Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

L’inflation et la baisse du pouvoir d’achats déclenchent une vague de grèves au Royaume-Uni

Cheminots, postiers, dockers : le Royaume-Uni connaît ses pires grèves depuis des décennies avec une nouvelle salve qui démarre cette semaine pour de meilleurs salaires face à l'inflation qui flambe et un pouvoir d'achat en chute.

Les 18 et 19 août, des dizaines de milliers d'employés des chemins de fer britanniques sont appelés à cesser le travail par les syndicats RMT, TSSA et Unite. Nouvel épisode de la plus grosse grève en 30 ans dans le secteur, entamée fin juin. Network Rail, le gestionnaire public du réseau, a prévenu que seul un train sur cinq circulerait, appelant les Britanniques à ne voyager «que si cela est absolument nécessaire». Le 19 août, l'ensemble du réseau de transport de Londres sera quasi paralysé et restera très perturbé pendant tout le week-end.

Le 21, ce sont les dockers du port de Felixstowe (est de l'Angleterre) – le plus gros pour le fret dans le pays – qui démarrent une grève de huit jours, menaçant de mettre à l'arrêt une grande partie du trafic de marchandises du pays. Partout le mot d'ordre est le même : les employés réclament des hausses de salaires en phase avec l'inflation, qui a atteint en juillet 10,1% sur un an au Royaume-Uni et pourrait dépasser 13% en octobre, selon les prévisions de la Banque d'Angleterre.

Sharon Graham, secrétaire générale du syndicat Unite, l'un des principaux du pays souligne dans un communiqué que le pouvoir d'achat est grignoté par les hausses de prix à une vitesse record, ce qui, selon elle, «démontre le besoin vital [...] de défendre la valeur de la rémunération des travailleurs».

Postes et télécoms en grève

A l'appel du syndicat sectoriel CWU, plus de 115 000 postiers britanniques ont de leur côté prévu quatre jours de débrayage entre fin août et début septembre, et quelque 40 000 employés de l'opérateur de télécoms BT poursuivront leur première grève en 35 ans. Et des actions sont prévues, ou ont eu lieu, dans les entrepôts d'Amazon, chez les avocats pénalistes ou parmi les éboueurs.

Le 16, le syndicat patronal CBI a affirmé dans un communiqué que les employeurs faisaient leur possible «pour aider leur personnel à traverser cette période», mais selon CBU «une large majorité ne peut se permettre d'augmenter suffisamment les salaires pour suivre l'inflation».

Certaines grèves ont pourtant été récemment évitées à la dernière minute, après des offres de rémunération jugées satisfaisantes. C'est le cas de salariés d'une entreprise de ravitaillement en carburant à l'aéroport d'Heathrow, qui menaçaient de perturber le trafic et ont finalement renoncé à débrayer. Ainsi, une partie du personnel au sol de British Airways, qui demandait au minimum le rétablissement de salaires amputés de 10% pendant la pandémie, a mis fin à la grève après avoir obtenu une hausse de 13%.

Des intérimaires pour remplacer les grévistes

Toutefois les cheminots poursuivent, eux, leur mouvement ce 18 août parce que les négociations avec la multitude d'opérateurs privés du secteur sont dans l'impasse. Ils ont aussi rejeté une offre salariale de Network Rail conditionnée à des licenciements massifs. Le ministre des Transports, Grant Shapps, qui a refusé de s'impliquer directement dans les discussions, est pointé du doigt par les organisations, accusé de ne pas donner de mandat suffisant aux entreprises pour négocier.

Autre motif de colère syndicale : le gouvernement vient de modifier la loi afin de permettre le recours à des intérimaires pour remplacer les grévistes. Le célèbre grand magasin de luxe londonien Harrods a été «le premier employeur à menacer son personnel» de faire usage de cette loi, alors que certains employés votent actuellement une éventuelle grève, selon Unite.

Les mouvements pourraient durer au-delà de l'été, et aussi s'étendre aux fonctionnaires de l'enseignement ou encore de la santé, où le syndicat a rejeté des offres salariales jugées «misérables» de 4%.

Vu sur l’application RT News

 

Commenter cet article