Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Un film - "Les tirailleurs" - sur les Sénégalais - et autres Africains - incorporés dans l'armée française, sort aujourd'hui sur nos écrans.

C'est le jour également où le gouvernement supprime la clause qui obligeait des anciens combattants africains à effectuer un séjour obligatoire de six mois par an en métropole pour toucher une misérable pension de 950 euros par mois.

Ce qui privait ces anciens combattants de retourner, au pays, dans leurs familles, condition qui les contraignait à vivre en France dans des foyers collectifs dans une promiscuité douteuse.

Des décennies de misère auxquelles le gouvernement vient enfin de mettre fin en supprimant la clause maudite.

Ces recrus africaines des guerres coloniales - il n'y a plus, avec le temps, de survivants de la Grande guerre - ont été envoyés au Vietnam, en Algérie combattre leurs frères en révolte, comme eux colonisés.

Mais comme leurs ainés des guerres précédentes, ces tirailleurs, pour l'essentiel, n'étaient pas volontaires, mais requis par les autorités coloniales pour servir de chair à canon, comblant les pertes immenses subies par les "poilus". 

Ce sinistre rôle imposé aux soldats africains, enrôlés de force ou sous pression, n'a jamais eu de reconnaissance de la part des dirigeants français, qu'ils soient de droite, ou qu'ils se disent de gauche.

Seuls, les communistes français, en tant que force politique, ont pris fait et cause pour les victimes du colonialisme et les combats menés par les peuples dominés.

Au lendemain de la victoire sur l'Allemagne, déclarée "Victoire de la Liberté", les forces françaises de répression écrasaient dans le sang des manifestants algériens, qui avaient eu le tort de croire que cette liberté retrouvée les concernait. 

Les massacres de Sétif, Guelma et Kheratta sont des répressions sanglantes qui ont suivi les manifestations nationalistes, indépendantistes et anti colonialistes survenues le 8 mai 1945, dans le département de Constantine. 

Et ce fut, neuf ans plus tard, le début de la guerre d'Algérie...

De même à Madagascar, en 1947/48, où le peuple, pour son indépendance, s'était soulevé : les Malgaches en firent la sinistre expérience avec des massacrés par dizaine de milliers : le chef de l'état-major français évoque un bilan de 89 000 victimes, directes ou indirectes, de la répression. Neuf ans plus tard, le début de la guerre d'Algérie...

Et dans le reste de l'Afrique "française", ce sera la répression dans le sang de tous les mouvements indépendantistes, tel au Cameroun, et le pillage organisé des richesses africaines par la Françafrique !

Faut-il rappeler, pour revenir à nos tirailleurs, les victimes du massacre de Thiaroye au Sénégal ?

Il s’agit d’anciens prisonniers de guerre, des tirailleurs sénégalais, dont certains s’étaient évadés et avaient rejoint la Résistance FFI.

Quand ces hommes sont revenus sur leur terre natale, le Sénégal, ils sont confrontés à des officiers qui n’avaient pas l’habitude de voir des tirailleurs sénégalais demander leurs droits. 

Les officiers ont organisé le massacre de ces soldats à la caserne de Thiaroye, au Sénégal.

Nous sommes déjà à Dakar en présence de mouvements de souveraineté et d’indépendance. 

Mais de tous ces crimes d'État, qui en parle encore aujourd’hui ?

Et autorisent-ils cette France-là à s'ériger en donneurs de leçons de démocratie aux autres nations, comme on le voit aujourd'hui ?

JEAN LÉVY

Commenter cet article