Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le ministre de la Santé organise des points réguliers pour évaluer la situation dans les services d’urgences dans le cadre de la mise en œuvre des propositions de sa fameuse mission flash de fin juin. Le rôle que lui demande de jouer le gouvernement le rend pathétique.

Il se satisfait de l’absence de catastrophe et publie des chiffres sur de belles diapositives qui ne correspondent pas à la réalité de terrain rapportée par les professionnels. En ce qui concerne les chiffres, tout le monde a pu constater récemment dans le cadre de l’épidémie de COVID-19 qu’il est très facile de manipuler des données en fonction des résultats que l’on souhaite obtenir.

Et bien, le ministre Braun pratique de la même manière. Le meilleur exemple est donné par la situation au CHU de Bordeaux, premier hôpital en crise à avoir adopté la procédure de « filtrage » de l’arrivée aux urgences par une obligation d’appel au centre 15.

Les retours des personnels des urgences et du SAMU sont éloquents. Aux urgences, les personnels se sont mis en grève pour protester contre le fait que le problème n’était pas un soi-disant afflux de patients qui « viendraient pour rien aux urgences » mais le manque de lits pour hospitaliser les 20 à 25 % de patients les plus graves.

Du côté du SAMU, le chef de service lors d’une récente interview contredisait le ministre, tant sur ses chiffres que sur l’efficacité de ses mesures. Il faisait état d’une augmentation de plus de 20 % des appels sans personnels supplémentaires avec des délais de décroché qui s’étaient allongés, ce qui mettait en danger les patients les plus graves pour lesquels le délai d’intervention est un facteur essentiel pour leur pronostic. Il évoquait aussi son incapacité à embaucher des assistants de régulation médicale au pied levé et l’épuisement de ceux en poste avec des démissions, ce qui aggravait encore la situation.

Bref le véritable bilan des mesures préconisées par F. Braun est d’avoir étendu la crise du service d’accueil des urgences au SAMU dans un des plus gros CHU de France. Bravo ! A cela s’ajoute le récit poignant d’un urgentiste paru dans Libération dont le titre se suffit à lui-même « Un urgentiste témoigne après la mort d’une patiente laissée dans un couloir ».

Un nouveau décès lié au manque de personnel qui s’ajoute à tous ceux relatés dans la presse ces dernières années et à tous ceux restés sous silence. Alors, monsieur le ministre nous ne pouvons accepter vos conclusions qui sont de généraliser dès cet automne le mode de fonctionnement dégradé mis en place cet été. Il va falloir s’attaquer aux vrais problèmes.

Notamment à celui de l’injuste répartition des médecins sur le territoire et d’un mode d’exercice qui ne répond plus aux besoins de la population. Il n’est pas non plus acceptable que vous validiez la politique de destruction des services publics accélérée par E. Macron depuis 5 ans au domaine hospitalier.

Disposer d’un hôpital avec un service d’urgences ouvert 24 h sur 24 à moins de 30 minutes de son domicile constitue un droit pour tous les citoyens, droit inscrit dans la constitution qui prescrit que « l’Etat doit à tout citoyen une égalité de traitement au niveau des services publics quel que soit son lieu de résidence sur le territoire ».

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier –SAMU 93

Sur sa page Facebook:

Commenter cet article