Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Pour eux, tout va bien...

Emmanuel Macron avertit de «la fin de l'abondance» et «de l'insouciance», les oppositions fulminent

Emmanuel Macron a appelé à «l'unité» face à «la grande bascule», annonçant «la fin de l'abondance», «des évidences» et «de l'insouciance». Pour le leader de la CGT, ce discours est «décalé». Les opposants politiques sont tout aussi critiques.

«C'est une grande bascule que nous vivons», a averti Emmanuel Macron ce 24 août , revenant sur la récente «série de crises graves», du conflit en Ukraine à la sécheresse, en préambule au Conseil des ministres de rentrée à l'Élysée.

«Le moment que nous vivons peut sembler être structuré par une série de crises graves [...] et il se pourrait que d'aucuns voient notre destin comme étant perpétuellement de gérer les crises ou des urgences. Je crois pour ma part que ce que nous sommes en train de vivre est plutôt de l'ordre d'une grande bascule ou d'un grand bouleversement», a déclaré le chef de l'Etat lors d'une allocution devant les ministres, exceptionnellement retransmise.

Alors que, face à cette situation, «nos compatriotes peuvent réagir avec beaucoup d'anxiété», il a appelé les membres du gouvernement à «dire les choses [et à] nommer avec beaucoup de clarté et sans catastrophisme». «J'attends du gouvernement le respect de la parole donnée et des engagements que nous avons pris à l'égard de la nation», a-t-il ajouté. 

«Ce que je souhaite que nous puissions faire dans les prochaines semaines et les prochains mois, c'est de réaffirmer une unité très forte du gouvernement, des forces de la majorité [autour] d'un cap qui nous permettra de consolider notre souveraineté, notre indépendance française et européenne», a-t-il poursuivi. Face à «la montée des régimes illibéraux [et] le renforcement des régimes autoritaires», le président a en outre appelé les ministres au «sérieux», à «la crédibilité» et à ne pas céder à la tentation de la «démagogie».

Ça peut toujours sembler séduisant de dire ce que les gens veulent entendre

«Il est facile de promettre tout et n'importe quoi, parfois de dire tout et n'importe quoi. Ne cédons pas à ces tentations, c'est celle de la démagogie. Elles fleurissent dans toutes les démocraties aujourd'hui, dans un monde complexe qui fait peur. Ça peut toujours sembler séduisant de dire ce que les gens veulent entendre […] mais il faut d'abord raisonner en se demandant si c'est efficace et utile», a-t-il poursuivi, sans citer d'exemples concrets.

Citant les effets du conflit en Ukraine, débuté il y a six mois jour pour jour, et de la crise climatique, Emmanuel Macron a mis en avant «la fin de l'insouciance» et «la fin de l'abondance», que ce soit celle «des liquidités sans coût», ou celui «des produits de technologie», des matières premières ou de l'eau.

Un pays confié à des «technocrates» ?

Le sénateur Les Républicains Alain Houpert a réagi, constatant qu'«après avoir confié le pays à des technocrates sans autre idéal que la comptabilité, dans un discours presque martial, le président explique que c'est la fin de tout, d'un modèle français, de la France qu'il a échoué, dans sa mission, à préserver».

L'eurodéputé membre de Reconquête !, Gilbert Collard, ironise : «Depuis son grand palais doré, Macron explique tranquillement aux Français que c'est "la fin de l'abondance" : lui, en revanche, ne semble pas souffrir de pénurie d'insolence !»

Le député de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, s'est quant à lui attaqué à la forme, «la communication à outrance comme alibi», qui trahirait «l’impuissance permanente». «La diffusion en direct et inédite du conseil des ministres n’est que le reflet de l’impasse macroniste», étaye l'élu de l'Essonne, observant un «mauvais spectacle narcissique».

Le député communiste Fabien Roussel est aussi scandalisé par la notion de «fin de l'abondance et de l'insouciance» : «Non mais on rêve ! Comme si les Français avaient manqué de soucis et s'étaient trop gavés. Dix millions de Français pauvres à cause de l'insouciance du président Macron et de la prédation des riches.»

Pour la députée de La France insoumise, Mathilde Panot, le discours d'Emmanuel Macron illustre que «l’illusion néolibérale s’effondre» : «Leur monde ne fait plus rêver. Le capitalisme financiarisé c’est l’insécurité écologique, le rationnement, les pénuries. Un autre monde de liberté, d'égalité et de fraternité est possible : le nôtre !»

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, estime pour sa part sur BFM TV que le message d'Emmanuel Macron était «décalé». «Quand on parle de fin de l'abondance, je pense aux millions de chômeurs, aux millions de précaires», complète-t-il, notant que «pour de nombreux Français, les temps sont durs, les sacrifices sont déjà là».

Vu sur l’application RT News

 

Commenter cet article