Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

Vous lirez , ci-dessous, la lettre de  démission  d'un militant de la CGT.  Il ne s'agit pas pour moi d'approuver ou de désapprover cette démarche, encore que je pense qu'un salarié doit être syndiqué (je suis moi-même à la CGT depuis près de 40 ans). Simplement, je souhaite que cette lettre fasse réfléchir et réagir le lecteur sur l'avenir du syndicalisme de lutte dans notre pays. Vous ne manquerez pas de donner votre point de vue. EL DIABLO
Lettre de démission d' Yves B….., secrétaire CGT de la ligne 06 de la RATP

Au secrétaire général de la Confédération Générale du Travail.
 
Au secrétaire général de la fédération CGT des transports.
 

Au secrétaire général de l'union des syndicats CGT de la RATP.

 
Au secrétaire général de la CGT métro/RER de la RATP.
 

Aux membres de la commission exécutive de la CGT métro/RER de la RATP.

 

A mes camarades de lutte de la ligne 06 de la RATP.

Paris le 20 décembre 2007.

Cela fera, en juin 2008, 32 ans que je suis sympathisant actif, adhérent et militant de la CGT.
Aujourd'hui, je ne reconnais plus la CGT, la CGT de mes parents, ma CGT.
En près de 32 ans, des coups de gueule, des incompréhensions, des fâcheries, il y en a eu bien sûr, mais là, on atteint des sommets.
Sommets tellement élevés que des nuages d'une composition indéterminée cachent, phoniquement et visuellement, à nos responsables qui y sont perchés, la vallée parfois boueuse où nous pataugeons et nous nous débattons.
La farce du préavis du 12/12/07 est la goutte qui a fait déborder la jarre dans laquelle nageaient déjà un certain nombre de couleuvres, particulièrement ces 12 dernières années.
Je ne reviens pas dans le détail sur les évènements de ces derniers mois qui, ayant été débattus en AG, au sein de la section syndicale et ainsi qu'à la CE du syndicat sont, du moins devraient être, connus de vous. Il me reste, entre autres questionnements : Pourquoi ce qui était inacceptable il y a peu devient-il aujourd'hui acceptable ? Pourquoi cette contradiction entre les articles de la presse syndicale, démontrant que les moyens financiers existent pour la pérennité des régimes de retraites par répartition, y compris les régimes spéciaux, et cette mascarade de négociation dont nous ne voulions pas ? Sur l'autel de quelles tractations sommes nous sacrifiés ?
La base s'est exprimée clairement, verbalement et par écrit, et elle n'a pas été entendue. Mais qu'êtes vous, qui êtes vous pour vous permettre d'ignorer l'expression des travailleurs ?
Faut-il vous rappeler que "sans la base vous n'êtes rien" ? Faut-il vous rappeler que sans la base vous ne seriez pas aux fonctions que vous occupez ? Car il s'agit bien de fonctions. Du secrétaire de section au secrétaire général de la confédération, c'est une fonction de représentation, d'expression de la volonté du plus grand nombre.
Ce n'est pas un grade, vous n'avez pas reçu un blanc-seing ! La CGT, comme les autres syndicats, me donne aujourd'hui l'impression de "n'avoir qu¹un rôle de canalisation de la colère des travailleurs". De temps en temps on organise de grands rassemblements, des manifestations qui permettent de faire baisser la pression, pour éviter l'explosion. Et on est supposé accepter que soit négocié l'inacceptable.
Nous sommes aujourd'hui face à un gouvernement qui, même s'il est légitime, impose une politique à tendance totalitaire. Alors qu'il faudrait réagir avec force aux mesures concernant les immigrés, ces mesures qui ont un fort relent de vichysme.
Alors qu'il faudrait réagir avec force à l'imposition par décrets de réformes mettant à mal d'énormes pans de notre système social et de nos droits constitutionnels. Alors qu'il faudrait réagir avec force à l'approbation par les députés du texte de constitution européenne alors que nous avons voté contre.
Alors qu'il faudrait réagir avec force à l'introduction du privé dans nos universités. Alors que nous savons déjà que la sécu, le régime général des retraites, notre système éducatif et tant d'autres fondements de notre société vont être attaqués, laminés.On négocie ?
Notre démocratie, notre système républicain, notre constitution sont en danger ! On négocie ? Réveillez-vous ! Je refuse de valider vos décisions.
Aujourd'hui je démissionne, je ne fuis pas, je démissionne de mes fonctions de :

 

secrétaire de section CGT ligne 06 de la RATP,
membre de la commission exécutive de la CGT métro/RER de la RATP,
délégué d'établissement, membre du collectif B1.

Je ne reprendrai pas ma carte en janvier 2008.

Salutations
Yves B.....


 
nti_bug_fck

Commenter cet article

J
Si je peux comprendre la colère de celui qui reste et restera mon camarade, je pense qu'il fait exactement l'inverse de ce qu'il convient dans la période. La direstion de sa FD va rapidement lui trouver un remplaçant plus docile.Nous ne sommes pas dans dans la configuration d'un parti politique, d'un appareil cadenassé qui n'existe que par sa compromission dans les institutions. Nous parlons de la CGT, organisation qui fédère et confédère des organisations de base, statutaires, les syndicats et les sections syndicales.Nous ne pouvons découvrir à l'épreuve de la lutte que l'affrontement de classe  ne s'arrète pas aux portes de la CGT. Cela fait 150 ans que cela dure !L'absence d'amendements et de bataille de fond dans les différents congrès des structures de la CGT, le repli militant à l'intérieur de "sa" base, le quitus systématique et l'adoption ultra majoritaire d'options réformistes dans ces mêmes congrès ne pouvaient conduire qu'à cette capitulation idéologique, amorcée en 2003 sur le sujet des retraites. L'abandon de l'objectif de changer la société, à partir des revendications sociales, date de 1995, en pleine grève. Et tous les syndicats de base ont plébiscité le leader cheminot de l'époque, devenu depuis secrétaire général de la CGT.Ce n'est pas lui qui a changé (encore que au niveau du melon), c'est nous qui avons laché le débat d'idées entre révolutionnaires et réformistes, QUI A TOUJOURS ETE PRESENT DANS LA CGT, pour céder à la dictature de l'image médiatique. Dans chacune de nos organisation de base. Raison de plus pour ne pas les déserter aujourd'hui afin de travailler à la reconquête. On peut créer un autre parti , pas une autre confédération. C'est un enseignement de l'histoire.Parole d'un secrétaire de syndicat cheminot qui s'appuie sur la démocratie syndicale, c'est à dire des adhérents qui lui ont confié cette responsabilité. Depuis longtemps et ce n'est pas le sommet qui aura ma peau !(j'ai eu 150 000 fois l'envie de tout envoyer balader mais la vraie vie, et le contact des travailleurs, mes collègues au quotidien, et particulièrement de ceux qui luttent m'ont toujours remis les idées en place)NB. si El Diablo avait la possibilité de transmettre mon commentaire à Yves, ne serait-ce que pour lui remonter le moral quelque soit sa décision pour 2008.
Répondre