Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par diablo

40 ans après,  la réécriture de mai 68 va bon train. Dans les médias, sur les plateaux de télévision l’évènement est dépolitisé on n’en retient, pour le meilleur et pour le pire, que le mouvement étudiant, que les changements de mentalité, la modernisation des mœurs, la liberté  de la sexualité, les effusions hédonistes, l’explosion de la parole. En 1968 les mêmes évolutions se produisirent dans de nombreux pays. Ce qu’il faut effacer aujourd’hui c’est la conjonction du soulèvement de la jeunesse, et l’irruption de la classe ouvrière dans une grève générale inégalée en occident. Ils ont peur de mai 68. Les princes qui nous gouvernent ont toujours peur de la convergence des luttes de la jeunesse et du monde du travail, ce fut encore le cas en 2006 pour battre le CPE. Faire le silence sur les acquis de mai 68, et dénaturer le déroulement des évènements, tel semble être l’objectif de la campagne médiatique qui accompagnera le 40ème anniversaire de mai 68.

En mai 68 existait une accumulation de mécontentement de caractère revendicatif, à l’université comme dans les entreprises. Elle a fait mûrir un climat de tensions sociales fortes qui a pris la dimension que l’on sait. Dès 1967, il y avait une montée en puissance de mouvements étudiants en Italie, au Mexique, au Brésil, en Tchécoslovaquie. Il est juste de dire qu’en France les étudiants furent l’étincelle qui mit le feu aux poudres. Le 10 mai la nuit des barricades de la rue Gay Lussac a tout précipité. Encore fallait-il un stock de poudre suffisant pour que l’explosion ait le retentissement qu’elle a eu au plan national et international. Avec le recul on peut dire que mai 68 n’aurait revêtu que les éclats d’une révolte étudiante si le monde du travail et de la création, la classe ouvrière, n’était montée en première ligne. L’évènement changeait alors de nature et d’amplitude.

 

Le "tous ensemble étudiants travailleurs" fit défaut surtout à Paris. En province dans de nombreuses villes des rencontres des débats entre étudiants et travailleurs eurent lieu à l’intérieur d’ entreprises occupées, ce qui se révéla positif. Les responsabilités de cette situation ne peuvent être éludées. Au départ le mouvement ouvrier était sur la même longueur d’onde que les étudiants concernant la démocratisation et la réforme de l’université, ou la lutte contre la guerre au vietnam. Des difficultés sont apparues à partir du moment ou les dirigeants étudiants les plus en vue,ont voulu substitué à des objectifs revendicatifs des objectifs politiques, proclamant qu’il y avait "une situation révolutionnaire" permettant de renverser le capitalisme, d’établir un pouvoirouvrier. Certes la frousse avait gagné le pouvoir et le patronat, le système pliait mais la suite montre qu’il n’a pas rompu. Ils tentèrent d’entraîner les travailleurs et le mouvement démocratique dans l’épreuve de force en vue de renverser le pouvoir, y compris par la force. Une campagne d’intoxication était menée destinée à faire croire que l’état gaulliste était liquéfié, qu’il n’y avait qu’à se baisser pour le prendre. Entre le 25 et le 30 mai, De Gaulle ayant disparu, le mouvement ouvrier était invité à l’affrontement, à prendre des positions qui auraient permis au pouvoir de crier à l’illégalité, à faire appel à l’armée du général Massu stationnée en Allemagne, pour faire respecter sa " légitimité". Le recours aux méthodes de force primait au sommet de l’état et du parti gaulliste.

François Mitterrand, Mendès France, Rocard alors dirigeant du PSU, les principaux responsables de la CFDT et du mouvement étudiant participaient à cette opération aventuriste. Ils exprimèrent clairement leurs objectifs au meeting du stade Charlety le 27 mai. Le piège fut déjoué, le peuple dans sa masse profonde était hostile à pareille aventure, les élections législatives de juin 68 le montrèrent. S’engager dans cette voie était conduire au massacre les travailleurs et la jeunesse. Invités des plateaux de télévision les dirigeants étudiants de l’époque- notamment  Cohn- Bendit – gagneraient à faire leur autocritique en condamnant le sectarisme et l’aventurisme qui les habitaient en mai 68.

