actualité météorologique avec ses incidences sanitaires. Le terme de canicule a une connotation exceptionnelle qui n’est plus adaptée et il est plus réaliste de parler de période de forte chaleur. En effet, chaque été il fait chaud et d’année en année depuis l’épisode dramatique de 2003, nous constatons que ces situations sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus prolongées.

Le constat est sans appel, il va donc falloir vivre avec et s’adapter. Si des mesures de prévention et de protection ont été prises pour les plus âgés, nous ne pouvons que constater que tout cela reste bien insuffisant avec des accidents dramatiques comme ces deux morts sur une plage en Bretagne il y a quelques semaines. Les pièces climatisées ne suffisent pas et il est clair que des changements de mode de vie sont indispensables en prenant comme exemple les habitudes de l’Europe du Sud et de l’Afrique du Nord.

Ainsi, il apparaît évident qu’il faut rester à l’abri et au repos aux moments des plus fortes chaleurs et concentrer les activités en matinée et en soirée. Pour ceux qui seraient réticents, cela signifie de réhabiliter la sieste de l’après-midi, ce qui ne semble pas particulièrement contraignant. En ce qui concerne, les habitudes vestimentaires, là aussi des changements radicaux sont indispensables. Il s’agit de se convaincre que des vêtements couvrants, clairs et amples pour faciliter la circulation d’air sont préférables à une exposition large de la peau au soleil.

Il ne faut pas oublier également de se protéger la tête, plutôt avec un chapeau qu’avec une casquette, là aussi pour laisser une ventilation entre le crâne et le couvre-chef. Enfin, je voudrais vous parler d’un problème passé sous silence qui est que chaleur et médicaments font très mauvais ménage. Il s’agit notamment des traitements contre la tension, ce qui est compréhensible notamment du fait que certains produits utilisés sont des diurétiques, c’est-à-dire des médicaments qui augmentent le volume des urines.

Donc l’équilibre est précaire entre le fait qu’il faut boire abondamment pour éviter la déshydratation et ce mode d’action. Plus globalement, du fait de la chaleur qui provoque un afflux de sang vers les bras et les jambes, ce qui se manifeste par des veines qui sont plus larges et plus visibles, la pression artérielle chute. Il faut donc souvent adapter le traitement, ce qui nécessite de pouvoir en discuter en amont avec son médecin traitant pour avoir agir au bon moment, en diminuant éventuellement les doses.

Il en va de même avec les médicaments à visée psychiatrique, mais d’une manière générale il faut être vigilant avec tous les traitements chroniques. Il s’agit du nouvel enjeu en termes de santé publique, difficile à gérer aujourd’hui du fait de la pénurie de médecins traitants et donc de leur manque de disponibilité, en particulier pour les plus âgés qui bénéficient de moins en moins de visites à domicile, donc d’un suivi souvent très aléatoire. 

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier- SAMU 93

sur sa page Facebook :

Commenter cet article