Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

L’IMMIGRATION, UN VRAI PROBLÈME

 

A TRAITER SANS DISCRIMINATION RACIALE NI ANGÉLISME

 
 

Sarkozy entend créer un » ministère de l’immigration et de l’identité nationale Il fait ainsi surgir le thème de l’immigration dans la campagne électorale. Après son coup de pouce pour les parrainages de Le Pen, cette annonce n’est pas innocente elle mise sur d’excellents reports de voix au second tour des présidentielles. Le projet d’« immigration choisie » (traduire le pillage du tiers-monde en forces de travail manuel et intellectuel) alimente le racisme. Il est inefficace et indécent, c’est un choix de classe.

 

Ne pas nier le problème

 

La réalité ne saurait être éludée. La concentration de situations sociales difficiles, de cultures et de traditions différentes, peuvent susciter des tensions, entre des Immigrés et les Français ou entre Immigrés. Chiffre effarant, 30% des français se disent racistes ! Terrain fertile que ces « ghettos de la République » (1) zones de non droit ou prolifèrent le racket, l’économie parallèle, les mafias rivales qui empoisonnent la population. Des idées inquiétantes apparaissent. La laïcité ne va pas de soi, comme l’a révélé le débat sur les signes extérieurs de la religion. Pourtant dans leur immense majorité les musulmans veulent vivre en paix et ne lisent pas le Coran comme le manuel de la djihad ! Mais on ne peut nier qu’un inquiétant courant intégriste, certes très minoritaire, refuse de s’adapter au monde moderne, et aux lois de la République et prône l’intolérance, le refus de la mixité et le machisme. Ces conceptions menacent l’identité de la nation française qui a proclamé les droits de l’être humain. Mais elles ne sont pas liées à l’immigration.

 

La France terre d’intégration

 

Terre d’asile la France a accueilli et intégré des vagues successives de migrants. Un Français sur quatre a au moins un étranger parmi ses arrières grands-parents. Les étrangers ont contribué au développement du pays, à la production, aux arts, à la création. A l’exemple de Manouchian et de ses camarades du groupe FTP MOI (2) fusillés en 1944, ils furent nombreux à donner leur vie pour combattre l’occupant nazi dans un pays qui était devenu le leur.

 

Ce qui mine l’identité nationale

 

L’ébranlement de l’identité nationale tient à des raisons profondes, l’immigration y joue le rôle de bouc émissaire. Parmi les facteurs de la crise d’identité il y a la politique menée en France et en Europe avec ses abandons de souveraineté nationale, ses frontières ouvertes, la disparition du franc, l’assujettissement de l’État aux diktats de Bruxelles. Le concept de nation a été ringardisé par la gauche et la droite. L’évoquer c’est se faire traité de populiste.

 

Les partis de gauche, les organisations antiracistes ne peuvent évacuer ce débat. L’angélisme, la démagogie, les discours moralisateurs, ne sont plus de mise pour répondre à ces questions, riposter à la droite et surmonter les divisions entre Français et Immigrés. Pour faire reculer le racisme il convient de s’en prendre à la cause des problèmes, ce que les gouvernements de gauche et de droite ont refusé de faire depuis plus de 25 ans.

 

Le drame de l’immigration

 

Peut-on rester indifférents aux noyades répétées d’immigrants fuyant la misère et la faim? La politique capitaliste imposée par le FMI et la Banque mondiale, le pillage des richesses par les multinationales accepté par les dirigeants corrompus, a fait des ravages. Il n’y a rien d’étonnant si en 5 ans le nombre d’immigrés venus d’Afrique subsaharienne a progressé de 45%. Globalement en 15 ans (3) le nombre d’immigrés a cru de près de 20%. En 2004 la France métropolitaine comptait près de 5 millions d’immigrés, près de 40% possèdent la nationalité française grâce à la naturalisation ou au mariage. A l’évidence les flux migratoires vont continuer car les inégalités, la misère, la mal vie poussent les hommes vers ce prétendu « Eldorado Européen ». Maîtriser ce flux est indispensable. Mais la méthode de Sarkosy visant à satisfaire les besoins du patronat et à faire pression sur les salaires est ignoble. Choisir parmi les immigrants ceux dont les exploiteurs entendent tirer profit, c’est priver les pays d’origine des bras et des cerveaux dont ils ont besoin. Les travailleurs de ces pays ne les fuiraient pas s’ils pouvaient y vivre décemment. Quant à ceux qui vivent en France il convient de prendre les mesures pour les intégrer, pour former et qualifier la jeunesse dans les métiers surtout ceux où il y a crise de recrutement. De même il faut créer les conditions de vie, d’éducation et de travail pour intégrer les immigrés et leur famille.

