Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

capture d'écran

Le gouvernement veut imposer un recul de l'âge de départ à la retraite jusqu'à 65 ans, avec une augmentation de la durée de cotisation. Il invoque la nécessité de sauver le système des retraites. Qu'en penses-tu ?

Jean Pierre Lalbat : En effet, le gouvernement revient à la charge en expliquant que le financement des retraites est mis en cause et qu'il faut donc renflouer le système. Il ajoute même que ce serait une mesure de justice permettant aux générations futures d'en profiter. Le système n'est pas déficitaire, en réalité il n'y a pas de problème de financement, c'est ce que montrent les projections du Conseil d'Orientation des Retraites (COR). L'objectif du gouvernement et il ne s'en cache pas c'est que les salariés travaillent plus et plus longtemps. Le patronat le veut pour arrondir ses profits, le gouvernement le met en musique !

Face à une telle attaque qui concerne tous les salariés, comment vois-tu la riposte ?

Jean Pierre Lalbat : L'attaque n'est pas spécifique aux retraites. Il s'agit d'un ensemble cohérent de mesures qui visent à faire baisser le prix de la force de travail que traduisent les salaires directs et le salaire que l'on nomme socialisé et qui comprend les retraites et la protection sociale. Ainsi, le gouvernement par sa réforme de l'assurance chômage a amputé de manière significative les droits des chômeurs. Il cherche à revenir sur les 35 heures...L'attaque est donc globale contre les salariés. Face à toutes ces attaques, aux ravages de l'inflation sur le pouvoir d'achat, les salariés ne se laissent pas faire et l'on voit bien que les luttes nombreuses ont pour objectif un meilleur salaire. Ce que veulent les salariés, c'est un bon emploi, un bon salaire, une bonne protection sociale et une bonne retraite. Tout est donc lié et c'est ce que nous devons porter dans les luttes.

Le gouvernement à du renoncer, du fait des luttes, à une réforme globale dite par point. Mais il est clair qu'il n'a pas cessé de revenir à la charge avec l'objectif de frapper les futurs retraités au portefeuille, alors pourquoi ce retard à l'allumage dans l’action ?

Jean Pierre Lalbat : En 2019, le gouvernement a voulu mener une réforme du système de retraite visant à mettre en œuvre un système par point qui aurait largement défavorisé les salariés. Les mobilisations de 2019 et 2020 l'en ont empêché. Il revient donc à la charge sous forme de mesures paramétriques dont l'objectif est le même, travailler plus et plus longtemps pour gagner moins avec en prime la baisse des pensions ! La réforme que veulent patronat et gouvernement, comme la précédente, ouvre la voie à la retraite par capitalisation dont le caractère inégalitaire et couteux, sans compter les risques, n'est plus à démontrer. Alors, oui il faut développer l'action de masse des salariés en s'appuyant et en développant les actions en cours, en frappant fort et tous ensemble.

Si les salariés et les retraités peuvent mesurer les graves conséquences des projets du gouvernement, par contre beaucoup de jeunes semblent résignés à ne pas avoir de retraite. Comment s'adresser à eux pour qu'ils soient aussi dans l'action ?

Jean Pierre Lalbat : Ce qui est en jeu ce sont les conquêtes sociales que les salariés et ceux qui sont maintenant retraités ont arraché par leurs luttes. Ces conquêtes sont basées sur l'idée de solidarité entre les salariés et les générations. C'est pourquoi salariés en activité et retraités ont les mêmes raisons à rentrer dans l'action au coude à coude pour défendre les droits qu'ils ont arrachés par la lutte au capital. Les jeunes ont les mêmes intérêts qu'ils soient encore en formation ou dans la vie active. Les conditions de travail et d'études, la nature des emplois précaires ou non, les salaires, la protection sociale sont aussi les éléments déterminants de leur vie personnelle et sociale. Il est positif que des organisations de jeunesse appellent elles aussi à la lutte.

SOURCE :

Commenter cet article

R
Jp LALBAT commet une erreur d analyse, la réforme MACRON n est pas une simple réforme paramétrique qui modifie l age de départ et la durée de cotisations puisque il a annoncé qu il voulait supprimer les régimes spéciaux afin de créer un système unique et universel avec un alignement sur le régime général moins avantageux que les régimes spéciaux. A cette réforme systémique de MACRON, la CGT doit donc cesser de ne proposer qu une réforme paramétrique et défendre une autre réforme systémique que celle de MACRON en s inspirant du programme du CNR qui avait également l 'objectif de creer un système unique et universel avec un alignement par le haut.
Répondre