Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le système de Parcoursup est de plus en plus critiqué et s’avère une catastrophe pour les formations sanitaires et sociales. La procédure des vœux multiples associés à des sous-vœux aboutit à une affectation dans des formations qui n’étaient pas dans les choix prioritaires des lycéens. Le résultat est une affectation dans des filières pour laquelle la motivation est faible. 

Dans toutes les formations, cet élément est un moteur essentiel mais peut-être encore plus pour les métiers du sanitaire et du social où, sans parler forcément de vocation, une appétence particulière pour les relations humaines notamment est particulièrement importante. Le bilan aujourd’hui est catastrophique.

Les taux d’abandon et d’échec sont très élevés et atteignent même 40 % dans la région Ile-de-France pour la promotion 2019-2022 dans les instituts de formation en soins infirmiers. Alors que nous manquons dramatiquement de professionnels, cette situation est une catastrophe car, malgré les augmentations du nombre de places dans les écoles professionnelles, le nombre de diplômés est inférieur à ce qui existait avant la mise en place de Parcoursup.

Ce résultat est une aubaine pour le gouvernement qui, tel un Ponce-Pilate, se retranche derrière la pénurie de personnels pour continuer à fermer des lits et des établissements. De fait, comme pour la démographie médicale, cette pénurie est sciemment entretenue car elle sert à organiser la dégradation du service public hospitalier.

Pour exemple, à l’Assistance-Publique-Hôpitaux de Paris, il manque actuellement près de 2 000 infirmières, ce qui entraîne la fermeture de plusieurs milliers de lits et une baisse de l’activité chirurgicale avec la réduction de 20 à 30 % de la disponibilité des blocs opératoires qui atteint même près de 50 % dans certains établissements.

La mise en place d’un plan de formation et d’embauche massif afin de répondre aux besoins immédiats et à venir est une urgence. En effet, il faut non seulement rattraper le retard mais aussi pourvoir les besoins futurs dans le secteur qui sont estimés à 700 000 emplois supplémentaires en 2030. Mais le ministre reste sourd et se prépare à valider dans la loi de finances de la sécurité sociale un fonctionnement dégradé des urgences avec un filtrage systématique de l’entrée dans les services.

Nous réclamons donc non seulement la suppression de Parcoursup mais la mise en place d’une politique nationale de contrats d’études pour toutes les formations sanitaires et sociales. Ces derniers consistent à payer les étudiants au SMIC pendant leurs études – c’est-à-dire avec des cotisations sociales, donc des cotisations retraite dès 18 ans, ce qui est particulièrement motivant dans la période – contre un engagement à travailler pendant quelques années dans un territoire ou un établissement prédéfini.

Ce système n’a rien de révolutionnaire car il existait jusqu’au début des années 1980 quand les recrutements dans les hôpitaux étaient difficiles. Alors assez de discours et de parlotte dans des conseils de la soi-disant refondation, les solutions sont là, aux actes !

Docteur Christophe Prudhomme

Sur sa page Facebook :

 

Commenter cet article