Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

marx.gif

 
La semaine dernière la presse annonçait Le départ de Laurence DANON, PDG du groupe Printemps suite à la vente du groupe par son propriétaire à l’Italien Maurizio Borletti. Mme Danon n’a pas souhaité travailler avec les nouveaux propriétaires. Elle a empoché en partant 2,6 millions d’euros d’indemnités .
 
« Les indemnités de la PDG créent un malaise » titrait « Le Parisien ». Et pour cause : 84% des salariés du printemps gagnent moins de 1.500 euros brut par mois et la direction du Printemps n’a lâché que 1,6% d’augmentation pour les bas salaires en juillet dernier. Une misère ! Récompensée pour ses bons et loyaux services au patronat :
 
Le 5 février L. Parisot, patronne du MEDEF, était l’invitée de « France –Inter » de 8h.15 à 9h.00 pour commenter son livre « Besoin d’air » et l’actualité.
 
Interrogée sur ce qu’elle pense de ce nouveau « parachute » doré pour une patronne, elle répond :
 
« C’est normal, il faut récompenser le talent et la performance pour l’entreprise, la rémunération doit être en lien avec la création de richesses ».
 
Ça oui, Madame Danon a du talent, elle a même permis au ¨Printemps d’accroître ses profits, en réduisant les emplois de plusieurs centaines (les effectifs du Printemps ont fondu de 12,2% sous sa direction) et, disent les salariés : «  avec elle les salaires n’ont jamais été aussi bas ».
 
Mme Parisot ajoute à propos de ceux qui « commentent l’ampleur de la somme » : « derrière tout ça il y a beaucoup de jalousie ».
Ouh sur les vilains salariés jaloux ! De quoi se plaignent-ils ?
 
Elle dit encore, sérieusement : « La richesse, c’est quelque chose qu’il faut faire croître en permanence, c’est en faisant progresser la richesse que ce sera mieux pour les salaires et l’emploi ».
 
Et enfin, non sans cynisme : « « L’enveloppe de départ de Laurence Danon reste modeste comparée au pactole touché par d’autres grands patrons : 12 millions d’euros pour Jean-Marc Espalioux écarté d’Accor, et 13 millions pour Antoine Zacharias ex PDG de Vinci . Pas mal.
 
Au fait Mme L. Danon est responsable de la commission nouvelles générations du MEDEF.
 
 France Inter a évoqué aussi l’âge du départ à la retraite. Mme Parisot veut supprimer la retraite à 60 ans et instaurer un système « à la carte » sans limite d’âge. Mme Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, a cité l’exemple d’un salarié d’Areva qui a… 74 ans. C’est formidable dit-elle, il est très content et nous aussi. (sic)
 
Voilà ce que veut faire le patronat.
 
Seule la lutte, des salariés, des étudiants, des chômeurs, des retraités, permettra de modifier tout ça.
[source : « communistes »] 
 

Commenter cet article