Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Les 7 et 8 février, le MEDEF a tenu son Conseil Exécutif à Bruxelles. Dans les locaux de la Commission Européenne la première journée, dans les locaux du Parlement la seconde. Le choix des lieux de réunions ne doit rien au hasard. Derrière la façade « démocratique » de ceux-ci, les patrons se rencontrent pour imposer leur dictature et exiger que les décisions prises soient conformes à leurs seuls intérêts.

 

C’est si vrai que sept commissaires européens venus leur apporter leur soutien et se féliciter des progrès réalisés dans la casse des acquis sociaux obtenu par le patronat dans la dernière période. Bravo pour l’accord sur le contrat de travail déclare le commissaire de l’emploi et des affaires sociales. Les autres font des déclarations allant dans le même sens.

 

Et le patronat d’exiger toujours plus. L’exemple pour lui est l’Allemagne qui réduit les prestations chômage et maladie, augmente certaines cotisations sociales pour les salariés, réduit le périmètre de l’Etat. L’Angleterre et l’Irlande, véritables paradis fiscaux, ont aussi leurs faveurs, avec les exonérations de cotisations patronales, la réduction du coût des licenciements individuels.

 

Avec l’aide de cette Europe du capital et du pouvoir politique en France, ils veulent accélérer la recomposition de la société française dans leur seul intérêt, celui du profit.

 

Cette réunion avait aussi pour but de préparer la présidence française de l’union européenne qui doit débuter le 1er juillet prochain. Elle a fixé les objectifs à atteindre  au plus vite pour Sarkozy et à son gouvernement.

Madame Parisot s’est félicitée des coups de boutoirs incessants dans la mythologie des 35 heures qui a fini par vaciller sur ses bases. Elle rêve que les impôts taxant l’investissement soient boutés hors de France, en premier la taxe professionnelle, préfère l’intéressement et demande des mesures plus expéditives pour obliger les travailleurs âgés à rester plus longtemps en activité. Quant aux salaires, elle ne s’intéresse qu’à ceux des patrons.

Un rappel à l’ordre.

Il arrive que par démagogie Sarkozy s’en prenne aux patrons voyous ou au capitalisme financier. C’est insupportable pour la présidente du Medef, même si elle sait parfaitement que de telles déclarations sont sans conséquences dans la pratique et n’ont jamais été suivies d’effets. Elle fait la leçon. Le capitalisme est-il concevable sans le capitalisme financier ? Comprenons que le capitalisme est une mosaïque dont on ne peut enlever un morceau parce qu’il nous déplairait à tel ou tel moment.

Très juste, Madame la Présidente. Le capitalisme est un système global qui couvre l’économie, la politique, les idées, qui s’étend sur l’ensemble de la société.

Ce système ne peut être aménagé. La seule solution est de le combattre dans sa globalité.

 
source: "Communistes"
 

Commenter cet article

Rébus 22/02/2008 09:29

A l'occasion, généralement avant les élections, des ludions nerveux visitent les entreprises et se font entourés pour la photo d'indigènes en costumes folkloriques, appelés ouvriers (ou employés dans la distri).Après avoir promis beaucoup, on se réunit avec la secte médéfienne pour continuer à casser ce qui reste encore debout du "pacte social".Attention, camarade, le très vieux monde est devant toi

Jean LEVY 21/02/2008 18:37

Ce compte-rendu des assises patronales montre à quel point de cynisme en sont arrivés les "entrepreneurs", comme on dit dans le beau monde. La dictature du capital financier n'est pas un vain mot.Bien sûr, c'est tout le système qu'il faut remplacer. Et lui substituer ce que j'appelle le "pouvoir populaire", ce qui ne doit pas être assimilé au régime parlementaire, soit-disant synonime de "démocratie"...Amitiés.JL