Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

karman-c-e-27-02-08.jpg

Déjà il y a quelques jours, Jacques Salvator m’accusait de bénéficier des faveurs d’un marchand de sommeil, au travers d’une publicité dans l’une de mes publications. J’ai prouvé qu’il n’en était rien et depuis un Vice président du Conseil Général, un socialiste honnête Gérard Ségura m’a apporté sa solidarité sur le fait que je ne pouvais être responsable d’une telle publicité si elle avait existé.
Dans ma réponse j’annonçais que les attaques pourraient aller encore plus loin. Mais je n’imaginais pas qu’ils aient recours à de tels procédés.
Il est vrai que l’un d’entre eux a déjà envoyé une lettre de dénonciation au Préfet contre la CNL (comme au temps de la collaboration).
Maintenant, c’est un article calomnieux d’un journaliste peu scrupuleux du Canard enchaîné, sur la base de mensonges venant de candidats d’Aubervilliers.
J’ai fait prévenir immédiatement Jacques Salvator que cet article était une contre vérité et que j’entamais une procédure avec mon avocat. Mais dés le lendemain des photocopie de l’article calomnieux étaient distribuées dans les boites aux lettres par des mains socialistes.
Ce journaliste, alors qu’il m’a interrogé et a reçu un certain nombre d’informations de ma part, à aucun moment, en a tenu compte dans la rédaction de son article. Le but était de me salir en accréditant l’idée que je touchais 5000 euros par mois et qu’en plus, j’étais indemnisé par les Assedic en 2001. La vérité, encore une fois, est toute autre :
Salarié du PCF, j’ai, à la suite de divergences politiques manifestées en particulier lors des élections de 2001, été licencié. Mes indemnités d’élu jusqu’à 2001 étaient totalement versées au PCF. A la suite de ce licenciement, et de ma mise à l’écart de ma responsabilité de maire adjoint, je  me suis retrouvé sans couverture sociale ni possibilité de cotiser à la caisse de retraite. Inscrit à l’ANPE, les ASSEDIC m’ont indemnisé à la hauteur de 1112 euros en toute légalité. Au bout d’un certain temps, ils m’ont mis en pré-retraite.
Aujourd’hui, je suis retraité. Redevenu maire adjoint, j’ai refusé cette indemnité. Information que j’avais donnée au journaliste. Ce chiffre de 5000 euros est donc pure fantaisie. Peut-être est-il celui des rentrées de certains socialistes ?
En  2001 non seulement, je n’étais plus maire adjoint, mon indemnité de Conseiller général était de 2244 euros (pour mon activité d’élu, tracts, affiches…et non exclusivement pour mes dépenses personnelles). Au sujet de la société d’économie mixte, celle-ci n’a jamais indemnisé aucun président.
Le jour même, j’ai voulu contacter le journaliste qui bizarrement a toujours refusé de me prendre au téléphone. En réalité il n’est que l’instrument d’une manœuvre venant de ceux qui veulent déstabiliser Aubervilliers, pour cela il faut me faire passer pour un malhonnête, un mauvais, ou comme ils disent « Karman incompatible ».

 

J‘ai confiance en la population d’Aubervilliers. C’est parce que celle ci s’apprête à placer en tête la liste que j’ai l’honneur de conduire avec le Maire Pascal Beaudet que les calomnies vont redoubler jusqu’au dernier moment.

 

Je ne m’habitue pas à la saleté de pratiques qu’à aucun moment je m’abaisserai à répéter contre mes adversaires.

 
Pourquoi sortir aujourd’hui des faits de 2001 ?
 
A qui profite le crime ? 
 

La leçon que j’en tire c’est que quelqu’un qui est capable de telles bassesses n’est pas digne de conduire notre ville. La seule réponse démocratique c’est la sanction électorale, ensemble votons pour la liste :

 

« Tous ensemble pour Aubervilliers » conduite par Pascal Beaudet et moi même ».

Jean-Jacques Karman


source: "jeanjacqueskarman.com"

 

 
 
 
 

Commenter cet article

Pasquale Noizet 02/03/2008 09:19

Vraiment tous les coups sont bons en politique surtout les plus bas, ceux qui touchent à l'intégrité de la personne. Je pense aussi que les électeurs d'Aubervillier qui connaissent bien leur conseiller général ne seront pas dupes de la manipulation vue qu'elle est assez grossière. Etre communiste aujourd'hui demande à se défendre de toutes les accusations et crimes que l'on voudrait nous faire porter. Il faut du courage et de la persévérance mais nous en avons. Il faut aussi de la solidarité entre communistes et j'espère bien que c'est le cas pour Jean Jacques Karman et que ses camarades d'Aubervilliers le soutiennent et dénoncent ces calomnies. Le Canard enchaîné tout comme Libération sont des journaux qui défendent le capitalisme chacun à leur façon. Ce qui prouve une fois encore que ce qu'on appelle la presse de gauche et son contexte politique, ce n'est plus ça. Il s'agit de remettre les pendules à l'heure car cette pseudo « gôche » qui ne croit plus en rien sinon dans le pouvoir et l’argent , sachons le, les met de son côté les pendules "avec un temps d'avance" tellement elle lorgne le pouvoir en 2012. Mais ce pouvoir sera partagé, sans Sarkozy certes mais à sa place un Fillon ou un Delanoë ou pourquoi  pas les deux : un gouvernement Modem PS un peu d'UMP et quelques brebis égarées qui auraient rejoint le MODEM (quelques verts par exemple) et le PS (quelques communistes par exemple). Voilà ce qu'on nous prépare et pendant ce temps les valets du capitalisme (journalistes  de tout acabit qui jouent le jeu du pouvoir en place) essaient de salir le plus possible les hommes et les femmes qui veulent changer la société, eux qui, le cul bien posé dans leur fauteuil, laisseront pour toute trace de leur passage sur cette terre la marque d’un rond dans le cuir de leur siège acquis et conservé parce qu’ils auront su marcher sur la tête des autres. Pasquale NOIZET