Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Énergie : face à la flambée des prix, Duralex va suspendre sa production cet hiver

Pour préserver ses finances de l’envolée des coûts de l’énergie, la célèbre verrerie va mettre à l’arrêt son unique four cet hiver et placer en chômage partiel le gros de ses 250 salariés. Le patron de l’entreprise évoque un redémarrage au printemps.

«Produire au tarif de l’énergie au prix du jour générerait des pertes intenables.» José-Luis Llacuna, président du verrier français Duralex, est catégorique : continuer la production cet hiver serait financièrement insoutenable.

Dans un communiqué daté du 1er septembre, le verrier de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) a annoncé l’arrêt de son four à compter de début novembre et ce pour une durée «minimum de quatre mois». En conséquence, une grande partie des 250 salariés de l’entreprise sera placée en chômage partiel, selon France Info. Durant cette mise en veille de l’usine, l’activité commerciale et logistique de l’entreprise devrait perdurer.

«Pour des raisons purement financières, parce que les prix de l'électricité et du gaz mettent en péril l'entreprise et l'emploi, nous sommes obligés de mettre en veille ce four» a insisté le dirigeant auprès du média public français. «L’énergie représentait de 5 à 7% de notre chiffre d’affaires il y a un an. Aujourd’hui, cela représente 40%», explique-t-il.

Toutefois, José-Luis Llacuna tient à se montrer rassurant. Selon lui, l’entreprise disposerait de «suffisamment de stocks» pour satisfaire ses clients jusqu’à la remise en chauffe de son four de fusion au printemps 2023, date à partir de laquelle l’entreprise aurait conclu ses accords de livraison d’électricité.

Électricité en France : la fin d’un âge d’or ?

«Nous avons fait l'acquisition d'énergie à des prix très élevés, mais acceptables, qui n'ont rien à voir avec les prix auxquels on va être soumis pendant les mois de novembre, décembre, janvier, février et mars de l'année prochaine», affirme encore le chef d'entreprise auprès de France Info.

Contrairement aux consommateurs, les entreprises ne disposent pas du bouclier tarifaire déployé par le gouvernement français à l’automne 2021 afin de minimiser la hausse des prix de l’énergie. Hausse alors provoquée par la reprise économique post-Covid ainsi que par une mauvaise performance du parc éolien européen les mois précédents.

Déjà à l’époque, face à des cours alors jugés prohibitifs, des filières industrielles particulièrement énergivores avaient été contraintes de mettre en berne leurs activités afin de ne pas produire à perte. Une situation inédite dans un pays où les différents acteurs économiques bénéficient d’une électricité à un coût en deçà de la moyenne européenne.

Un mécanisme d’aides «largement insuffisant»

Or, la situation n’a fait qu’empirer. La tension sur le marché européen de l’électricité, encore fortement dépendant des énergies fossiles, a été exacerbée par la baisse de régime des centrales nucléaires tricolores. Une fébrilité amplifiée quelques mois plus tard par l’intervention russe en Ukraine et les sanctions anti-russes prises par l'Occident pour condamner cette opération militaire.

Le 26 août, le prix du mégawattheure (MWh) pour 2023 en France dépassait le seuil des 1 000 euros sur le marché de gros, contre 85 euros un an plus tôt. Pour le mois de décembre prochain, le MWh s'échangeait même à plus de 1 600 euros.

Interrogé dans les médias sur un recours au Plan de résilience économique et sociale du gouvernement, José-Luis Llacuna juge son montant «largement insuffisant en vue de cette flambée des prix.» Ce plan avait été présenté mi-mars par le gouvernement Castex afin de venir en aide aux entreprises impactées par les conséquences du conflit en Ukraine, notamment par les sanctions prises à l’encontre de la Russie.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article