 

Faire le silence sur les acquis des luttes de mai 68 est aussi un objectif poursuivi par celles et ceux qui veulent "effacer mai 68 (*)". Sous la pression de 10 millions de grévistes qui occupaient leur entreprise la force de persuasion est bien plus grande que dans les réunions qui se tiennent dans les salons de l’Elysée, à la Lanterne de Versailles, ou dans les ministères. En mai 68 les salariés ont obtenu des acquis plus importants, et dans des domaines plus diversifiés qu’en 1936. Il n’y a pas eu seulement le "constat de Grenelle" avec l’augmentation du SMIG de 35% celle de 55% du salaire minimum agricole, la législation du droit syndical à l’entreprise, le paiement des jours de grève à hauteur de 50%. Début juin les négociations par branches professionnelles complétèrent de manière substantielle le constat de Grenelle. Elles se déroulèrent le plus souvent sous la pression des entreprises toujours en grève et occupées. Le souffle de mai 68 se fit sentir jusque dans le milieu des années 70, avec des acquis sociaux et démocratiques importants pour le monde du travail et de la création.

En ces temps de recul de civilisation les enseignements essentiels, la signification des luttes de mai 68 ne doivent pas connus, ni donner envie de s’en inspirer. Il ne faut surtout pas nourrir l’idée que des crises sociales aigues peuvent mettre l’existence du pouvoir économique et politique en cause. Il en est de même de l’expérience de grands mouvements victorieux, décidés à la base par les travailleurs eux-mêmes, imposant des avancées significatives. Mai 68 c’est la confiance en ses propres forces, le rôle de la grève politique qui se combine avec d’autres formes de lutte, en particulier les grandes manifestations de rue. L’autogestion des grèves et de l’occupation des entreprises qui ne furent l’objet d’aucun mot d’ordre national. Sur la base des informations soumises à l’appréciation des travailleurs réunis en assemblée générale ceux-ci discutaient, prenaient des décisions, et votaient. Toutes ces idées aujourd’hui dangereuses doivent disparaître. Elles ne doivent pas être enseignées aux jeunes générations. Pourtant l’histoire de notre pays nous apprend que pour avancer, pour vaincre les résistances des forces de l’argent, il faut passer par le conflit et non pas par la collaboration de classe. La lutte fait partie intégrante de la démocratie. Comment construire des rapports de force sans lutte de classes ? Puisons donc dans les enseignements de mai 68 pour vaincre les divisions, l’esprit de capitulation. Mai 68 est ineffaçable, retournons sa force contre la politique de Sarkozy et du MEDEF, ils seront battus.

 

(*) paroles de Sarkozy

source : "combat communiste"
 

Commenter cet article

E
Cédric, l'appel à un nouveau soulèvement populaire, ce sera la conclusion de l'article que je prépare sur http://r-sistons.over-blog.com, j'ai été témoin direct d'un fait déterminant, et ce sera de l'inédit ! Eva
Répondre
C
Comme l'histoire semble inperturbablement se répeter...Et si, en Mai 2008, nous refaisions un nouveau soulevement populaire?La droite traite par le mépris le désavoeu cinglant qu'elle vient d'essuyer dans les urnes, Sarkozy et sa clique de gangsters ne veut pas infléchir d'un iota sa politique... Vient un moment où face à un tel déni de démocratie et de justice, la question se pose du recours à la force et à l'emploi de la violence pour faire respecter nos droits  ! On aura aucun regret si jamais la situation dégénere et que l'insurection se déclenche : elle sera légitime puisque le pouvoir n'aura pas voulu tenir compte des gifles qu'il aura reçu que ce soit dans la rue ou dans les urnes ! On doit tous les saigner comme des porcs cette bande d'abrutis !
Répondre