Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Dans un article précédent, nous affirmions que le pouvoir effectif, dans nos "démocraties occidentales", appartenait à ceux qui "tiennent la queue de la poêle", c'est-à-dire à ceux qui détiennent les capitaux, les médias et les organes politiques de décision.

Jusqu' 2017, ces forces camouflaient cette réalité en délégant leurs prérogatives aux professionnels de la politique, députés et ministres, dévoués à leurs intérêts. Ce fut le cas sous les présidences de Jacques Chirac à François Hollande en passant par Nicolas Sarkozy. 
Mais, l'approfondissement de la crise économique, la course effrénée aux profits, l'âpreté de la concurrence mondiale entre groupes rivaux, a poussé le Capital à gérer lui-même les affaires de l'état.

Directement, sans intermédiaires... 

Cette évolution s’est traduite en France, en 2014, par le recours à un banquier, Emmanuel Macron, administrateur-gérant e la Banque Rothschild, inconnu du public, et pourtant déjà infiltré dans les states du pouvoir en qualité de secrétaire- général adjoint de l'Elysée, chargé de l'Economie, par François Hollande, alors président de la République, Puis, celui-ci lui a confié les cordons de la bourse en le nommant ministre de l'Economie. 

Enfin, Macron s'est présenté en 2016 comme candidat à la magistrature suprême aux élections de 2O17. Toujours inconnu des Français, mais soutenu d'emblée par tous les médias des milliardaires qui ont assuré sa promotion et les moyens de financement de sa campagne.

Soutenu par la finance, le grand patronat et avec la complicité de la social-démocratie et de la démocratie chrétienne, il s'agissait, sous son autorité de réaliser en France la "Grande-Koalition" à l'allemande, l'alliance entre le SPD et la CDU.

C'est ainsi que les forces de l’argent ont placé directement à la tête du pays un banquier, chargé de placer intégralement les Français sous leur coupe, disposant à la fois des capitaux dominant l'économie, des postes de commande de l'état, et de l'ensemble des moyens d'information pour chloroformer la population.

Ainsi "Le Monde", daté du 27 octobre, nous annonce, sous le titre : "Frédéric Michel, le monde des affaires à l'Elysée", la promotion par Emmanuel Macron de ce Frédéric Michel, comme "conseiller spécial à la communication", Le "chef advisor", de Macron, ajoute le quotidien...Celui-ci était encore, il y a quelques semaines, l'associé du fond James Murdoch, Lupa Système.

Selon "Le Monde", Frédéric Michel était "ancien lobbyste en chef des Murdoch, chargé des relations de ces magnats des médias avec les responsables politiques européens » ;

Avec la nomination de ce "spécialiste", chacun peut s'attendre à une emprise encore plus directe de l'Elysée sur les infos que vous servent télés, radios et journaux.

Ainsi, un banquier et sa classe gèrent la France au profit d'une couche de privilégiés, et les élus de la Nation font de la figuration.

C'est donc ce système qu'il faut casser afin que la population, aujourd'hui mise en résidence surveillée, prenne directement les rênes du pouvoir pour bâtir une autre société dans une France apaisée où le bien commun bénéficie à tous.

Sauf au monde des affaires et aux banquiers.

JEAN LÉVY

 

Commenter cet article

P
vos cliquages sur des dessins sont INSUPPORTABLES !!!!!
Répondre
E
Je ne comprends pas?
P
Et moi qui croyais que nous avions élu il y a une dizaine d'années un président de "gôche" socialiste et tout et tout mais surtout ENNEMI DE LA FINANCE. C'était bien plutôt une c..... molle pour empapaoufer le peuple une nouvelle fois, un infâme menteur ennemi d'une vraie gauche, comme tous les socialistes
Répondre