Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Lula

Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, a remporté le second tour de l'élection présidentielle brésilienne, ce 31 octobre, battant le président sortant Jair Bolsonaro, selon les résultats officiels quasi-définitifs.

L'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) a été élu ce 31 octobre à la tête du Brésil en battant de justesse le président de droite sortant, Jair Bolsonaro, à 50,83% contre 49,17%, selon les résultats officiels quasi-définitifs, cités par l'AFP.

L'ex-sidérurgiste de 77 ans, qui avait connu la prison pour corruption (2018-2019) avant de voir ses condamnations annulées par la justice, effectuera son troisième mandat à la tête du pays, après ceux des années 2003 à 2010.

Polémique autour de barrages filtrants ayant retenu des électeurs

Aucun incident violent n'est venu entacher le vote des quelque 156 millions de Brésiliens appelés aux urnes, selon l'AFP.  Mais ce second tour a été marqué par une vive polémique autour de barrages filtrants de la Police routière fédérale (PRF) qui ont retenu des électeurs, notamment des régions pauvres du nord-est, fief électoral de Lula. 

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses vidéos montraient des embouteillages monstres ou des autocars transportant des électeurs bloqués dans les barrages. Sur son compte Telegram, Lula avait jugé « inadmissible » ces barrages policiers, en dépit d'une décision judiciaire de la veille qui les interdisait. Mais Alexandre de Moraes, président du Tribunal supérieur électoral, a toutefois relativisé ces problèmes, affirmant en conférence de presse que, malgré des retards, « aucun autocar n'a rebroussé chemin et tous les électeurs ont pu voter ».

Une victoire saluée à travers le monde

Les dirigeants du monde ont unanimement salué la victoire de Luiz Inacio Lula da Silva.

« Ensemble, nous allons unir nos forces pour relever les nombreux défis communs et renouer le lien d'amitié entre nos deux pays », a écrit le président français Emmanuel Macron dans un message sur Twitter, quelques minutes après l'annonce des résultats de la présidentielle brésilienne, soulignant que cette élection ouvrait « une nouvelle page de l'histoire du Brésil ».

De son côté par voie de communiqué, Joe Biden a tenu à féliciter « Luiz Inacio Lula da Silva pour son élection à la présidence du Brésil à la suite d'élections libres, justes et crédibles ». Il a dit avoir « hâte de travailler » avec lui « pour poursuivre la coopération entre [leurs] deux pays ».

« Les résultats de l'élection ont confirmé votre grande autorité politique », a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans un télégramme adressé à Lula.  « J’espère qu'en fournissant des efforts conjoints, nous ferons en sorte de poursuivre le développement d'une coopération russo-brésilienne constructive dans tous les domaines », a-t-il ajouté.

Sur Twitter, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a indiqué qu'il était « impatient de travailler de concert et de faire avancer les relations UE-Brésil » avec le gouvernement brésilien et le nouveau Parlement.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a quant à lui insisté dans un message Twitter sur le partenariat bilatéral et les priorités communes avec le Brésil, notamment «la protection de l’environnement ». 

Même son de cloche du côté australien, le Premier ministre Anthony Albanese dit avoir « hâte de travailler avec [Lula] pour la protection de l’environnement ».

Du côté de l'Amérique Latine, le Mexique d'Andres Manuel Lopez Obrador a twitté « Lula a gagné, peuple béni du Brésil. Il y aura l'égalité et l’humanisme ». Même enthousiasme au Venezuela, le président Nicolas Maduro s'est réjoui de la victoire des « peuples déterminés à être libres, souverains et indépendants !», en soulignant qu’« aujourd’hui au Brésil la démocratie [avait] triomphé», ajoutant un fraternel «félicitations Lula, je t'embrasse fort !».

Le président d'Argentine Alberto Fernandez évoque « une nouvelle ère dans l'histoire de l'Amérique latine. Un temps d'espoir et un avenir qui commence aujourd’hui » assurant être un partenaire avec qui Lula pourra « travailler et rêver grand pour la bonne vie de nos peuples».

Plus laconique, le président cubain Miguel Diaz-Canel a juste écrit sur son compte twitter « nous t'embrassons frère, Président Lula ».

Le président chilien Gabriel Boric a également twitté sobrement « Lula. Joie. » tandis que le président de l'Equateur Guillermo Lasso a félicité Lula « pour son élection à la présidence de la République fédérale du Brésil. En démocratie, nous continuerons à renforcer l'amitié et la coopération entre nos pays, pour des jours meilleurs pour nos citoyens. Notre région continue à s'intégrer dans la pluralité ».

Vu sur l’application RT News

Lula élu, les Brésiliens sortent le fasciste

Commenter cet article

Z
Souhaitons le succès à l'équipe que Lula va installer au pouvoir dans son pays, avec tous les risques dus à l'adversité impérialiste et à la tendance aux renoncements des dirigeants de la gauche sud-américaine très influencée par les églises catholiques et protestantes.
Répondre