Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Venezuela : sur fond de crise énergétique mondiale, Washington assouplit la pression

À la suite de l’accord signé ce 26 novembre à Mexico, entre le gouvernement et l'opposition vénézuéliens, l'administration Biden a autorisé le géant pétrolier Chevron à reprendre partiellement ses activités d'extraction de pétrole dans le pays.

Les représentants de Caracas et de l’opposition vénézuélienne sont parvenus ce 26 novembre à «un second accord partiel en matière de protection sociale». Signé à Mexico, où se tenaient les pourparlers, cet accord doit permettre de libérer les ressources vénézuéliennes bloquées à l'étranger afin de financer des projets sociaux. «Une étape importante dans la bonne direction», s’est félicité auprès de l'AFP un haut responsable américain ayant requis l'anonymat Washington. «Nous nous associons à la communauté internationale qui salue la reprise des négociations», a-t-il ajouté.

Dans la foulée de cette annonce, le département américain du Trésor a autorisé le géant pétrolier Chevron à relancer en partie les activités de sa co-entreprise détenue dans le pays, en partenariat avec l'entreprise publique Petroleos de Venezuela (PdVSA). Chevron doit cependant s'assurer que «PdVSA ne reçoive aucun revenu des ventes de pétrole réalisées par Chevron», qui ne peut relancer d'autres activités avec PdVSA.

Sanctions à la carte : Washington lâche la bride à ses industriels

Cette levée partielle des sanctions «reflète la politique de long terme des Etats-Unis visant à une levée des sanctions conditionnée à des avancées concrètes quant à l'allègement des souffrances du peuple vénézuélien et pour soutenir le retour de la démocratie» dans le pays, selon le communiqué du département du Trésor.

Un haut responsable de l’administration américaine a en revanche précisé que l'ensemble des autres sanctions «restent en place et les Etats-Unis continuent de les appliquer vigoureusement et de rendre comptable toute personne qui violerait la loi américaine, serait engagée dans la corruption ou le non-respect de l'Etat de droit au Venezuela».

Par ailleurs, les personnes et entreprises américaines sont désormais autorisées à fournir certains types de biens et services au Venezuela, tout en précisant que les personnes étrangères qui participeraient à ces transactions ne feront pas l'objet de sanctions américaines.

Un dialogue renoué par des Américains inquiets pour leur approvisionnement énergétique

Farouche opposant d'un relâchement de la pression contre le gouvernement vénézuélien, le très influent Bob Menendez, à la tête de la commission des affaires étrangères du Sénat américain, a estimé que l'accord signé est «un pas urgent et nécessaire pour faire face à la misère et aux souffrances du peuple vénézuélien», tout en ne se faisant «aucune illusion sur la soudaine volonté de Nicolas Maduro d'agir dans le meilleur intérêt de son peuple».

Le pays est confronté depuis des années à des sanctions américano-européennes, dont un embargo pétrolier de Washington, afin de pousser le président Nicolas Maduro au départ, pour l’heure sans les succès escomptés par les chancelleries occidentales.

Début mars, après des années de vives tensions entre les autorités vénézuéliennes et américaines, Washington dépêchait une délégation à Caracas. Une manœuvre américaine, quelques jours seulement après le début de l’opération russe en Ukraine, à peine voilée. Le double objectif des Etats-Unis pourrait en effet être de garantir leur approvisionnement énergétique, sur fond de perte du brut russe en raison des sanctions occidentales, tout en cherchant à isoler Moscou de ses alliés. Dès le mois de juin, l’administration américaine a décrété un premier assouplissement des sanctions en vigueur contre Caracas.

Vu sur l’application RT News

 

Commenter cet article