Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Un odieux amalgame

A bas l'Union européenne
A bas le IVe Reich

(avril-mai 2008)

au sommaire :

Plongée dans la glu humanitaire (p. 3)
Jeux Olympiques, Ingrid Betancourt, Chantal Sébire, banderole du PSG : les enfonceurs de portes ouvertes ont le moral au beau fixe. Galvanisés par la presse, ils défendent la veuve et l'orphelin en organisant des soirées mondaines. Le Plan B s'est invitée à l'une d'elle, consacrée à Ayaan Hirsi Ali.
DOSSIER : A BAS L'UNION EUROPEENNE ! (P. 4-7)
Construction européenne : le ver était dans le fruit (p. 4-6)
L'Union européenne a réalisé le rêve de Marx, mais à l'envers : les patrons de tous les pays s'y sont unis pour mettre les salariés en « concurrence libre et non faussée ». Un projet inscrit dans les fondations mêmes du traité de Rome, il y a cinquante ans.
Quand Oui-Oui s'appelait « Yes Yes » (p. 7)
Au printemps 1975, la filiale britannique du Parti de la Presse et de l'Argent s'empare du référendum sur le maintien du Royaume Uni dans la Marché commun. Les musicologues du Plan B ont détaillé la partition de la fanfare oui-ouiste de l'époque. Conclusion : elle a été rejouée à l'identique en 2005.
Le sans-faute de la Société générale (p. 8)
L'affaire du « trader fou » a ahuri la presse économique, qui voit s'écrouler le mythe qu'elle avait elle-même bâti : celui d'une banque infaillible et d'un PDG de génie, le golfeur Daniel Bouton.
Mai 68 : le catalogue (p. 10-11)
Albums de coloriage, DVD, jeux, housses de couettes... les fournitures de Mai 68© envahissent les têtes de gondoles. Soucieux de contribuer à cette campagne de relance de la consommation, Le Plan B vous propose une sélection de produits équitables, festifs et métissés, qui rendent au mouvement étudiant sa vocation historique.
Prière de ne pas informer (p. 12)
Le sort des réfugiés qui s'échouent à Dunkerque « n'intéresse pas les lecteurs », explique La Voix du Nord, qui préfère les abreuver d'articles sur le marronnier du carnaval.
Désarmons les FARC ! (p. 13)
Les médias font grand cas des FARC qui sévissent en Colombie mais ne soufflent jamais mot des FARC françaises qui ont pris en otage le débat public.  
Nanterre occupe Libération (p. 14)
Les célébrations gérontophiles de Mai 68 ont inspirées à Libération une idée qui devait réanimer ses ventes moribondes : confier la rédaction d'un numéro spécial aux étudiants de Nanterre. Raté : des sardons s'y sont infiltrés et l'expérience a tourné en déculottée...
Le putsch médiatique de Parisot (p. 15)
Ecrans de fumée, déluge « éthique » et prosternation devant les « modernes » du Medef : comment la presse a désamorcé un formidable scandale financier.
Médiapart et banlieue rouge (p. 16-17)
Tout juste propulsé par une campagne de promotion digne du Titanic, le site moustachu, « indépendant et participatif » d'Edwy Plenel tente une analyse du vote communiste aux municipales. Et enregistre son premier naufrage.
1881, l'année de naissance du PPA (p. 18)
Dans les médias qui mentent, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est souvent glorifiée comme marquant l'avènement d'une ère nouvelle. En réalité, elle a surtout instauré la liberté des patrons de presse. Et fondé le Parti de la Presse et de l'Argent.
Les gardes suisses de la pub (p. 19)
Quand Nicolas Sarkozy supprime la publicité dans l'audiovisuel public, les journalistes geignent. Mais Le Plan B applaudit : ne reste plus qu'à étendre la mesure au privé et à supprimer les publicitaires...
Le Procès de Christine Ockrent (p. 20)
Plusieurs mois d'instruction ont été nécessaires pour constituer les dossiers de l'accusation, contre ce « spécimen de ce que le journalisme français comporte de plus sordide », comme dit le président... Le mode de défense de Christine ? Le passé simple, la morgue et le mépris.

LE PLAN B en vente chez tous les bons marchands de journaux

Commenter cet article

Jean LEVY 14/04/2008 09:21

Nous avons eu la même et bonne idée : appeler, sur notre blog, tous nos amis à courir chez leur marchand de journaux pour se procurer LE PLAN B d'avril...Amitiés.JL