Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Ukraine : Borrell regrette que des Européens souhaitent « mettre fin à la guerre » en abandonnant Kiev

Josep Borrell déplore que certains Européens souhaitent précipiter le conflit en Ukraine à son terme en stoppant l'aide de l'UE à Kiev, du fait de son coût important pour les sociétés européennes. Il dénonce « une mentalité qui doit être dépassée ».

« La tentation d'abandonner est là mais nous ne pouvons pas faiblir, nous devons maintenir notre soutien à l’Ukraine », a déclaré le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell, dans un entretien publié ce 15 septembre par le quotidien espagnol El Mundo.

Celui qui est aussi le vice-président de la Commission européenne a ainsi déploré qu'entre autres répercussions de la crise énergétique en Europe, se développait un scepticisme grandissant concernant le soutien financier à apporter à l'Ukraine.

« Il y a, dans une partie de la société européenne, une tentation d'abandonner [l'Ukraine]. Les gens veulent mettre fin à la guerre parce qu'ils ne peuvent pas en supporter les conséquences, les coûts. Cette mentalité doit être dépassée », a-t-il encore estimé, ici cité paEuroWeekly News.

En évoquant « les conséquences » et « les coûts » du conflit en Ukraine pour les populations européennes, le haut diplomate de l'UE a abordé un sujet particulièrement clivant au sein des 27 : tant le sujet de la contribution aux aides financières et militaires à destination de Kiev que celui de l'adoption de sanctions antirusses sur l'énergie font l'objet de divergences. Pour rappel, l'UE a adopté de nombreuses sanctions économiques et diplomatiques contre la Russie et livré des armements à Kiev, en réaction à l’ « opération militaire spéciale» russe en Ukraine, lancée fin février et que les 27 dénoncent comme une guerre d'invasion.

Un mouvement protestataire qui émerge en Europe

Dernièrement, plusieurs pays européens ont d'ailleurs vu émerger un mouvement de contestation face à de tels choix politiques.

Quelque 70 000 personnes ont ainsi manifesté le 3 septembre dans le centre de Prague contre le gouvernement tchèque, l'accusant d'accorder plus d'attention à l'Ukraine qu'à ses propres citoyens.

En France, une manifestation a été organisée à Paris le 3 septembre, notamment pour revendiquer la sortie du pays de l'OTAN et de l'UE. En amont du rassemblement parisien, les organisateurs avaient entre autres invoqué les « pénuries organisées » selon eux par les autorités (dans le contexte de tensions énergétiques liées notamment au conflit en Ukraine), l’« explosion des prix» ou encore le «climat de guerre», afin de mobiliser les manifestants.

Une semaine plus tard, c'est la capitale autrichienne qui a vu défiler des milliers de manifestants opposés aux sanctions visant la Russie.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article