Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Un bon état de santé nécessite de prendre en compte trois composantes, le physique, le psychologique et le social. Avec le vieillissement de la population, nous rencontrons tous un jour ou l’autre des problèmes physiques qui ne sont pas toujours très graves, mais qui peuvent influer négativement sur le moral. Quand en plus s’ajoutent des problèmes d’emploi, de logement ou de revenus, bref tout ce qui concerne le social, la catastrophe pointe son nez.

Nous étions nombreux dans la dernière période en tant que syndicalistes à constater la morosité et la passivité des salariés et plus globalement de la population. Chez beaucoup, la résignation dominait face à une impuissance à modifier le cours des choses. Chez d’autres, la colère prenait le dessus et ne se dirigeait pas forcément vers les bonnes cibles, mais vers des boucs émissaires désignés comme responsables de leur situation.

Depuis maintenant près de deux mois, avec le mouvement de protestation contre la réforme des retraites, je constate dans les manifestations la présence de gens avec le sourire, heureux d’être là, fiers de la force qui émane de ces rassemblements massifs et mélangés, avec de nombreuses personnes qui descendent dans la rue pour la première fois de leur vie. L’étonnement de certains sur la force des cortèges dans les villes de taille moyenne montre que la leçon de la mobilisation des gilets jaunes n’a pas été tirée.

C’est dans ces villes que l’on ferme les hôpitaux, les gares, les postes, les trésoreries, bref tous les services publics de proximité. La révolte couvait, elle est maintenant bien présente et elle est positive, avec l’espoir qui renaît de pouvoir cette fois-ci faire reculer ce gouvernement qui est celui des riches vivant exclusivement dans les grandes métropoles mondiales et qui méprisent le peuple des campagnes et des banlieues. Relever la tête, c’est retrouver sa fierté et c’est bon pour le moral.

Savoir que l’on n’est pas seul à souffrir et à se battre apporte aussi du baume au cœur. Echanger dans les manifestations avec des personnes que l’on ne connaissait pas, mais avec qui on partage des valeurs et des espoirs communs, donne aussi le sourire. Enfin, discuter et décortiquer le texte de loi, se préoccuper de comprendre l’économie est motivant et démontre qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait de longues études pour comprendre qu’ils nous mentent en manipulant les chiffres.

Car n’en déplaise à ceux qui se plaignent que les Français sont incultes en économie et qu’il faudrait faire de la pédagogie, les syndicats ont retrouvé leur mission d’éducation populaire en aidant à décrypter les textes. Par ailleurs, ce qui compte pour étudier un problème est la motivation et tout un chacun est capable d’utiliser son bon sens pour comprendre la réalité des faits. Alors continuons à échanger, à discuter, à manifester sous toutes les formes possibles car c’est créer du lien social positif, c’est bon pour avoir la pêche et donc c’est bon pour la santé.

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier - SAMU 93

Source : Facebook

 

Commenter cet article