Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

« Alors El Diablo tu fais quoi le 22 avril ? ». Cette question je l’entends plusieurs fois par jour en ce moment. En fait, dans mon entourage professionnel, je l’entends de la manière suivante : «  tu fais quoi, parce que moi je suis bien emmerdé et je ferai comme toi ». Bon ! on est tous d’accord, aucun des candidats en position d’être élu ne fera une politique en faveur du monde du travail. Comme depuis 1983, c’est le Capital qui sera largement servi. Ma tentation du vote blanc ou de l’abstention est donc forte, certains de mes camarades s’y sont résolus. D’autant que la candidate « communiste » malgré elle, qui fut ministre sous Jospin sans moufter sur les privatisations et les bombardements de l’OTAN sur la Serbie avec la participation de la France n’a pas tiré les conséquences de la mutation réformiste de son parti jusqu’à en remettre en cause la stratégie suicidaire. Voter pour elle serait, pour moi, oublier ces terribles dérives…et je m’y vois assez mal.  
Pourtant s’abstenir c’est, qu’on le veuille ou non, voter pour le futur vainqueur. Or celui-ci pourrait bien être, cette fois-ci, un des politiciens les plus réactionnaires que le France ait connu depuis la deuxième guerre mondiale. J’en suis convaincu, Sarkozy de Nagy-Bocsa est un homme dangereux. C’est l’homme du grand Capital, mais sur ce terrain il n’est pas le seul. Non, le danger est surtout qu’il est l’homme d’une droite qui tend à l’extrême. On connaît ses liens avec Bush, on connaît moins ses affinités avec Fini, le dirigeant de la droite post-fasciste italienne…et on se rappelle son silence gêné à l’annonce de la mort de Pinochet… Il est l’homme d’un grande bourgeoisie qui verrait d’un bon œil l’élection d’un « tueur » de ce qui reste des droits sociaux conquis par le peuple de France. Je pense notamment à la Sécurité sociale, à la retraite par répartition mais aussi au statut de la Fonction Publique. Je pense aussi à la laïcité et aux menaces qui pèsent sur la loi de séparation de l’église et de l’Etat…etc…
Pour arriver à ses fins ce personnage agité et aux penchants totalitaires opterait, sans aucun doute, pour une stratégie de la tension et de l’affrontement permanent. Disposant de liens très étroits au sommet du MEDEF, mais aussi à celui des principaux média audio-visuels et dans la presse à grande diffusion, ce patron de la police dans ces dernières années aurait à sa disposition un appareil hyper - puissant sans doute difficile à déstabiliser. D’autant que le monde du travail ne dispose plus (ou pas encore) d’outils de lutte efficaces.  
Voter donc, et d’abord au premier tour, mais en excluant un geste d’approbation.
Car que reste t-il à « à gauche » ? : deux troskistes au verbe haut mais ces gens-là n’ont jamais rien compris à la Nation et se sont souvent retrouvés dans les luttes du côté des diviseurs, un ex-socialiste à l’accent rocailleux porteur d’un mot d’ordre « sortir de l’union européenne » auquel j’adhère mais soutenu par un parti des « travailleurs », héritier de l’O.C.I., le groupuscule troskiste au sein duquel Jospin et quelques autres sociaux-démocrates bon teint firent leurs premières armes, sous fond d’anticommunisme viscéral. Je ne parle pas des « Verts » et de sa candidate « boboïsée » ni de l’anarchiste mégalomane du Larzac.
Alors voter au premier tour en se positionnant en vue du second ? Car si avec Sarkozy « les blés sont sous la grêle , il serait fou de faire le délicat ». Pourquoi pas, mais cela ne s’appelle plus un vote mais l’utilisation d’un bulletin de vote…J’avoue être tenté par cette démarche, peut-être saugrenue pour un citoyen qui se défini comme un patriote républicain de sensibilité communiste. Après tout, je fais ce que je veux dans le secret de l’isoloir et vous n’êtes pas obligé de répéter que pour la première fois de ma vie de citoyen, je risque de ne pas voter « à gauche » au premier tour d’une élection ! Je dis çà mais on verra bien dimanche. EL DIABLO

