Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

 

La Une du Monde daté du 23 octobre 2022

Jusqu'en juillet 2022, le gouvernement italien, dit "d'union nationale", était présidé par Mario Draghi, banquier et ancien président de la Banque Centrale Européenne composé du Mouvement 5  étoiles (M5S), de la Lega, du Parti Démocrate (PD), et de Forza Italia .

C'est dire que le pouvoir italien, du "centre gauche" à la droite, avait toute la confiance des autorités de Bruxelles. Mais les exigences de celles-ci en matière sociale et économique ont soulevé le tollé en Italie : par exemple, la suppression d'un revenu minimum garanti pour les citoyens italiens vivant en dessous du minimum de pauvreté. 

Du fait de cette suppression et de quelques autres, le mouvement 5 Etoiles, qualifiée "de gauche", quittait la coalition pour tenter retrouver un soutien populaire.

Par ailleurs, les tensions concernant l'aide militaire à l'Ukraine à la suite de la guerre avec la Russie, avaient également provoqué une scission au sein du M5S, avec le retrait du ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio.

Le 20 juillet, Draghi s'est adressé au Sénat, réitérant son soutien à l'Union européenne, à l'Otan et à l'Ukraine, affirmant qu'il était absolument nécessaire de mener à bien les réformes économiques et judiciaires engagées par son gouvernement. 

Le 21 juillet, le Premier ministre Draghi démissionne après qu'un nouveau vote de confiance au Sénat n'ait pas réussi à passer à la majorité absolue, à la suite des défections de M5S, de la Ligue et de Forza Italia.

L'Italie se trouve donc sans gouvernement et sans majorité.

A défaut de recours aux anciens compromis entre les forces politiques italiennes traditionnelles, les forces du Capital se devaient de rechercher une formule nouvelle, susceptible de rassembler une majorité parlementaire.

C'est ainsi que, sortant le lapin du chapeau, la bourgeoisie italienne recourt à une formation très minoritaire, "Les frères d'Italie", qui se réclame ouvertement de Mussolini.

Ce choix soulève d'abord les hauts cris de la "gauche" européenne. Ses médias annoncent avec horreur un second fascisme italien, rappelant, preuves à l'appui, les connexions directes entre Giorgia Meloni avec les nostalgiques du Duce.

Mais les électeurs italiens, attendent une rupture profonde dans la politique romaine...

Les résultats accordent la victoire à la coalition composée principalement des partis Frères d'Italie, de la Ligue et Forza Italia, qui remportent la majorité absolue dans les deux chambres du Parlement.

La dirigeante des Frères d'Italie, Giorgia Meloni, devient la première femme présidente du Conseil des ministres

En deuxième position, la coalition de centre gauche, menée par le Parti démocrate, se stabilise à 26 % après avoir appelé à faire barrage à l'extrême droite. En troisième position avec 15 % des voix, le Mouvement 5 Étoiles perd plus de la moitié de ses électeurs par rapport à 2018. Celui-ci est suivi par la liste libérale Action/Italia Viva qui rentre au parlement avec 8 % des voix.

Après sa victoire, Giorgia Meloni s’emploie à donner des gages aux marchés financiers et à l'Union européenne

En signe d'ouverture, Guido Crosetto, le plus proche conseiller de Giorgia Meloni, propose que le prochain budget de l'Italie, qui doit être soumis à la Commission européenne, soit rédigé par Mario Draghi, avec la collaboration des équipes de la coalition de droite. 

Le président du Conseil sortant, avec lequel Meloni est régulièrement en contact, lui dispense ses conseils et lui aurait fait accepter, indique le quotidien La Repubblica, un « pacte » portant sur le maintien du soutien militaire à l'Ukraine, de l'adhésion à l'OTAN et de la politique d’austérité budgétaire.

Il lui suggère également de nommer son ami Fabio Panetta, actuel membre du directoire de la Banque centrale européenne, à la tête du ministère de l’Économie. Les marchés financiers ont réagi favorablement à la victoire électorale des Frères d'Italie, la Borsa Italiana ayant ouvert en hausse le lendemain...

Comme quoi les milieux financiers de Bruxelles, soutenus par la "gauche européenne", sont aptes à utiliser la soif de changement et de rupture des populations, afin que les changements politiques souhaités ne se réalisent jamais.

Un "bon" gouvernement, pour l'Union européenne, c'est un pouvoir qui "a la confiance des marchés".

« Il faut que tout change pour que rien ne change »

Giuseppe Tomasi di Lampedusa.

Jean LÉVY

 

Commenter cet article