Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Alors que les pharmaciens ont alerté il y a quelques semaines sur l’aggravation des ruptures d’approvisionnement qui atteignent aujourd’hui 12,5 % des références et a doublé en peu de temps. Encore plus inquiétante est l’alerte récente de la Direction générale de la santé auprès des professionnels de santé sur les tensions d’approvisionnement en paracétamol, médicament dont la consommation atteint 500 millions de doses par an en France, soit 22 % du marché total du médicament.

Alors que ce problème est bien connu depuis des années, la réponse du gouvernement est de fournir des « aides » à des projets industriels sans remettre en cause justement la logique de marché qui est à l’origine de cette catastrophe sanitaire. En effet, E. Macron a largement médiatisé la soi-disant relocalisation en France de la production de certains médicaments en apportant 200 millions d’euros de financement aux entreprises pharmaceutiques.

Mais de qui se moque-t-on ? Ceux qu’on appelle à juste titre Big Pharma ont massivement délocalisé la production des principes actifs, c’est-à-dire des composants qui sont responsables de l’effet thérapeutique des médicaments, pour augmenter leurs marges et donc leurs bénéfices dont le niveau en fait aujourd’hui l’industrie la plus rentable au monde. Donc le choix est de ne pas réinvestir les bénéfices et de demander à l’Etat d’apporter son obole.

Les laboratoires vont ainsi pouvoir continuer de verser des dividendes dont ils se vantent auprès de leurs actionnaires de leur hausse continue, à l’instar de SANOFI qui affiche que 2021 en est la 28e année consécutive. Il s’agit là d’un nouvel exemple qui montre que le choix politique d’E. Macron est bien celui du capital contre la santé de la population.

Il y a donc urgence à construire un pôle public du médicament qui permette de produire en France et plus largement en Europe les médicaments essentiels. Pour cela deux mesures sont nécessaires : d’une part taxer les profits qui ne sont pas réinvestis de manière dissuasive, ce qui permettra de financer ce pôle public et les usines à construire, d’autre part imposer ce qu’on appelle des licences d’office, c’est-à-dire la levée des brevets sur ces produits.

En effet, les médicaments ne peuvent pas être des produits comme les autres dans le cadre du fameux marché à la concurrence libre et non faussée. La santé publique doit primer sur le marché et il est urgent, tant pour la population française que pour la population mondiale, que ce choix soit rapidement imposé.

Car nous vivons tous sur la même planète. Les bactéries, les virus, la pollution et beaucoup d’autres facteurs influant sur la santé des populations ne connaissent pas de frontières. Et il ne faut pas nous servir l’argument que sans bénéfices, il n’y aura personne pour investir dans la recherche car, la plupart du temps, l’industrie pharmaceutique profite honteusement de la recherche publique pour s’accaparer ensuite la production des médicaments et donc les bénéfices.

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien Hospitalier - SAMU 93

Sur sa page Facebook :

Commenter cet article