Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Région de Kherson : la Défense russe annonce la fin de son retrait de la rive droite du Dniepr

Moins de 48 heures après l'annonce de son retrait de la rive droite du Dniepr dans le secteur de Kherson, l’armée russe dit avoir achevé celui-ci sans essuyer de pertes substantielles. Kiev revendique la prise de contrôle de la ville de Kherson.

« Le transfert des unités de l’armée russe vers la rive gauche du Dniepr, dans le secteur de Kherson, s’est terminé à 5h du matin [heure de Moscou]. Aucun véhicule militaire et aucun armement n’a été abandonné sur la rive droite » : ce 11 novembre, le ministère russe de la Défense a annoncé dans un communiqué la fin de l’opération de repli de la rive droite (occidentale) du Dniepr, dans la région de Kherson et ses environs. « Tous les militaires russes ont été déplacés sur la rive gauche » du fleuve, assure le ministère, faisant état du transfert de plus de 30 000 soldats russes et environ 5 000 armes et équipements.

Selon la même source, les forces ukrainiennes ne seraient pas restées passives devant ce repli local russe. Le communiqué stipule notamment que « pendant la nuit l’ennemi a tenté de perturber le transfert des civils et le déplacement des troupes vers la rive gauche du Dniepr », notamment via des tirs des systèmes américains HIMARS, sur les sites de franchissements du fleuve. « Les forces de défense antiaérienne russes ont abattu 28 roquettes. Cinq autres roquettes ont été détournées de leurs cibles par des systèmes de guerre électronique », assure le ministère.

Un repli en bon ordre, selon la Défense russe

« Les unités des forces armées ukrainiennes ont été arrêtées à une distance de 30 à 40 kilomètres de la zone de franchissement du fleuve Dniepr par des tirs de l’artillerie russe, des frappes aériennes et l’utilisation de barrages de mines et d’explosifs », poursuit la même source. La Défense russe revendique notamment la destruction de plusieurs chars, obusiers tractés et autres véhicules blindés, à l’aide de frappes, de drones kamikazes ainsi que des barrages de mines, au cours des dernières 24 heures.

« Tous les civils souhaitant quitter la partie de la région de Kherson située sur la rive droite ont bénéficié d’une aide à l’évacuation », assure également le ministère. L’évacuation de dizaines de milliers de civils, vers des régions plus au sud de la Russie, avait débuté il y a plusieurs semaines.

La ville de Kherson « sous le contrôle de l’Ukraine », affirme Kiev

Côté ukrainien, le ministère ukrainien de la Défense a déclaré dans un communiqué publié sur sa page Facebook ce 11 novembre : « Kherson retourne sous le contrôle de l'Ukraine, des unités des forces armées ukrainiennes entrent dans la ville.»

Le ministère ukrainien a également appelé les militaires russes restant sur place à «se rendre immédiatement », en promettant de « préserver la vie et la sécurité » à ceux qui le feront. « Chaque militaire russe qui opposera résistance sera éliminé. Vous n'avez qu'une seule chance d'éviter la mort : vous rendre immédiatement », a également menacé la Défense ukrainienne sur Facebook.

Dans la soirée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a écrit sur Telegram, à ce sujet : « Notre peuple. A nous. Kherson », en accompagnant ce court message du drapeau ukrainien bleu et jaune.

Pour le Kremlin, la région de Kherson restera « une entité de la Fédération de Russie » 

Ordonné le 9 novembre par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, sur suggestion du général Sergueï Sourovikine, responsable des forces se trouvant dans les territoires de l’« opération militaire spéciale» en Ukraine, ce repli de la rive droite du Dniepr doit permettre un redéploiement le long de la rive gauche des forces présentes dans la région de Kherson et ses environs. 

Du côté du Kremlin, on sous-entend que ce retrait de la rive droite ne serait pas définitif. En témoignent les déclarations de Dmitri Peskov à la presse ce 11 novembre. Interrogé sur un éventuel changement de statut de cette partie de la région Kherson, rattachée fin septembre à la Russie à l'issue d'un référendum local contesté par Kiev et ses alliés occidentaux, le porte-parole de la présidence russe a assuré qu’il demeurait « une entité de la Fédération de Russie, ce qui est défini et stipulé par la loi. Il ne peut y avoir aucun changement ».

Pour rappel, ces événements surviennent dans le contexte de l'opération militaire lancée par la Russie fin février dernier. Moscou a notamment fait valoir la nécessité de protéger les populations du Donbass dont les autorités locales sont en conflit avec le pouvoir central ukrainien depuis 2014. Kiev et les Occidentaux, notamment, considèrent que cette opération militaire russe est une guerre d'invasion qui ne répond à aucune provocation ukrainienne. Face à la contre-offensive menée par l'armée ukrainienne depuis la fin de l'été, le président russe Vladimir Poutine a annoncé fin septembre la mobilisation de centaines de milliers de réservistes. Cette contre-offensive ukrainienne a notamment pour théâtre la région de Kherson.

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article