Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le 10 février 2022

Selon sa défense, un arrêté d'expulsion de France aurait constitué une étape nécessaire en vue d'une possible libération. 

Le Libanais Georges Ibrahim Abdallah, incarcéré en France depuis près de 38 ans, reste en prison. La justice administrative a refusé, jeudi 10 février, d'ordonner l'expulsion de l'un des plus anciens détenus de France, condamné à la perpétuité pour complicité d'assassinat de diplomates américain et israélien en 1987. Cet arrêté d'expulsion de France était, selon sa défense, une étape nécessaire en vue d'une possible libération, alors que Georges Ibrahim Abdallah a vu ses neuf demandes de libération conditionnelle rejetées.

"Aucune disposition législative ou réglementaire, ni aucun principe général, n'impose au ministre de l'Intérieur de prendre une mesure d'expulsion à l'encontre d'un ressortissant étranger, qui toujours en détention, ne constitue pas une menace à l'ordre public", a indiqué le tribunal dans sa décision. 

Un détenu libérable depuis 1999

Georges Ibrahim Abdallah est libérable depuis 1999. La justice avait répondu favorablement à sa demande de libération en 2013, sous réserve qu'il fasse l'objet d'un arrêté d'expulsion du ministère français de l'Intérieur. Alors place Beauvau, Manuel Valls ne l'a jamais pris. En 2020, Georges Ibrahim Abdallah avait tenté à nouveau sa chance avec Gérald Darmanin. Ses courriers restés sans réponse, il avait alors saisi le tribunal administratif.

"Pas surpris" par la décision du tribunal, son avocat, Jean-Louis Chalanset, a regretté que l'"on tourne en rond" : "Tant qu'il n'y a pas de garantie d'expulsion on ne peut déposer une nouvelle demande de libération". "Une nouvelle fois, le pouvoir politique et exécutif empêche la libération conditionnelle de Georges Ibrahim Abdallah", a-t-il lancé.

A l'audience fin janvier, la rapporteure publique avait recommandé le rejet de sa requête, sur la base de l'argument repris par le tribunal dans sa décision. "Une telle solution n'est guère satisfaisante, mais aucune autre ne nous paraît envisageable dans le cadre juridique", avait-elle commenté. "Il est bien évident que le maintien en détention" de Georges Abdallah "obéit à des considérations de nature extra-juridiques et qui vous échappe", avait-elle conclu, espérant que sa situation "puisse évoluer par d'autres voies".

SOURCE:

Déclaration de Georges ABDALLAH  [Le 18 juin 2022]

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s,

Par ce temps de crises, de guerre et de grandes luttes, vous savoir mobilisés aujourd’hui, comme tous les ans, à célébrer dans la rue la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» me remplit de force et me réchauffe le cœur aussi. Votre mobilisation Camarades, dans la diversité de votre engagement, est plus que vivifiante pour ceux et celles qui, depuis tant d’années s’expriment principalement de derrière les barreaux.

Comment ne pas se demander Camarades, par ce temps de crise globale du capitalisme mondialisé et de l’exacerbation des toutes ses contradictions, s’il n’y a pas lieu de donner un horizon plus ambitieux à la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» ! Peut-être serait-il nécessaire d’affirmer à cette occasion qu’il ne s’agit plus seulement d’exprimer l’indéfectible solidarité avec les Camarades embastillé«e»s dans les geôles sionistes ou dans les geôles du fascisme en Turquie ou ailleurs de par le monde ; qu’il ne s’agit plus seulement de soutenir de toutes nos forces leurs justes revendications et saluer par là même la mobilisation en cours, autour de la grève de «la faim» de nos deux chers Camarades Khalil Aouaouda عواودة et Raed Rayan ou des deux autres chers Camarades Sibel Balaç et Gökhan Yıldırım. Peut-être serait-il temps d’affirmer que la célébration de la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» est dorénavant destinée avant toute autre chose à interpeller et encourager les forces vives de la révolution et ses avant-gardes combattantes, afin qu’elles mettent en œuvre toutes les mesures nécessaires à l’expression pratique de la ferme détermination d’arracher nos camarades aux griffes de leurs criminels geôliers. Bien entendu Camarades, il ne s’agit pas là d’affirmer haut et fort un quelconque devoir d’ordre moral envers nos Camarades captifs, il s’agit tout simplement de conjuguer les capacités des forces révolutionnaires (aux niveaux national, régional et international) et d’inscrire en premier lieu la libération de nos Camarades, dans la dynamique globale des luttes réellement en cours.