Commenter cet article

Virguline 22/04/2007 14:01

Votre sincérité est émouvante, je crois qu'elle est le reflet d'une grande partie de l'électorat de gauche, qui ne se sent pas vraiment représenté par les candidats ... Mais j'ai déjà dû me résoudre à voter J. Chirac en 2002, je ne voterai plus à droite, car je sais, par conviction que je ne suis pas de leur famille, quant au centre... qque représentet'il, pour ma part, il récupérera beeaucoup les voix des indécis parceque déçus, mais n''oublieZ pas d'où il vient et ces engagements passés. Merci pour votre sincérité rafraîchissante en ces temps de promesses mensongières, et commee l'on dit en louisiane, pays cajun "ne lâchez pas la patate", même si elle est chaude, elle est notre nourriture, celle que l'on partage quand les valaurs de solidarité, d'équité nous guident. Merci, à bientôt pour un commentairre des résultats, si vous le voulez bien.
Virguline

Lucien 17/04/2007 15:19

J'oubliais de vous dire que tout le site
Travail, chômage et choix de société  http://travail-chomage.site.voila.fr/index2.htm
fournit des informations détaillée et peu connues sur les questions d'emploi et de chômage, avec des comparatifs entre la France et d'autres pays comme celui- ci  http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm
( Durée du travail : apparences et réalité, France et autres pays ) qui remet en place toute la propagande du patronat.

Lucien 17/04/2007 15:14

Une question qui prendra une importance décisive au cours des cinq prochaines années, c'est celui de l'énergie. Et aucune solution sérieuse n'existe, si ce n'est de réduire de cinq à dix fois notre consommation énergétique d'ici vingt ans.
Lire http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_petrole.htm
(La fin progressive du pétrole)


A partir de 2007 ou 2008, la production mondiale de pétrole va décroître à un rythme de plus en plus important, le pétrole conventionnel facile à extraire comme le pétrole dont l'extraction est difficile et très coûteuse.
Selon une estimation raisonnable, nous aurions une production limitée à 80 % dans 12 ans et à 50 % dans 20 ans de celle d'aujourd'hui, car les réserves de pétrole ont été surestimées.
Le nucléaire, les piles à combustible et les biocarburants sont des solutions illusoires (il faudrait 3 à 4 fois la surface agricole de la France pour remplacer le seul pétrole utilisé comme carburant).


Pascal de Lyon 17/04/2007 14:56

Je suis de l'avis d'El Diablo. Car la véritable question, au point où la direction du PCF a amené le rapport de forces pendant ces dix dernières années, est la suivante : comment préserver l'avenir ? à savoir l'existence d'un véritable parti communiste, d'un outil pour défendre nos acquis et promouvoir l'espoir d'une autre société, c'est-à-dire communiste ? Je respecte les communistes qui répondent à cette question en votant malgré tout MGB, comme Danielle, mais je sais quel est le fond de sa pensée car elle a eu l'occasion de s'en exprimer à de multiples occasions. Toutefois il ne me semble pas que cela soit la bonne réponse. J'ai beau tourner le vote Buffet  X  fois dans ma tête, je ne vois pas comment son refus d'être candidate communiste pourrait préserver l'avenir. Et son dernier interview paru dans le Monde me le confirme, elle ne changera pas la stratégie réformiste (mutation-liquidation) engagée depuis plusieurs congrès...
"Interrogée sur le déclin électoral du Parti communiste et les intentions de vote en sa faveur, qui stagnent autour de 2 %, Marie-George Buffet a reconnu qu'il y aurait un "débat" au sein du parti en cas d'échec électoral, "mais je ne pense pas qu'il [son parti] devra profondément changer de stratégie", a-t-elle souligné." Le Monde du 18/04/07
J'en suis donc parvenu à la même conclusion qu'El Diablo...
Pascal de Lyon

paco 16/04/2007 21:08

Pour te donner quelques idées, ci-joint un article de Danielle Bleitrach suivi de mon commentaire.

