Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Suite au retrait des forces militaires russes de la région de Kharkov, la machine politico-médiatique atlantiste s'est mise en route pour nous produire une nouvelle superproduction : "Après Boutcha, voici Izioum". Et la technologie et la finalité sont les mêmes - conduire à la défaite politico-juridique de la Russie, la réduire à un Etat paria. En revanche, la réalité des répressions contre les populations locales accusées de collaboration par les forces ukrainiennes, elle, est passée sous silence.

POURSUIVRE LA LECTURE :

Kiev accuse la Russie d'exactions à Izioum : « Un mensonge », selon le porte-parole du Kremlin

Pour le porte-parole du Kremlin, les récentes allégations ukrainiennes sur des exactions russes à Izioum correspondraient au « même scénario qu’à Boutcha» – soit une mise en scène de Kiev.

« C’est un mensonge. Nous allons bien sûr défendre la vérité dans cette affaire » : c'est en ces termes que le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a répondu ce 19 septembre à une question qui lui était posée sur les récentes accusations de Kiev, à propos de « crimes de guerre » attribués à l'armée russe dans le nord-est de l'Ukraine. 

C'est un mensonge. Nous allons bien sûr défendre

la vérité dans cette affaire

« Vous savez, c’est le même scénario qu’à Boutcha», a-t-il également déclaré, laissant entendre qu'il pourrait s'agir d'une provocation des autorités ukrainiennes visant à décrédibiliser la Russie, dans le contexte de l'«opération militaire spéciale» menée par celle-ci. En effet, le président russe Vladimir Poutine avait dénoncé en avril dernier une « provocation brutale et cynique du régime de Kiev » dans la ville de Boutcha, après que l'Ukraine et les Occidentaux avaient accusé l'armée russe d'y avoir tué de nombreux civils.

Pour rappel, deux narratifs s'affrontent au sujet des crimes présumés à Boutcha : le ministère russe de la Défense affirme que ses forces se sont complètement retirées de la ville le 30 mars et que les «preuves de crimes» ne sont apparues que quatre jours plus tard, lorsque des agents des services de sécurité ukrainiens sont arrivés dans la ville ; des images satellite américaines, à l'inverse, témoigneraient de la présence de corps gisant dans la rue dans cette la ville depuis la mi-mars.

Accusations ukrainiennes à propos d'Izioum

En ce qui concernent les plus récentes allégations ukrainiennes : le soir du 15 septembre, le président Volodymyr Zelensky ukrainien a annoncé qu'une « fosse commune » avait été découverte à Izioum, dans la région de Kharkov au nord-est de l'Ukraine, après le départ de l'armée russe. Les autorités ukrainiennes ont également fait état de la découverte de 440 tombes – des tombes qui, selon l'AFP, «dat[ent] de mars à septembre 2022 [et] ont aussi été découvertes dans le même cimetière ».

Selon la même agence de presse, les autorités ukrainiennes « soupçonnent que certains des corps retrouvés sont ceux de personnes ayant été torturées par les forces d'occupation russes ». Ievguen Sokolov, procureur de Kharkov en charge de l'enquête ukrainienne, a notamment déclaré le 18 septembre : « Un soldat avec les mains attachées dans le dos, un corps avec une corde sur le cou et les membres brisés [ont été découverts]. Il y avait une femme avec des éclats d'obus dans le dos. Et aujourd'hui, nous avons exhumé un corps avec de multiples coups de couteau ». Les journalistes de l'AFP ont eux constaté qu'« au moins deux des corps déjà exhumés ont été retrouvés les mains liées». 

Si les exhumations sont toujours en cours à Izioum, les annonces ukrainiennes ont rapidement suscité de vives réactions parmi les chancelleries occidentales. Entre autres, le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Lipavsky, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne, a appelé « à la création rapide d'un tribunal international spécial ». 

L'ONU espère une « investigation sérieuse » de la CPI

Du côté de l'ONU, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a déclaré, dans un entretien accordé à RFI et France 24,  que le bureau du Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés allait se rendre à Izioum pour analyser la situation. 

Le patron de l'ONU a également dit « espérer » que la Cour pénale internationale «puisse avoir la capacité de faire une investigation sérieuse» à ce sujet afin, à terme, «de créer les conditions pour que les responsables des atrocités soient punis».

Depuis le début de l'offensive militaire lancée par la Russie fin février dernier, Moscou et Kiev se sont accusés réciproquement de crimes de guerre à diverses reprises.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article