Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Ces dernières semaines, le problème du mal-logement et des sans-abris revient occuper le devant de la scène médiatique.
A l’issue de deux mois et demi de lutte, les familles et les célibataires qui campaient rue de la Banque à Paris ont obtenu vendredi 14 décembre la signature d’un accord avec l’Etat. L’engagement porte sur le relogement durable dans un délai d’un an des 1500 personnes (dont 900 enfants) concernées, dès lors qu’elles satisferont aux critères de priorité de la loi DALO (droit au logement opposable). Pour en arriver là, il aura fallu un véritable bras de fer avec le pouvoir et une résistance quotidienne face aux assauts policiers visant à mettre fin au campement. Il faudra néanmoins rester vigilant pour que l’accord soit réellement respecté par les autorités.
Sur le front du logement comme partout ailleurs, seule la lutte permet de gagner.
L’Etat l’a d’ailleurs bien compris puisqu’il réprime toutes les initiatives visant à instaurer un rapport de force sur cette question. Les tentatives des Enfants de Don Quichotte pour installer un campement à Paris ont été empêchées par les forces de l’ordre.
A Montreuil, un bâtiment ouvert par le collectif Dalas (Droit au logement autogéré et social) et occupé par des familles mal-logées a été expulsé le 14 décembre par des vigiles avec l’appui de la police qui a procédé à des interpellations. Plusieurs militants sont inculpés suite à cette action.
La crise du logement s’amplifie et le gouvernement répond seulement sur le terrain de l’urgence avec des places en foyers ou des nuits d’hôtels. La France compterait près de deux millions de logements vacants, sans compter les centaines de milliers de mètres carrés de bureaux inoccupés. Il n’y a pas de droit à la propriété qui tienne lorsque le système conduit à la rue des hommes, des femmes et des enfants des classes populaires.
La solution au mal-logement n'est assurément pas non plus dans la vente des logements sociaux et l'endettement pour devenir petit propriétaire, comme le gouvernement entend le faire croire.
Quant au droit au logement opposable, il ne peut rester que virtuel sans création massive de logement sociaux. Un véritable service public du logement permettrait également un contrôle et une baisse des loyers pour rendre les logements du parc privé accessibles à toutes et à tous.
Dès maintenant il faut imposer la réquisition des logements vides, la baisse des loyers et l’arrêt des expulsions.


Alternative libertaire,
 
 le 19 décembre 2007

Commenter cet article

eva journaliste-resistante 20/12/2007 15:29

bonjour cher camaradeun article bienvenu au moment où le 24 ou le 25 je vais sortir "un sdf nommé Jésus",en 2e partie je cterai ton article pour illustrer le problème des classes populaires mal logées, ou pire sans logementje te souhaite un bon noëlbien fraternellement à tous, Evaça me ferait plaisir si de temps en temps tu pouvais me faire un commentaire sur http://r-sistons.over-blog.com, ça relance le débat, tu es un vrai militant comme je les aime