Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Crise de l'énergie : l'Europe risque de manquer de gaz pour l'hiver 2023-2024, alerte l'AIE

L'Agence internationale de l'énergie appelle les gouvernements à agir immédiatement pour se préparer à l'année prochaine, jugeant une pénurie possible si, entre autres, les livraisons de gaz russe, dont l'UE entend se passer, cessent complètement.

L'Europe risque de manquer de gaz pour l'hiver 2023-24, a alerté l'Agence internationale de l'énergie (AIE) le 3 novembre, en appelant les gouvernements à « agir immédiatement », en particulier pour réduire la demande.

Quelque 30 milliards de mètres cubes de gaz pourraient bien manquer d’ici à l’hiver suivant, en cas d'arrêt complet des livraisons venues de Russie, mais aussi du fait du probable rebond économique de la Chine. En retrouvant des niveaux de consommation semblables à ceux de 2021, cette dernière viendrait en effet absorber une très large part (85%) des volumes de gaz naturel liquéfié (GNL) auquel l'Union européenne entend recourir davantage, estime l'AIE dans ses calculs. 

Les réserves européennes ne seraient alors plus remplies qu'à 65% au début de l'hiver 2023-2024, contre 95% actuellement, a indiqué son directeur Fatih Birol lors d'une conférence de presse en ligne.

« Le "coussin" fourni par les niveaux de réserve actuels, de même que la baisse récente des prix du gaz et les températures inhabituellement douces, ne devraient pas conduire à des conclusions trop optimistes quant à l'avenir », met en garde l'AIE dans cette analyse, qui souligne qu'à l'été 2023 les conditions géopolitiques et économiques mondiales pour s'approvisionner et remplir les réserves auront connu des changements significatifs par rapport à 2022.

En réponse au déclenchement de l'offensive russe en Ukraine, l'Union européenne a décidé, de réduire significativement sa dépendance à l'égard du gaz russe. Des pays tels que l'Allemagne voient leur modèle économique particulièrement fragilisé par ces mesures, tandis que la Hongrie a fait cavalier seul pour prolonger ses importations d'énergie depuis la Russie.

155 milliards de mètres cubes de gaz russes consommés par l'UE en 2021

Selon les chiffres de la Commission européenne, l’UE consommait en 2021 environ 400 milliards de mètres cubes de gaz, dont 45% (155 milliards de mètres cubes) étaient assurés par les importations en provenance de Russie. Le plan « Repower EU » doit, selon la Commission, permettre de réduire la dépendance de l’UE au gaz russe de deux tiers avant la fin de l’année 2022, et de 100% à compter de 2027, grâce à la diversification des approvisionnements, au développement massif des énergies renouvelables et à des efforts de chaque pays en vue de réduire la consommation de gaz.

Mi-octobre, le président russe Vladimir Poutine a assuré que la Russie était « prête » à fournir du gaz à l'Europe « y compris [pour] l'automne-hiver actuel », suggérant l'idée d'un acheminement par un hub gazier qui serait situé sur le territoire turc. L'Elysée a pour sa part estimée que ce projet n'avait « aucun sens » compte tenu des engagements européens à réduire le recours aux énergies en provenance de Russie.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article