Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

 A l'attention de celles et ceux qui persistent à penser que c'est en se pliant au jeu voulu par les profiteurs de cette République que l'on peut changer quelque chose pour "la France d'en-bas", et qui, en se rendant aux urnes pour émettre un vote autre que blanc ou nul, vont participer à la légitimation du (ou de la) futur(e) président(e), il me paraît essentiel de donner quelques repères.

Pouvoir d'achat. C'est la préoccupation la plus partagée par le "petit peuple". Aucun des "présidentiables" n'envisageant l'augmentation immédiate du SMIC à 1.500 euros (pas même bruts !), il me semble qu'il convient de répondre à la question : une telle augmentation est-elle possible ?
Actuellement, le SMIC brut est à 1.254,28 euros. Pour le passer à 1.500 euros bruts, il suffit de l'augmenter de 245,72 euros. Si l'on veut 1.500 euros nets, il faut ajouter le salaire différé que sont les cotisations sociales (part salariale et part patronale différente selon les branches : 36 % en moyenne) soit 334,18 euros. Sur l'année, pour un SMIC à 1.500 euros nets, cette augmentation représenterait une dépense de 334,18 euros × 12 mois × 2.500.000 smicards = 10.025.400.000 euros, ou 10 milliards 25 millions 400.000 euros.
A celles et ceux qui, habitués à compter les centimes d'euros, se demanderaient où trouver une telle somme, rappelons que les seules 40 entreprises françaises du CAC, en 2006, ont dégagé 91 milliards de profits, contre 80 milliards en 2005... Peut-on en prendre un peu pour les smicards ? Non, disent, unanimes, les "présidentiables" !
L'emploi. Peut-on créer des emplois durables, empêcher les licenciements boursiers, et, si cela s'avérait nécessaire, aider nos entreprises à résister ? Non, c'est impossible dans le cadre de la "concurrence libre et non faussée", voulue par l'Europe et l'AGCS.
Dans l'Europe d'aujourd'hui, le seul moyen de garder nos emplois, c'est de nous aligner sur ceux qui, de par le monde, ont les plus bas salaires et le moins d'acquis sociaux.
Défendre l'emploi, c'est donc dénoncer l'Europe d'aujourd'hui pour y substituer une Europe des nations souveraines, coopérant librement entre elles. Ce n'est au programme d'aucun "présidentiable" !
Le logement. Le décès de l'abbé Pierre est venu rappeler que ce n'est pas par la charité que l'on résoudra la question du logement.
Sans attendre la mise en chantier de logement sociaux (ceux déjà prévus par la loi non appliquée par les communes "riches", et ceux qu'il faudrait en plus), la loi permet immédiatement la réquisition des logements vides. Aucun "présidentiable" n'envisage cette réquisition !
Santé. Le consensus, entre "présidentiables", c'est qu'il faut faire des économies.
Actuellement, le déficit de la Sécu est de 14 milliards. La seule augmentation du SMIC à 1.500 euros nets rapporterait 2,65 milliards !
Alors que la seule solution d'avenir est d'augmenter les recettes, depuis plus de 20 ans, c'est le contraire qui est fait. Toutes les exonérations de cotisations consenties par les gouvernements successifs, et qui ne sont pas entièrement compensées par l'impôt, en tirant les salaires vers le bas, diminuent les recettes de la Sécu. Le résultat de cette politique, c'est que la part des salaires dans la répartition des richesses produites à reculé de 10 % au profit du capital, ce qui aujourd'hui, représente 160 milliards d'euros sur l'année : plus qu'il n'en faut pour transformer le déficit en excédent !
La seule solution d'avenir, c'est l'augmentation générale des salaires, retraites et pensions. Ce n'est au programme d'aucun "présidentiable" !
Si, malgré ça, et vous souvenant que le président sortant a été élu, il y a 12 ans, pour "réduire la fracture sociale", vous tenez à voter pour un(e) "présidentiable", c'est votre droit !
Comme c'est aussi votre droit de mettre en oeuvre l'article 35 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."
Correspondant d'EL DIABLO

Commenter cet article

roi bourdieusien 16/04/2007 11:54

tres bon post ( a l image de ce blog)

bdu 14/04/2007 09:17

Lucette présidente

Quivotequi 13/04/2007 19:53

Bonjour,
Je vous écris pour vous faire part du lancement d’un nouveau site sur la campagne présidentielle.
Le principe est simple: “Vous êtes prêts à nous convaincre de voter pour votre candidat en quelques minutes ? Alors déposez votre vidéo sur notre site. N’hésitez pas, foncez et animez la campagne présidentielle en commentant les vidéos!”
Rendez-vous sur www.quivotequi.fr
Merci d’avance, et à bientôt sur le site!

Lofi 11/04/2007 18:33

Je le trouve sérieux aussi, le blog d'el diablo !

SB 11/04/2007 18:14

Bonjour El Diablo !
A l'aube du grand dilemme politique, allez faire un tour sur mon blog (sans pretentions), cela pourrait vous détendre...ne serait-ce qu'un peu !
http://photomontage.over-blog.fr
Amicalment.
SB.