Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

OTAN : la Finlande et la Suède n’excluent pas l’installation d’armes nucléaires sur leur sol

Alors qu’ils pourraient prochainement faire leur entrée dans l’Otan, la Finlande et la Suède n’entendent « fermer aucune porte » aux demandes de l'Alliance, y compris celle d’un déploiement sur leur sol d’armes nucléaires étrangères.

Bientôt des bombes nucléaires américaines à 500 kilomètres de Saint-Pétersbourg ?

« Nous ne devons mettre aucune condition », a déclaré le 1er novembre, lors d’une conférence de presse à Helsinki, la première ministre finlandaise Sanna Marin. « Nous avons décidé que nous ne voulions fermer aucune porte » a-t-elle insisté, aux côtés de son homologue suédois Ulf Kristersson qui s’est dit prêt à envisager l’installation d’armes nucléaires sur son sol une fois son pays devenu membre de l’OTAN. Les deux chefs de gouvernement ont précisé que si leurs pays avaient des réserves, ils pourraient toujours les exprimer « plus tard ».

Des déclarations qui abondent dans le sens des révélations du journal Iltalehti. Celui-ci avançait le 26 octobre que le projet de loi du gouvernement finlandais sur l’adhésion du Royaume à l’Otan ne comporterait aucune restriction quant au déploiement d’armes nucléaires sur son sol. Lors des pourparlers d’adhésion à l’Alliance, en juillet, le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto et son homologue de la Défense Antti Kaikkonen se seraient « engagés » à ce que leur pays n'émette « pas de restrictions ou de réserves nationales concernant son adhésion à l'OTAN dans son accord d’adhésion », relate le quotidien finnois. Même absence de toute « restriction » du côté de Stockholm, soutenait Iltalehti. Précision néanmoins : la Suède, elle, ne partage pas 1300 kilomètres de frontière avec la Russie.

De la finlandisation à la nucléarisation

La Finlande, futur porte-flingues des Etats-Unis aux portes de la Russie ? L’arrivée d’armes nucléaires américaines sur ce territoire scandinave acterait un revirement tout aussi radical que la décision de rejoindre l’OTAN.

Prétextant l’entrée en Ukraine des troupes russes, Helsinki avait annoncé le 12 mai son intention de rejoindre l'OTAN. Un virage géopolitique à 180 degrés pour un pays qui depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale était devenu un archétype de la neutralité. Dans la foulée, la Suède avait emboîté le pas de son voisin.

Leurs voisins norvégiens et danois, membres fondateurs de l’Alliance, ont refusé l’installation de bases permanentes ou d’armes nucléaires sur leur sol. Pour l’heure, seuls cinq pays membres de l’Otan (l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, les Pays-Bas et la Turquie) accueillent plus d’une centaine de bombes tactiques B61.

Ces bombes atomiques, transportables par un chasseur-bombardier, sont mises à disposition par les Etats-Unis dans le cadre du partage nucléaire de l’OTAN. Bien que des pays de l’Alliance puissent ainsi transporter ces charges nucléaires, les Américains restent les seuls détenteurs des codes d’armement et donc les seuls à décider de leur emploi.

B61 : l’armée de l’air finlandaise semble avoir pris les devants

En cas de nucléarisation des capacités militaires finlandaises, les bombes américaines pourraient être transportées par les F-35A commandés quelques mois avant le début des hostilités en Ukraine. En décembre 2021, à l’occasion d’un énième pied de nez à l’« Europe de la Défense», Helsinki devenait le neuvième pays européen à opter pour le chasseur américain de 5e génération. Soixante-quatre appareils doivent équiper, d’ici 2030, l’armée de l’air finlandaise. Toutefois, le premier d’entre eux n’est pas attendu avant 2026.

Le dernier obstacle à cette entrée des deux pays scandinaves dans l’Otan semble être la réticence de la Turquie. Officiellement, cette dernière accuse Helsinki et Stockholm de protéger des combattants kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des Unités de protection du peuple (YPG), considérés comme terroristes par Ankara. Début octobre, le président turc réitérait sa menace de ne pas faire ratifier la demande d'adhésion « tant que les promesses » faites par la Finlande et la Suède concernant l'extradition de « terroristes » ne seraient pas « tenues ».

Une barrière à un nouvel élargissement de l'Alliance, que s’emploie à lever son secrétaire général qui s’est rendu ce 3 novembre à Istanbul pour rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan. « Il est temps d'accueillir la Suède et la Finlande comme membres de l’OTAN », a ainsi plaidé Jen Stoltenberg. 

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article

A
La Finlande, un royaume ? Par ailleurs ce pays n'est pas scandinave, ni géographiquement ni ethniquement ni linguistiquement ni politiquement, du moins depuis sa séparation d'avec la Suède. La Finlande a même fait partie, à une époque, de l'empire russe.
Répondre
E
Effectivement c'est une erreur, la Finlande n'est pas un royaume mais une république.<br /> Ceci dit ça ne change rien sur le fond de l'article.