Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Moscou et Kiev se rejettent la faute des nouveaux bombardements sur la centrale de Zaporojié

L'administration de la région de Zaporojié a dénoncé des tirs ukrainiens sur la centrale nucléaire qui se trouve sous contrôle de l'armée russe. Le camp ukrainien accuse pour sa part la Russie d'être à l'origine des bombardements.

«Energodar et la centrale nucléaire de Zaporojié sont encore bombardés par les soldats de Zelensky. Selon des témoins, des explosions ont à nouveau été entendues dans la ville. Des frappes ont été enregistrées près de la côte du Dniepr et de la centrale nucléaire de Zaporojié», a déclaré ce 13 août sur sa chaîne Telegram Vladimir Rogov, membre du conseil principal de l'administration de la région de Zaporojié (région d'Ukraine en grande partie contrôlée par les autorités russes), confirmant que de nouvelles frappes sur la centrale avaient eu lieu. «Les tirs ont été effectués par les soldats de la 44e brigade d'artillerie des forces armées ukrainiennes au moyen de missiles guidés et d'obus de fabrication occidentale», a-t-il précisé.

Sous contrôle de l'armée russe depuis le mois de mars, le site de la centrale est régulièrement pris pour cible depuis le 5 août, soulevant de vastes inquiétudes dans le monde et provoquant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. Côté ukrainien, on accuse la Russie d'être responsable de la situation : «Limitez votre présence dans les rues d'Energodar [ville sous contrôle russe dans laquelle la centrale se trouve] ! Nous avons reçu des informations sur de nouvelles provocations de la part des occupants», a averti sur Telegram l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom, republiant le message d'un dirigeant [pro-ukrainien] d'Energodar. 

Plusieurs installations ont été endommagées sur le site de la centrale, mais pour l'instant aucun dommage majeur, ni fuite de radioactivité, n'ont été signalés. L'Ukraine et ses alliés occidentaux appellent à la démilitarisation de la zone et au retrait des troupes russes, Volodymyr Zelensky dénonçant le «chantage nucléaire russe».

Zaporojié, plus grande centrale nucléaire d'Europe

Les premières frappes, le 5 août, ont notamment touché un transformateur de ligne électrique haute tension, entraînant l'arrêt automatique du réacteur n°3 de la plus grande centrale nucléaire d'Europe et le démarrage de ses groupes électrogènes de secours.

Les dernières frappes en date ont endommagé une station de pompage et des capteurs de mesure de la radioactivité. Le 4 août, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a prévenu contre un risque de «catastrophe» et a insisté sur le fait que le site ne devait «pas être utilisé dans le cadre d'opérations militaires». Il a alors proposé la création d'un «périmètre démilitarisé pour assurer la sécurité de la zone».

Le 11 août, lors d'un Conseil de sécurité réuni sur cette question, le représentant russe a déclaré que la Russie n'avait «aucune raison» de bombarder une zone qu'elle contrôle, poursuivant : «Les actions criminelles de Kiev contre la centrale nucléaire de Zaporojié poussent le monde au bord d'une catastrophe nucléaire.»

L'armée russe a pris le contrôle d'une grande partie de la région de Zaporojié dans le cadre de son opération militaire en Ukraine lancée le 24 février et dénoncée par Kiev et ses alliés occidentaux comme une guerre d'invasion.

Vu sur l'application RT News

Commenter cet article

A
qui sinon 'armée de Kiev ? La question est : que foutent les russes là-bas ? Les nazis sont au Kremlin !
Répondre