Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

«L'Ukraine a bon dos» : Michel-Édouard Leclerc juge certaines hausses de prix «suspectes»

Le président du comité stratégique des centres E. Leclerc estime que certaines hausses de prix sont «suspectes» et non «transparentes». Il réclame une commission d'enquête des parlementaires «sur les origines de l'inflation».

Le médiatique président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Édouard Leclerc, a estimé le 30 juin sur BFM TV que «la moitié des hausses de prix» demandées par les industriels de l'agro-alimentaire n'étaient «pas transparentes et [étaient] suspectes». Il a appelé l'Assemblée nationale à se pencher sur le sujet.

«J'aimerais bien que les députés [...] ouvrent une commission d'enquête sur les origines de l'inflation, sur ce qui se passe sur le front des prix depuis les transports jusqu'aux consommateurs», a-t-il expliqué, jugeant que «beaucoup des hausses demandées sont des hausses d'anticipation, voire de spéculation». Et selon lui certaines hausses n'ont rien à voir avec le conflit militaire en cours en Ukraine. «L'Ukraine a bon dos», a ainsi fustigé Michel-Édouard Leclerc, mettant en cause les spéculateurs et certains grands groupes internationaux.

Devant la flambée des coûts de production liés au redémarrage de l'économie post-Covid-19 ainsi qu'à la situation en Ukraine, le gouvernement avait appelé mi-mars distributeurs et industriels de l'agroalimentaire à se remettre autour de la table pour revoir les contrats tout juste signés le 1er mars à l'issue des négociations commerciales.

Ces contrats fixent le prix de certains des produits qui seront vendus dans l'année en grandes surfaces et le premier round des négociations avait abouti à une augmentation moyenne de 3% des prix facturés par les industriels aux distributeurs.

Or, estime aujourd'hui Michel-Édouard Leclerc, ces renégociations ont «donné la prime à la surenchère». «Quand un fournisseur arrive avec ses factures, on lui demande la transparence. Je comprends que les petites entreprises [soient fortement affectées par] le prix du verre, de l'aluminium», a-t-il assuré. «Pour les plus petits que nous, on a du discernement et on [accepte] leurs hausses» de prix.

Il a en revanche stigmatisé «les grandes entreprises internationales [qui sont arrivées] avec des factures de transport en augmentation de 15, 20, 30%, notamment les prix des containers qui ont augmenté de 30%». Ce, alors que «les sociétés de transport sortent des bénéfices par milliards l'année dernière», a-t-il souligné.

Des députés Nupes favorables à l'ouverture d'une enquête parlementaire

Autre exemple, les «fabricants de produits à base de chocolat ou de cacao qui invoquent l'Ukraine pour une augmentation de 15% de tarif sur les barres chocolatées ou la confiserie...», a-t-il ajouté, appelant les parlementaires à «demander un peu à tout le monde de justifier sa part de hausse».

«Excellente suggestion», a réagi le député socialiste (PS) Olivier Faure dans un tweet, ironisant : «(précision utile pour sa bonne réputation, il n’est pas NUPES).»

Pour la députée Insoumise (LFI) Clémentine Autain, «l'augmentation de l'inflation est directement corrélée aux immenses sommes données aux grands groupes sans aucune contrepartie». «Excellente idée que cette commission d'enquête, nous avons besoin de savoir», a-t-elle complété.

[Vu sur l’application RT News]

LIEN POUR AGRANDIR:

Commenter cet article