Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

68aff-nepasvote.jpg

République ça rime avec sociale …Pouvoir autoritaire avec capital

Répétons-le, martelons-le, le seul critère d’évaluation de la politique d’un pays, c’est le partage de la richesse créée par le travail.
Ainsi, de 1978 à 2003, en 25 ans :
-Le revenu national, en monnaie courante a été multiplié par 4,57
-La part des salariés (neuf actifs sur dix) a été multipliée par 4,32
-La part des revenus du patrimoine, c’est-à-dire du capital par 11,3 !

Trois remarques à ce propos :
-Depuis vingt cinq ans, patronat et pouvoir politique mettent en avant les difficultés des PME (plus de 20 salariés) ou des TPE (moins de 20 salariés) en prétendant qu’elles viennent des « coûts salariaux » des « charges salariales » qui ne leur permettraient pas d’embaucher : même repris par 95% des médias publics et privés, c’est un mensonge : la première cause vient de la dévalorisation du travail salarié dont pourtant la productivité horaire est toujours la première du monde ; du reste les patrons les plus lucides se plaignent surtout de la faiblesse de leur carnet de commande c’est-à-dire du pouvoir d’achat de leurs clients.
 
-D’autre part, la production de biens et de services est fortement concentrée en France.  Avec l’aide, et les fonds publics, se sont constitués quelques dizaines de grands groupes industriels et financiers qui en dominent l’essentiel : leur position de « donneur d’ordres », leur politique de « sous-traitance », « d’externalisation des services », de « commercialisation », leur permet de faire remonter vers la tête de groupe une partie de la richesse créée par les PME.

En 2003, on comptait en France, 78 groupes dominants 103.000 entreprises employant 7.700.000 salariés !
Dans l’industrie la plus concernée par ce système, la « valeur ajoutée » par chaque salarié des PME (20 à 250) est inférieure de 45% à celle de chaque salarié des grandes entreprises (plus de 500 salariés) et le profit brut inférieur de 60% ! et le travail y est pourtant aussi dur dans les deux cas.

-C’est dire l’ampleur des prélèvements des groupes sur l’ensemble du travail salarié. Ceux que Mr DE VILLEPIN appelle avec tendresse « nos champions » sont de véritables prédateurs. Et le gouvernement ne fait pas que dire, il les gâte : 65 milliards de subventions, allègements de charges, baisses des impôts prélevés sur le travail en 2005.  D’ailleurs c’est un tic chez nos gouvernants : par exemple quand les médecins protestent contre le triplement de leurs assurances professionnelles, ils décident d’en financer le surcoût …  non pas à l’assuré mais à l’assureur en prélevant sur le budget de la sécu, c’est-à-dire sur le salaire socialisé !
Et ce n’est pas une innovation : quand en 83 le gouvernement du socialiste Pierre MAUROY (qui compte 4 ministres PCF) décrète la « rigueur », il s’agit bien de la rigueur salariale et non pas de celle des « revenus du patrimoine ».  Et quand Mme AUBRY, ministre socialiste, présente son projet de RTT elle dit que c’est « une occasion historique de transformer l’organisation de l’entreprise pour une plus grande compétitivité du travail » ! elle a effectivement dopé la productivité mais cet effet est maintenant épuisé, aussi ils veulent aller plus loin : en liquidant les majorations des heures supplémentaires ! ce que SARKOZY clame à l’unisson du MEDEF  mais également la candidate du PS qui d’après le magazine « Valeurs Actuelles » (Juin 2006) a modifié « son point de vue » sur les 35 heures, après avoir été présentée à de grands patrons par l’ex-PDG et liquidateur de la nationalisation de RENAULT, ex-directeur de cabinet de l’ex-premier ministre PS, Laurent FABIUS ; elle est donc ainsi adoubée « présidentiable » par une partie du patronat.

