Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Des avocats américains de Julian Assange et des journalistes portent plainte contre la CIA et Pompeo

Deux avocats du lanceur d'alerte emprisonné, ainsi que deux journalistes, accusent la CIA et son ancien directeur Mike Pompeo d'avoir violé leur droit constitutionnel à la protection des conversations privées en espionnant le fondateur de WikiLeaks.

Des avocats américains du fondateur de WikiLeaks Julian Assange ont annoncé le 15 août porter plainte contre la CIA et son ancien directeur Mike Pompeo, qu'ils accusent d'avoir enregistré leurs conversations et dupliqué le contenu de leurs téléphones et ordinateurs.

Les avocats et deux journalistes qui se sont joints à la plainte sont tous américains et affirment que le service de renseignement a violé leur droit constitutionnel à la protection des conversations privées, en l'occurrence avec Julian Assange, qui est australien.

Ils assurent que la CIA a travaillé avec une entreprise de sécurité engagée par l'ambassade de l'Equateur à Londres, où Julian Assange s'était alors réfugié, pour espionner le fondateur de WikiLeaks, ses avocats, des journalistes et les autres personnes qu'il rencontrait.

Julian Assange risque l'extradition de la Grande-Bretagne vers les Etats-Unis, où il est accusé d'avoir publié en 2010 des câbles diplomatiques portant sur les guerres en Afghanistan et en Irak.

Selon l'avocat Robert Boyle, qui représente les plaignants, ces faits supposés d'espionnage signifient que le droit de Julian Assange à un procès équitable a «été entaché, sinon réduit à néant» car «le gouvernement connaît désormais le contenu de ces échanges». «Il devrait y avoir des sanctions, jusqu'au rejet de ces charges ou au retrait de la demande d'extradition, en réponse à ces activités si clairement inconstitutionnelles», a-t-il jugé.

La plainte a été déposée par les avocats Margaret Ratner Kunstler et Deborah Hrbek, ainsi que les journalistes Charles Glass et John Goetz.

Selon l'accusation, Mike Pompeo «était au courant et a approuvé» cette collecte d'informations

Elle vise la CIA, son ancien directeur et ex-secrétaire d'Etat Mike Pompeo, l'entreprise de sécurité Undercover Global et son président David Morales Guillen. La plainte affirme qu'Undercover Global, entreprise basée en Espagne et qui était sous contrat avec l'ambassade équatorienne, a pour le compte de la CIA récolté des informations sur les appareils électroniques des plaignants, notamment des échanges avec Julian Assange, et placé des microphones dans l'édifice, dont les enregistrements ainsi que les images de télésurveillance ont également été envoyés à l'agence américaine.

Mike Pompeo «était au courant et a approuvé» cette collecte d'informations, selon ce document judiciaire, qui précise qu'Undercover Global a été recruté par la CIA en 2017. 
Julian Assange a fait appel de la décision britannique d'accéder à la demande d'extradition aux Etats-Unis.

Le journaliste australien y risque 175 ans de prison pour être à l'origine avec Wikileaks d'une fuite de documents confidentiels (portant notamment sur l'action de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan), en vertu d'une législation contre l'espionnage, dans une affaire dénoncée par ses soutiens comme une attaque gravissime contre la liberté de la presse : certains de ces documents mettaient en lumière des crimes de guerre.

Riche en rebondissements, le calvaire que traverse le lanceur d'alerte a été dénoncé par de nombreuses personnalités politiques, culturelles et médiatiques. Les travaux effectués par le ressortissant australien, qui ont rendu possibles les fuites d'informations d'intérêt général les plus massives du XXIe siècle, lui ont d'ailleurs valu de nombreux prix de journalisme à travers le monde. 

Contrastant avec les communiqués, tribunes, pétitions et autres actions coup de poing organisées en soutien au fondateur de WikiLeaks, le cas Assange s'est en revanche heurté au silence assourdissant de chancelleries occidentales pourtant peu timorées en la matière sur d'autres dossiers.

Vu sur l'application RT News

Commenter cet article