Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Affiche du Planning Familial (fragment)

«On sait que des hommes aussi peuvent être enceints» : le Planning familial au cœur d'une polémique

Une affiche du Planning familial représentant deux hommes, dont l'un «enceint», a agité les réseaux sociaux. L'association dénonce «une attaque extrêmement violente [...] de personnalités d'extrême droite et de leurs sympathisants».

Une pluie de critiques s'est abattue sur le Planning familial, depuis la publication le 17 août d'une de ses affiches illustrant un couple d'hommes, dont l'un présente un ventre arrondi laissant suggérer une grossesse : «Au Planning, on sait que des hommes aussi peuvent être enceints», est-il ainsi écrit sur celle-ci. 

Contacté par le Huffington Post, l’auteur de l’affiche, Laurier The Fox, a expliqué qu’il existait «quatre affiches, montrant des hommes et des femmes trans, dont l’objectif était de montrer que le Planning familial est ouvert à toutes et tous».

Mais très vite, plusieurs personnalités, de tous bords, ont dénoncé cette communication sur les réseaux sociaux.

La députée du Var et chef de file du Rassemblement national à l'Assemblée nationale, Laure Lavalette, dénonce une «communication ridicule», faisant transformer «le Planning familial [...] en officine de propagande sociétale». «Il est nécessaire de démasquer ces militants archi-subventionnés qui ne cherchent qu’à répandre leur idéologie grotesque et mensongère», a-t-elle ajouté.

Le député macroniste de l'Indre d'Horizons, François Jolivet, tweete avec le hashtag «#wokisme» et se dit «critique vis-à-vis des positions militantes du Planning familial», car l'élu «considère qu'il dérive vers une action au service d'une idéologie plus que de l'intérêt général». «Financé par des fonds publics, il est légitime de lui demander des comptes et de se recentrer», poursuit-il.

L'ancienne porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, estime pour sa part que «le planning familial poursuit sa triste dérive». «Loin, très loin de ses objectifs initiaux, être au service des femmes en les aidant dans l'accès à la contraception notamment», considère-t-elle.

Des militants de gauche comme Hélène FrancoCéline Pina ou le délégué au conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts, Pierre Minnaert-Guinedor, fustigent également la campagne du Planning familial. Ce dernier juge que «lutter contre les discriminations n'est pas soutenir toutes les positions incohérentes de tous les lobbies groupusculaires en concurrence».

Des féministes comme Marguerite Stern expriment aussi leur «peur» : «Peur que le Planning familial devienne une officine transactiviste où l’on distribue des hormones comme des bonbons à des ados perdues en leur présentant la transition comme le remède à tous leurs maux. Peur des dégâts que cela va produire sur toute une génération.»

Analysant l'affiche, la romancière Tristane Banon «sent qu’ils ont pensé à tout, à chaque symbole, de la couleur des peaux aux couleurs des pantalons, des lunettes aux cheveux… Ils n’ont rien oublié, sauf la vérité». «La vérité et les femmes qui, petit à petit, au nom de la défense de tous, ne sont plus défendues par personne», poursuit-elle.

L'ancien président de la Licra et avocat Alain Jakubowicz, s'interroge :«Le Planning familial écrivait déjà fin 2020 "les règles arrivent au moment de la puberté … chez les personnes qui ont un utérus…". Aujourd’hui les hommes enceints. Demain la ménopause des hommes ? A quand la prostatite des femmes ?»

En réaction aux critiques, le Planning familial a communiqué le 19 août, jugeant que ces attaques venaient de l'«extrême droite». «Le Planning familial [...], ses militants et ses responsables font [...] l'objet d'une attaque extrêmement violente [...] de la part de personnalités d'extrême droite et de leurs sympathisants», écrit notamment l'organisation.

Le Planning familial considère qu'il subit une «campagne de dénigrement sur le dos des minorités de genre» et envisage des procédures judiciaires contre «les instigateurs de haine, qui sont parfois des élus de la République».

Le Planning familial soutenu par certains politiques de gauche

A la suite du communiqué, l'association a reçu des soutiens, particulièrement à gauche, comme du sénateur socialiste du Val d'Oise Rachid Temal ou de la maire de Paris Anne Hidalgo. Celle-ci dénonce des «attaques haineuses» contre le Planning familial.

Le porte-parole du NPA, Philippe Poutou, la députée d'Europe Ecologie Les Verts, Eva Sas, ou la députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain, ont également soutenu la structure. L'élue Insoumise adressant même un «bravo» au Planning familial : «Bravo, merci, soutien à cette grande association qui permet depuis si longtemps l'écoute, la protection, l'accompagnement. Face à leurs attaques, défendons et affirmons plus encore notre liberté.»

Enfin, l'organisation écologiste Youth for Climate France, initiée par la militante suédoise Greta Thunberg, a pris partie, appelant les internautes à adhérer à l'association de leur département.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article