Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

« Aberration » : Mélenchon tance les élus de la NUPES qui n'ont pas voté la motion de censure LFI

Après le nouvel échec d'un nouveau texte de LFI destiné à renverser le gouvernement, le leader des insoumis s'en est pris aux « adversaires internes » de la NUPES, ciblant Fabien Roussel et les partisans de Yannick Jadot et de François Hollande.

Jean-Luc Mélenchon a fustigé une partie des députés de la Nupes dans une note de blog parue le 1er novembre, dans laquelle il est revenu sur l'échec d'une motion de censure déposée par La France insoumise (LFI) la veille en qualifiant d’« étrange» le débat relatif à l’utilité de présenter ce type de texte.

« Quelle aberration !», a écrit, à l'intention des élus de gauche n'ayant pas voté la censure, l'ancien candidat des insoumis à la présidentielle. « Sous prétexte de "refuser les voix RN", ils finissent en fait, sans oser le dire, par soutenir le gouvernement Macron en refusant sa chute », alors que «la lutte pour mettre fin au régime macroniste, à la misère, à la faim, à l’allongement de l’âge de départ à la retraite mérite mieux », lance-t-il.

Le budget de la Sécurité sociale a été adopté le 1er novembre après le rejet d'une motion de censure du Rassemblement national (RN) et d'une autre émanant de LFI. Cette dernière avait fait cette fois cavalier seul à gauche pour déposer sa motion, qui n'a pas fait le plein à gauche : 22 voix des alliés de la NUPES ont fait défaut, dont celles du patron du PCF Fabien Roussel et de la socialiste Valérie Rabault.

Selon Jean-Luc Mélenchon, le refus de voter la motion constitue « une attitude consternante », dans la mesure où «la censure signifie que l’on refuse le piétinement du droit du Parlement au débat et à l’amendement » et reflète «la volonté de faire cesser la politique du gouvernement». 

Il rejette également l'argument selon lequel la multiplication des motions de censures amènerait à banaliser celles-ci, puisqu'elles permettent selon lui de dénoncer « une brutalisation du Parlement sans équivalent dans les autres démocraties parlementaires ». Selon l'insoumis, le recours répété à l'article 49.3 permettrait aux macronistes de « faire vivre l’illusion d’une "majorité présidentielle" capable de gouverner seule », alors qu'il ne s'agit que d’« une "minorité présidentielle" entièrement dépendante du soutien du RN ou de LR [Les Républicains]».

Des « adversaires internes » face à la NUPES ? 

Outre le gouvernement, la coalition de gauche ferait face selon Jean-Luc Mélenchon à des « adversaires internes » qui resteraient les mêmes, à savoir l’aile [François] Hollande du PS, l’aile [Yannick] Jadot de EELV et Fabien Roussel », l’ancien président et l’ancien candidat d’EELV à la présidentielle ayant toujours été opposés au projet d’alliance des forces de gauche dominée par LFI.

Jean-Luc Mélenchon qualifie plus particulièrement le choix de l'ancien candidat communiste à la présidentielle de « soutien étonnant [et isolé au PCF] en faveur du budget de la Sécurité sociale de Macron ». Un tacle qui fait suite aux prises de position singulières de Fabien Roussel au sein de la Nupes, le communiste s'étant également fait porter pâle - comme Yannick Jadot - lors de la marche «contre la vie chère et l'inaction climatique» organisée par la coalition de gauche le 16 octobre.

Visant plus loin les 12 députés socialistes (sur 31 au total) n'ayant pas voté la motion, il analyse leur attitude comme une « posture de congrès pour nuire à Olivier Faure et à la majorité du groupe PS qui a voté la censure ». Jean-Luc Mélenchon évoque ainsi le prochain congrès socialiste qui se tiendra en janvier 2023 à Marseille : son premier secrétaire sortant, Olivier Faure, défendra à cette occasion sa stratégie d'inclusion dans la NUPES, face à ses détracteurs emmenés entre autres par la maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, ancienne secrétaire d’Etat à la Ville pendant le mandat de François Hollande.

Malgré ces difficultés et ces tiraillements internes, Jean-Luc Mélenchon affirme que « le noyau unitaire de la Nupes s’est élargi et renforcé», appelant ses troupes à garder leur «sang-froid» face à une «stratégie de pression sur la Nupes pour séparer LFI du reste de l’alliance, comme cela est fait ensuite pour essayer de diviser LFI en interne». 

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article