Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

  TRIBUNE LIBRE

Voter: la meilleure et la pire des choses
 
 
Partir des réalités ! 1 %, 2 % de ceux qui ont décidé de voter, c'est quoi ? Combien de milliers ? L'inquiétant, c'est que moins ils sont, plus ils sont convaincus d'avoir raison. Il y a une irrationnalité dangereuse, mais qu'y faire ?
 
Il y en a tellement d'autres qui s'interrogent, qui n'ont pas décidé qui voter ou même de voter. L'essentiel, c'est d'être et de rester sur le fond de classe et de faire vivre une perspective anticapitaliste.
 
Maintenant, il faut aussi revenir sur les différentes formes de luttes. Le bulletin de vote, c'est aussi le Prince-Président qui va se faire plébiciter, Napoléon, le petit, comme dira Victor Hugo ; c'est aussi Hitler, c'est aussi Bush...
 
Le contexte joue beaucoup et notamment l'articulation des différentes formes de luttes, comme le montrent différents exemples issus de l'histoire.
 
Les peuples n'ont pas attendu d'avoir le droit de vote pour lutter. En France et ailleurs. La Révolution de 1789 s'est faite sans. Le suffrage universel date de 1945. En 36, il y a eu en même temps l'occupation des usines et le vote, ça a duré deux ans, et au bout de deux ans, l'Assemblée a voté les lois qui ont permis les premières arrestations de communistes. Les électeurs communistes ont contribué à élire ceux qui vont décider de mettre les communistes en prison : c'est utile le bulletin de vote, non ? A la Libération, il y a eu l'articulation de la Résistance avec ses différentes formes de luttes, y compris la lutte armée, et les élections. Ca a duré jusqu'en 1947 où les communistes ont été chassés du pouvoir, y compris par ceux qu'ils avaient contribué à faire élire et à porter au pouvoir ! Utile le droit de vote, non ? 1958 ? Les communistes isolés par le droit de vote, de Gaulle prend le pouvoir légalement. 1968, occupation des usines, manifestations monstres, acquis sociaux, et sévère raclée électorale : combien reste-t-il de députés communistes ? De Gaulle part avec le référendum de 1969. 1981, Mitterrand, qui avait signé le programme commun et s'était prononcé pour la rupture avec le capitalisme, est élu ; ça dure 2 ans et c'est le début des "30 désastreuses" dont on n'est pas sorti ; gouvernements et majorités de droite, de gauche ou de cohabitation se succèdent, le CAC 40 n'arrête pas de battre des records et la pauvreté de masse s'installe ! Nom de Dieu, c'est utile le droit de vote !
 
Je pense que cette rapide évocation est causante : le droit de vote, ce peut être la meilleure ou la pire des choses. Pour en décider, il faut faire l'analyse concrète de la réalité concrète et non rabacher des vérités qui seraient éternelles : il n'y a pas de vérités éternelles ! On n'est jamais deux fois dans la même situation, on  ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. C'est ça la démarche marxiste ! Mais, bon Dieu, où est la démarche marxiste ?
 
Michel Peyret,
député(1) communiste de Gironde (1986-1988)
 
(1) Député, ce n'est pas nécessairement ce qui a été mon activité militante la plus utile, mais je ne dirais pas que c'est la pire... En tout cas, c'était le résultat du vote, et à la proportionnelle ! Parce que de la proportionnelle, il faudrait peut-être en parler davantage, et pas seulement en parler d'ailleurs. Parce que ce scrutin majoritaire à deux tours, il n'y a rien de de pire, ça oui ! C'est une machine à bipolarisation, sur la longue durée on en voit bien les effets désastreux, cela rabote les pluralités, ça tend à la constitution de deux grandes forces politiques, c'est le courant révolutionnaire qui disparait. Quand je dis qu'il n'y a rien de pire...
 

Commenter cet article

Géronimo 24/03/2007 01:33

Bayrou, Royal même combat d'arrière garde. La dinde du poitou et le paysan béarnais sont fait pour s'entendre et gouverner avec l'extrème gauche.

C'est le matin du grand soir camarade, s'ils voient ça, ils doivent se retourner dans leur tombe Karl Marx et Joseph Staline. Je suis persuadé qu'ils ne t'auraient pas reconnu comme disciple...Toi un coco qui pourrait gouverner avec Bayrou !!!

C'est la lutte finale...

Ciao - Géronimo

Vincent 23/03/2007 21:27

LE VOTE UTILE POUR SORTIR LA FRANCE D'UN CLIVAGE AUX EFFETS DRAMATIQUES ET LA SEULE ISSUE POUR NE PAS AVOIR SARKOZY COMME PRESIDENT EST DE VOTER FRANCOIS BAYROU.