 

Pour un ministère de la coopération et du co-développement

 

Aujourd’hui toute la classe polico-médiatique, tous les candidats, parlent de co-développement, or la moitié de l’aide publique au développement annoncée par le gouvernement est mensongère. L’aide réelle a diminué de moitié de 1996 à 2001 pour stagner depuis à 1,7 milliard d’euros soit 0,25% du PIB alors que la France s’était engagée à y consacrer 0,7%. La politique de co-développement mise au point il y a dix ans n’a pas été appliquée ni par le gouvernement de gauche, ni par ceux de droite. Pour l’Afrique il s’agissait en particulier de fixer en consultation avec les pays d’origine des contingents de personnes qui viendraient se former à des métiers correspondant à l’intérêt de leur pays et qui repartiraient chez eux, mais en conservant la possibilité de revenir en France. Il était prévu le financement de microprojets, l’augmentation de visas pour les étudiants. Aujourd’hui les cadres éduqués fuient l’Afrique à laquelle ils font défaut. Ils doivent pouvoir rester et travailler chez eux. La réussite de toute politique de co-développement suppose de desserrer l’étau du FMI et de la Banque mondiale. L’Afrique est pillée, écrasée par la dette qu’elle a déjà payé 10 fois. Le capitalisme mondialisé et sa logique sont en accusation, c’est là qu’il convient de porter le fer. La création d’un ministère de la coopération et du développement serait plus utile et efficace que les projets de Sarkozy qui ne peuvent qu’aggraver la situation actuelle.

 
 

(1) livre de André Gérin député maire de Vénissieux

 

(2) MOI main d’œuvre immigrée, organisation constituée par le PCF en 1926.

 

(3) INSEE, enquête annuelle de recensement


Commenter cet article

Astrée 26/02/2008 19:24

voilà un texte intelligent sur l'immigration. Ca fait du bien de lire un texte qui ne fait pas dans l'angélsme comme a tendance à le faire la gauche bien-pensante (y compris mes camarades communistes).J'ai grandi dans un quartier populaire parisien et la vie 'était pas toujours rose, loin de là. Ce n'était pas "la faute des immigrés", mais la faute d'une politique de parquement des pauvres, dans des cités grises, violentes, où y règne la loi du plus fort. Et c'est pauvre, c'est à 80% des immigrés. Le reste, c'est des "français de souche" qui ont resisté à la vague de boboisation.Je me souviens de m'être fait agressée etant ado par une bande de filles black qui m'ont agressée "parcequelle n'aimaient pas les Français" (je cite). Or c'était des gamines, tout comme moi à l'époque. Cette violence et ce racisme vient du fait qu'il y a une haine contre les blancs, vu comme ceux qui sont à la source de l'exclusion sociale des français d'origine étrangère. Et ce n'est pas faux...même si la violence est abjecte et impardonnable.Je crois que nous, communistes, et la gauche en général, avons beaucoup perdu à ne pas clairement dénoncer la violence qui existe dans les quartiers populaires, de ne pas dénoncer le parquement des immigrés dans des cités, de laisser faire la monter des intégrismes religieux, en particulier musulman, et de servir à chaque fois un discours vaseux puant d'angélisme. Si Sarkozy a gagné les éléctions, c'est en partie parcequ'il a fait semblant de combattre le communautarisme et l'insécurité, alors qu'il les a au contraire renforcés.Une dernière chose: le livre de Gérin a beaucoup été critiqué, pas seulement parcequ'il a eu la bêtise de la faire préfacer par un maire abject, mais surtout pour son contenu. Parcequ'il dénonce ce que le reste de la gauche ne préfère ne pas voir (ça fait trop mal aux yeux). Il a aussi été taxé de raciste parcequ'il a vivement réagi lors des émeutes de banlieue, en condamnant les violences, qui ont fait selon lui le jeu de la droite et de l'extrême droite. Il a eu raison. Et ce n'est pas "raciste" que dire ça. Il a toujours combattu le front national, le racisme, le communautarisme, l'intégrisme religieux, les Eglises qui font leur beurre sur le dos des pauvres et des exclus. Et pour ça je le respecte.Encore bravo Diablo pour ce texte.

Jean-François Autier 24/03/2007 14:54

Le commentaire d'Hamilcarbarca est éloquent : il n'a rien à dire, mais il veut bloquer tout débat.
Voilà bien un comportement de terroriste "stalinien" de la pensée unique, qui n'a rien à voir avec le marxisme !
L'important, dans son commentaire, c'est qu'il exprime la peur d'internautes en réflexion. Et s'il en était besoin, sa peur administre la preuve que nous avons raison de chercher !
Merci, Hamilcarbarca.
Dans cet article qui me convient, une expression me semble devoir être précisée pour ne pas prêter à confusion.
"Quant à ceux qui vivent en France il convient de prendre les mesures  pour les intégrer, pour former et qualifier la jeunesse  dans les métiers surtout ceux où il y a crise de recrutement."
La fin de la phrase ne me paraît pas heureuse, et peut laisser croire qu'aujourd'hui comme hier, c'est aux immigrés que l'on va s'adresser pour répondre aux besoins du BTP en personnel.
 

Hamilcarbarca 24/03/2007 14:19

Les sales marxistes ont assassiné 100 000 000 d'êtres humains