Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Emmanuel Macron, le Président mal aimé

Par Franck Pallet

Quelques mois après la réélection du président français pour un second mandat, Franck Pallet analyse le legs des «années Macron», dénonçant le «déclin de la pensée intellectuelle» et fustigeant le «populo-centrisme».

La situation politique actuelle me fait étrangement songer à la fin de règne de Louis XV qui annonçait déjà le crépuscule de la Monarchie avant la Révolution de 1789. Un prince héritier qui a mené la Monarchie a la décadence, qui censurait les grands penseurs de son époque – notamment ceux de l'Encyclopédie de Diderot et  d'Alembert qui était menacée de saisie mais qui ne l'a finalement pas été grâce à l'intervention de la Marquise de Pompadour. 
Un roi isolé, décidant de tout sur son trône, n'écoutant pas ses conseillers les plus proches et encore moins ses sujets.

Au risque de faire de l'anachronisme, et je m'y hasarde pourtant, c'est un peu ce que nous vivons à l'heure actuelle. Un président mal aimé dès son élection en 2017, qui n'a jamais convaincu, qui s'est très vite coupé de son peuple – qui ne sait finalement pas grand chose de lui – mais fort de ses certitudes. Sans doute est-ce dû à son éducation et sa formation. Globalement, un homme qui s'entoure de ministres qui ne lui feront pas d'ombre, ne souhaitant pas connaître à son tour la trahison qu'a vécu son prédécesseur François Hollande.

Une autre forme de populisme, que je nommerai populo-centrisme, tout aussi dangereuse pour la démocratie que les autres populismes, qui aura abouti à la dislocation des partis de droite et de gauche et à la fusion des deux courants politiques dans la novlangue néolibérale. Aujourd'hui nous assistons à un déclin de la pensée intellectuelle, précisément par l'absence de toute vision de l'avenir, par une gestion court-termiste de l'instant sans en mesurer les conséquences réelles sur nos vies. La «Révolution» tant promise en 2017 n'aura pas eu lieu.

Alors que la France fut un grand pays dont on admirait la culture, l'histoire, les universités, les grands penseurs, force est de constater qu'elle sombre de plus en plus dans la médiocrité. Les réseaux sociaux ont ainsi pris le relais pour le meilleur comme pour le pire, à cause des médias traditionnels qui ne jouent plus leur rôle d'information, notamment des chaînes d'information en continu sur lesquelles se succèdent tous les pseudo experts dissertant sur des thématiques qu'ils ne maîtrisent souvent pas ou qui diffusent en toute impunité soit leurs mensonges, soit leurs thèses complotistes, ou encore la bien-pensance du pouvoir en place. A cela s'ajoutent le wokisme, l'islamo gauchisme, les négationnismes en tout genre qui gangrènent les fondements mêmes de notre société.

Non, ces années Macron ne nous laisseront pas un souvenir intarissable. Gageons qu'il ne s'agisse que d'une parenthèse dans notre histoire contemporaine et qu'une nouvelle génération émerge pour qu'enfin notre pays redevienne ce qu'il était, un pays admiré dans le monde entier tant  pour ses valeurs démocratiques que son modèle social.

Franck Pallet

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article

Z
Conclure en rappelant l'admiration mondiale des valeurs démocratiques et le modèle social français, c'est assez maladroit quand on oublie les crimes des armées françaises en Indochine et en Afrique, crimes commandités par des gouvernement français, élus au suffrage universel et certains se déclarant de gauche... Le monde est animé par la lutte des classes, pas par l'admiration populaire!
Répondre