Vous me dites que le PCf vous a fait du mal, que désormais vous soutenez José Bové... Vous faites vaguement référence au fait que l’on a pris du retard et massacré beaucoup de communistes...
On ne fait pas de la politique avec des ressentiments personnels... De surcroît ce n’est pas parce que l’Union Soviétique s’est écroulée que tous les gorbatchéviens avaient nécessairement raison... Oui il fallait critiquer l’expérience mais pas avec les arguments de l’adversaire. Il faut de la critique et de l’autocritique, mais croyez-vous vraiment que José Bové est apte à faire cette nécessaire critique communiste ?
Je ne dénonce pas monsieur Bové sans argument, je ne lui fais pas seulement procès de détruire le PCF mais je dénonce ses mensonges sur Cuba. Il n’a rien répondu à Maxime Vivas, il n’avait rien à répondre, il avait menti et toujours pour les mêmes raisons parce que, à ses yeux, son ego vaut mieux que n’importe quelle cause...
Si vous avez été massacré par le parti, je vous en offre autant...Frappée, mes vêtements déchirés, censurée, interdite d’huma, mon nom ne doit jamais être cité, et alors... Je peux accumuler les griefs il est probable que je flanquerais volontiers quelques coups de pieds au cul de certains... Mais je ne juge pas en fonction de mes intérêts et rancoeur personnels sur ce qui est bon ou disons le moins pire pour mon pays.
je vais vous avouer j’aurais pu hésiter entre MGB et OB, mais ce qui me détermine est le fait que pour le patronat, pour la droite et même le PS le score qui comptera en matière de rapports des forces sera celui de MGB... C’est comme ça et c’est pour cela que selon moi en faisant joujou avec ce vieux réac égotiste de josé Bové comme d’autres jouent avec Le pen ou avec Bayrou sans y croire par pure maussaderie, vous jouez un sale tour à votre pays, au salariat, etc... et à terme à vous mêmes c’est-à-dire à votre retraite, votre protection sociale. Je trouve que c’est chèrement payer quelques déplaisants souvenirs... En outre reconnaissez que nous avons eu grâce à ce parti de formidables moment... Nous avons pleuré à la mort de Salvador Allende et pleuré de joie à la prise d’Ho chi Minh ville, à la libération de nelson mandela...
C’était enthousiasmant et ça MGB ne me l’enlevera pas... Elle n’a pas la taille pour le faire... Je vais voter pour elle comme j’ai voté pour Robert Hue, envers et contre elle, pour l’engagement d’une vie, pour le communisme.
Le communisme a un éternel goût de revenez-y, Il fut entravé, limité, mais ni vous ni moi nous vallons mieux que tous ceux qui ont donné leur vie, à quel titre les jugerions-nous ?... Malgré tout le communisme ou sa première ébauche fut aussi humainement émancipateur , et jamais on ne pourra étouffer cette indignation révolutionnaire qui fait battre mon coeur usé, à chaque injustice ici et partout ailleurs... Ils le savent bien ceux qui au soir du 21 avril se gausseront du score de Spartakus enchaîné, le parti détruit, humilié mais communiste encore... Réfléchissez à ce que vous êtes en train d’accomplir !!
Il a fallu six siècles à la bourgeoisie pour installer la dictature du capital, la libération du profit mais aussi cette espérance d’où est né le communisme, alors croyez-vous que créer un système qui va a contrario de tous les égoïsmes séculaires ne mérite pas un peu de réflexion... Honnêtement ce n’est pas avec josé Bové que l’on peut avancer vers la fin de tous les égoïsmes... Je plaisante mais à peine...
Je vous cite encore et toujours Robespierre : "nos raisons d’exister vallent mieux que notre existence !"
Amicalement Danielle Bleitrach
Commentaire de Paco.
« Mais je ne juge pas en fonction de mes intérêts et rancœur personnels sur ce qui est bon ou disons le moins pire pour mon pays. ».
Tour à fait d’accord. Devant le danger social-libéral, je n’ai pas d’état d’âme : c’est le vote Marie-George.
Par ailleurs, je regrette que des communistes et des groupes issus du PCF critiquant la mutation droitière du PCF ne comprennent pas ces évidences et se réfugient dans un silence étourdissant lors de ces élections. Ils pensent sans doute ramasser d’autres déçus. Ils croient sans doute que les paroles de l’Internationale « Du passé faisons table rase » concernent le PCF.
 « Je ne dénonce pas monsieur Bové sans argument, je ne lui fais pas seulement procès de détruire le PCF mais je dénonce ses mensonges sur Cuba. ».
Cela me ramène à Cuba où hier soir passait à 23 h 30 sur Arte un film d’Errol Flynn dans une version écourtée !!! Film magnifique. On comprend pourquoi ce film a été interdit de diffusion par les USA depuis 1959 ( il a été vu projeté une fois en Union Soviétique).
Au passage on a pu voir l’accueil populaire et massif de Fidel au Venezuela en …. 1959 et que les aspirations communes d’émancipation des peuples d’Amérique latine sont profondes.
Naturellement, mardi à 20 h 30 passera un film étatsunien qui dixit la présentatrice va dénoncer la dictature de Fidel. Je ne crois pas que l’on y verra les entretiens avec I. Ramonet !
Quand on voit la campagne électorale à la télé où aucun débat entre les candidats n’a été organisé et où les sondages déterminent à l’avance le choix des électeurs, on peut se poser la question : Où est la démocratie ? Comme pour le référendum, ce sont les « élites » qui nous disent ce qu’il faut faire, …. pour que le capital perdure.
Paco