En effet, rappelons-nous Camarades, qu’à plusieurs reprises dans le passé, pas si lointain, les avant-gardes de la lutte révolutionnaire palestinienne ont assumé cette tâche avec beaucoup de courage et d’abnégation obligeant l’ennemi à libérer des milliers des camarades captifs. Certainement la libération des prisonniers révolutionnaires a toujours été un moment de grande effervescence populaire et a toujours nourri et consolidé les liens de solidarité à l’échelle internationale et participé par-là même, de la façon la plus significative, au rayonnement de la révolution palestinienne et à l’enrichissement de la lutte anti-impérialiste /anticapitaliste, aussi bien au niveau national que régional et à plus forte raison au niveau international.

Comme vous voyez Camarades, les contradictions inter-impérialistes occupent ces jours-ci, le devant de la scène internationale. Rien ne laisse supposer qu’elles vont s’atténuer de sitôt. Sur fond de crise globale du système capitaliste mondialisé, ces contradictions sont appelées à s’exacerber de plus en plus et à se propager au niveau planétaire. Force est de constater que la perte d’hégémonie de l’impérialisme USA au niveau mondial le pousse dans sa fuite en avant vers plus d’agressivité vis-à-vis des autres pôles impérialistes et surtout vers plus de criminelle hostilité vis-à-vis des États indépendants quelque peu contestataires à son goût …

Tout naturellement la propagande impérialiste bat son plein ces jours-ci. Et il semble inutile de s’attarder longuement sur les pseudo-arguments quant aux méchants agresseurs et pauvres agressés…

Camarades, les contradictions inter-impérialistes qui s’expriment en Europe pour le moment nous rappellent à tous, qu’en l’espace d’un siècle, le capitalisme jette l’humanité au bord d’une guerre mondiale pour la troisième fois… La crise de ce capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée est la crise du capitalisme mondialisé réellement existant. Pas de sortie de crise dans le cadre de ce capitalisme. On ne le répète jamais assez : la guerre est inscrite en quelque sorte dans le code génétique du capital. Le capitalisme mondialisé est le capitalisme réellement existant aujourd’hui et l’agonie de son monde ne s’achèvera que dans le dépassement du capitalisme vers le communisme. Ce n’est qu’à travers la lutte implacable de « classe contre classe » dans les centres impérialistes que l’on peut et que l’on doit en finir avec la barbarie de la guerre inter-impérialiste.

Camarades, certainement il y a place pour d’autres futurs que la soumission aux criminels diktats du capitalisme moribond et la barbarie de ses guerres impérialistes et inter-impérialistes.

Les conditions de détention dans les geôles sionistes ne cessent de s’empirer de jour en jour. Et comme vous le savez Camarades, pour y faire face la solidarité internationale s’avère une arme indispensable…

Tout naturellement les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires peuvent toujours compter sur votre mobilisation et votre solidarité active.

La détention administrative ne doit plus passer sous silence. Ensemble Camarades dénonçons et combattons ces aberrations sionistes barbares !

La retenue des corps des militants morts en prison est une abjection. Dénonçons-la et combattons-la par tous les moyens disponibles !

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance !

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur des Fleurs et Lionceaux palestiniens !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires ! 

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes ! 

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions ! 

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

La Palestine vivra et la Palestine, certainement, vaincra.

À vous tous Camarades et Ami«e»s mes salutations révolutionnaires

Votre Camarade Georges Abdallah

SOURCE

Pour complaire aux États-Unis, la détention perpétuelle de Georges Ibrahim Abdallah

« Terroriste » un jour, terroriste toujours ?

La convention européenne des droits de l’homme interdit de maintenir un condamné en prison « sans aucun espoir de sortie ». Cela semble pourtant correspondre au sort du militant communiste libanais Georges Ibrahim Abdallah, incarcéré en France depuis plus d’un tiers de siècle. La prolongation de sa détention doit beaucoup au climat créé par des attentats auxquels il est étranger.

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article