Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

******

Annulant la décision de première instance, la haute juridiction ukrainienne a jugé que l'emblème de la division «Galicie», responsable de massacres pendant la Deuxième guerre mondiale, ne pouvait être assimilé à un signe d'appartenance au nazisme.

Un lion très polémique. Ainsi que le rapporte l'agence RIA Novosti, la Cour suprême ukrainienne a mis un terme le 5 décembre à une affaire vieille de 5 ans dans laquelle cet emblème de la division Waffen-SS «galicienne n°1», ou division «Galicie», était âprement discuté puisqu'il s'agissait de déterminer si celui-ci tombait sous le coup de la loi de 2015, qui proscrit à la fois les propagandes communiste et nazie.

Si le tribunal de première instance avait estimé que l'emblème tombait bien sous le coup de l'interdiction des symboles nazis, la Cour suprême a infirmé ce jugement, n'y voyant pas un signe d'appartenance ou une référence au symbolisme du IIIe Reich.

«La Cour suprême a mis fin à une longue épopée judiciaire», a déclaré sur Facebook l'avocat de l'Institut ukrainien de mémoire nationale, Viatcheslav Iakoubenko, qui soutenait que ce symbole n'entrait pas dans le champ des interdictions de la loi de 2015. L'avocat a souligné que le dossier était désormais définitivement clos.

L'affaire avait débuté en 2017, lorsque l'Institut de mémoire nationale, saisi sur cette question, avait indiqué que les symboles de la division SS ne relevaient pas de la loi. Cette réponse avait conduit le président du comité des juifs d’Ukraine, Edouard Dolinsky, à intenter une action en justice contre l'Institut, donnant lieu à la première décision de justice en mai 2020.

Des commémorations polémiques dénoncées dans le passé

En avril 2021, un défilé polémique honorant la mémoire de la 14e division SS «galicienne n°1», ou Division «Galicie», s'était déroulé à Kiev et avait été condamné par le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un court communiqué. «Nous tenons à rappeler que la propagande des régimes totalitaires, en particulier du régime nazi, est strictement interdite en Ukraine», avait alors affirmé le ministère. «La défaite du nazisme a été une victoire pour notre peuple», avait déclaré pour sa part la présidence ukrainienne, condamnant la manifestation. Volodymyr Zelensky avait alors annoncé qu'une enquête avait été demandée au ministère de l'Intérieur pour traduire en justice «tous ceux qui ont enfreint la loi».

Le rassemblement avait été condamné par l'ambassadrice d'Allemagne en Ukraine et avait provoqué de vives protestations de la diplomatie israélienne, choquée par cet hommage à une unité responsable, parmi d'autres éléments de la SS, de «certains des pires crimes» commis pendant la Deuxième Guerre mondiale. De son côté, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova avait dénoncé «l'impunité totale» dont disposaient «les adeptes de l'idéologie nazie-fasciste en Ukraine» selon elle, affirmant qu'ils bénéficiaient «du soutien des autorités du pays».

Plus récemment, le président russe Vladimir Poutine avait qualifié les Ukrainiens arborant ces insignes de la division SS «Galicie» de «scélérats», et dénoncé, dès le déclenchement de l'offensive en Ukraine, la présence d'éléments «néo-nazis» dans l'armée régulière de Kiev. 

Depuis le début du conflit, plusieurs polémiques ont éclaté au sujet du recours aux symboles nazis au sein des forces ukrainiennes, alors que l'opération militaire russe entamée en février a notamment été justifiée par Moscou par la nécessité de «dénazifier» le pays, et que ce motif invoqué est régulièrement tempéré ou remis en cause au sein du paysage politico-médiatique occidental.

Début novembre, la Russie a présenté à l'ONU un projet de résolution relatif à la «lutte contre la glorification du nazisme et du néonazisme» sous toutes ses formes, auquel les démocraties occidentales se sont opposées, y voyant un prétexte utilisé par Moscou pour «justifier une agression territoriale» contre son voisin.

Vu sur l’application RT News

 

 

Commenter cet article