Le débat faussé
Nous avons donc, à trois mois de la présidentielle, un débat théatralisé, médiatisé, entre les candidats sur leur « programme ».  Il nous souvient qu’avant 81, François MITTERRAND tenait des discours incendiaires contre le capital. Mais, devant les patrons réunis par les chambres de commerce alors qu’il se présentait comme « le seul capable d’obtenir des salariés, les sacrifices nécessaires ». Mieux, il fit le voyage à Washington pour rassurer les dirigeants américains inquiets de son programme de nationalisation et surtout de la présence de communistes au gouvernement. « Je lèverai l’hypothèque que fait peser le PCF sur la politique française ».  Ces deux objectifs ont été atteints, grâce à quoi les salariés ont « travaillé plus pour … gagner moins » !
L’astuce de Jacques CHIRAC fût de dénoncer « la fracture sociale » dans les discours de campagne, tout en l’aggravant. Alors commença la série de ses revers politiques :
 Le puissant mouvement social de 1995 mit fin au gouvernement JUPPE et provoqua la cohabitation d’un président de droite avec un gouvernement dit de « gauche plurielle » avec des ministres PC !
Jacques CHIRAC aborda la présidentielle avec un discours très néolibéral et falsifié : « perte de compétitivité » « coûts salariaux et charges trop élevées » : le 21 avril 2002 fût pour lui aussi un échec. Seuls 13.75% des inscrits se portèrent sur le candidat de la droite. Mais  protégé sur sa droite par LE PEN et par l’effondrement de « la gauche plurielle » il fût sacré « rempart de la République » et plébiscité le 5 mai à l’appel des partis de gauche !  Ce plébiscite fut interprété comme un blanc-seing donné au gouvernement de droite pour appliquer son programme néolibéral.
Mais cela provoqua la montée en puissance de la riposte des salariés et retraités : contre la réforme des retraites et de l’assurance maladie, au point de mettre en échec le projet de constitution  européenne, pourtant soutenu par la droite et le PS ; également de battre le CPE pourtant voté par une assemblée « godillots » dont les deux tiers des députés avaient été élus en juin 2002 par moins de 21% des inscrits, tout comme ont été votées les réformes des retraites et de l’assurance maladie.
Tout cela a été rendu possible par une Constitution vidée de ses principes républicains.
En avril dernier des journalistes ont fait état (bien que discrètement !) d’un affrontement entre les « porte-flingues » de SARKOZY et le pouvoir politique à qui il est reproché de « céder devant la rue ». Toute la question est là pour les décideurs économiques et politiques :
Comment imposer leur politique néolibérale à un peuple, un mouvement social qui s’y oppose ?
Evidemment en renforçant un pouvoir déjà fort, mettant en œuvre TOUS les moyens que leur donne la constitution, en s’éloignant un peu plus du régime républicain, « dans lequel le peuple exerce sa souveraineté directement ou par l’intermédiaire de ses représentants élus ».
Tel est l’enjeu du 22 avril pour les salariés, les retraités.  Faire monter l’exigence de revenir aux principes républicains. Toute l’histoire l’atteste : la République seule, constitue la cadre politique dans lequel le travail peut exprimer ses besoins : la République ça rime avec sociale, le pouvoir présidentiel ça rime avec capital.

Il lit l’avenir dans son rétroviseur
Depuis son investiture, Monsieur SARKOZY a rangé sa « matraque » pour se tourner vers le peuple, vers la gauche ! Il nous le jure; « Il aime le travail et les travailleurs ». Il prétend être « moderniste », mais ceux qui le connaissent nous disent son admiration…. Pour le Second Empire : rappelons que son fondateur, Louis Napoléon se fit élire Président de la république par plébiscite en Décembre 1848. Toujours animé par l’idée d’un pouvoir dur et autoritaire, il rétablit l’Empire dont il se proclama l’Empereur mais qui finit dans le sang et la défaite. En 48 soucieux de rallier à sa cause les ouvriers il leur adressa quelques pages intitulées : « vers l’extinction du paupérisme » du même tonneau que « travailler + pour gagner + » !!!  Pourtant dans la plupart des bassins industriels de l’époque, le non était majoritaire car dès 1848 la jeune classe ouvrière choisit et se battit pour la République.
Elie D.

Commenter cet article

mg 04/02/2007 16:25

Bonjour ! Comment puis je vous contacter ? je n'ai pas trouvé d'adresse e mail sur le blog ... je souhaiterai savoir s'il était possible d'obtenir certaines de vos images d'affiches avec une meilleure définition, pour certains de mes élèves de premiere qui travaillent sur les affiches en TPE. Pouvez vous entrer en contact avec moi, de facon à faire profiter à ces élèves de votre travail de collecte impressionnant !
bien cordialement, mg